Réalité virtuelle : retour vers le futur
29 juin 2023 // Media & Add-0n // 115 vues // Nc : 161

Il n’y a pas une semaine qui passe sans qu’on entende parler d’innovation avec la réalité virtuelle. À croire qu’il s’agit d’une nouvelle technologie avec laquelle les développeurs viennent tout juste de commencer à faire joujou. Et pourtant l’histoire du jeu vidéo avec la RV ne date pas d’hier. Alors on va rafraîchir la mémoire des plus âgés, ou faire découvrir un autre monde à ceux qui n’étaient pas nés aux premières heures du gaming en RV. Mais attention, nous disons que ça a le mérite d’avoir existé, pas que c’était mieux avant. Vous voilà prévenus.

1988 : Space Harrier 3-D
Je n’étais moi-même pas né à cette époque, alors un peu compliqué de se lancer dans des « je me rappelle que ». Ce qu’on peut dire par contre, c’est qu’il s’agit historiquement de la première tentative de réalité virtuelle sur console, et elle a été faite sur la Master System de Sega. Il faut savoir que dans les années 80 et 90, l’industrie du jeu vidéo était dans une course à l’innovation encore plus effrénée qu’aujourd’hui, et

certains constructeurs ont beaucoup misé sur le matériel et les extensions de leur machine pour attirer les joueurs. Space Harrier 3-D fonctionnait avec les lunettes 3-D SegaScope, l’un des nombreux accessoires qui ruinaient les joueurs (et les parents) avec leurs coûts exorbitants. C’était un jeu de tir plutôt bien accueilli par la critique à sa sortie, et cette dernière affirme même qu’il a posé certains standards de ce que doit être un jeu d’action. Mais les limitations technologiques sont encore trop présentes, et les problèmes de santé liés aux jeux vidéo (vertiges …) sont de plus en plus loin pointés du doigt.

1995 : Virtual Boy
Les accessoires permettant de jouer en RV existaient déjà, mais ils devaient toujours être reliés à une console pour fonctionner. En 1995, pour la première fois, une console de salon construite autour de cette technologie était disponible sur le marché, et nous la devons à Nintendo. Une machine vendue avec un visiocasque et une manette, mais qui rencontrera un échec commercial dans les trois grandes zones, à

savoir le Japon, l’Amérique du Nord et l’Europe. Un flop si énorme que les usines ont arrêté sa production moins d’un an après sa sortie. L’histoire met en cause les limitations de l’époque (argument souvent répété vous me direz) et des soucis de sécurité pour expliquer cet échec. Que ce soit les faibles performances de la console comparées à la concurrence (la PlayStation quand même), le catalogue de jeux très peu fourni (22 en fin de vie !) ou les problèmes de santé (encore), le Virtual Boy a connu une carrière infernale. Et la postérité ne l’a pas épargné, puisque même Nintendo le parodie, comme dans Luigi’s Mansion 3 où notre bon Luigi utilise une Virtual Boo.

Années 90 : Virtuality
Le Virtual Boy est la première console de salon pensée pour la RV, mais Virtuality est le premier projet de console tout court pour la RV. Et si ce n’était pas pour les salons, il visait en premier lieu les salles d’arcade, encore très en vogue au début des années 90. Casque avec vision stéréoscopique, joysticks et possibilité de jouer en multijoueur, la promesse était

grande, surtout que le projet était soutenu par IBM et Amiga, entre autres, deux gros noms de la tech de manière générale, et du jeu vidéo en particulier. Trois séries de machines verront le jour, la première arrivant dans les salles d’arcade en 1991, et qui offrira au total 9 jeux. Ça peut paraître peu, mais en arcade, un jeu équivaut à une machine. Et quelle surprise ce fut ! L’industrie a salué l’expérience de jeu qu’ils offraient malgré un faible prix. Une réelle performance pour l’époque, et qui suffisait à faire taire les quelques défauts qu’on pouvait y trouver. Le succès a conduit à la sortie d’une deuxième série de machines en 1994, puis à la plus discrète troisième série. Depuis, Virtuality s’est fait discret dans le milieu vidéoludique. Mais heureusement pour nous, les projets autour de la RV n’ont pas disparu avec les temps, et la technologie ne fait que s’améliorer pour notre plus grand plaisir.

Propos recueillis par Eymeric Radilofe

Laisser un commentaire
no comment
no comment - La deuxième édition du festival de tatouage Havatse 2024

Lire

23 juillet 2024

La deuxième édition du festival de tatouage Havatse 2024

La deuxième édition du festival de tatouage Havatse s’est déroulée les 13 et 14 juillet à La Teinturerie Ampasanimalo. Une deuxième édition organisée...

Edito
no comment - L’appel de la forêt

Lire le magazine

L’appel de la forêt

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île. Depuis de nombreuses années, ce peuple est entouré de légendes non fondées et suscite la curiosité des chercheurs et des historiens. Et pourtant, c’est un peuple qui a hérité d’une culture et d’un mode de vie séculaire vouant à disparaître, si aucune initiative n’est lancée pour sauver leur forêt qui continue de brûler chaque année. Une forêt primaire pourtant nommée au rang de patrimoine mondial de l’UNESCO. Comme le précise le photographe Thierry Cron (p.44), l’objectif principal de son travail photographique est de faire découvrir ce peuple au plus grand nombre, de sensibiliser le public à la précarité de leur situation, de susciter une prise de conscience collective et d’encourager des actions concrètes en faveur de la préservation de leur environnement et de leur mode de vie. 

no comment - mag no media 02 - Mai - Juin 2024

Lire le magazine no media

No comment Tv

GRAND ANGLE - Mikea - Thierry Cron - Reportage photos – NC 174

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île, victimes de la déforestation.

Focus

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM Hors les Murs à la Zone Zital Ankorondrano, le samedi 22 juin.

no comment - Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Voir