Mpaneritery : Tradipraticiens – Guérisseurs
1 novembre 2023 - Grand AngleNo Comment   //   1437 Views   //   N°: 166

A Diego Suarez au nord de Madagascar, dans le quartier d’Ambalavola, vivent les Mpaneritery. Les guérisseurs inhérents à la culture malgache. Ils sont les gardiens du savoir médicinal ancestral. Ils utilisent différents outils selon leur pratique. Chacun d’entre eux a reçu le Don de ses aïeux. Dans le quotidien des Malgaches, la médecine allopathique, trop onéreuse, vient en dernier recours, mais certains médecins travaillent avec eux. Selon Phrygilla, sage-femme du quartier, il est important de garder le lien avec la culture traditionnelle afin de maintenir un équilibre.

Ces rencontres éphémères m’ont permis d’entrevoir la difficulté des soigneurs et des soignés. La pauvreté, la promiscuité des lieux, la difficulté d’accès en cas de pluie ainsi qu’un environnement paraissant insalubre pour l’occidentale que je suis, sont ordinaire ici. Au-delà de ça, j’ai été touchée par la bienveillance, la gentillesse et les capacités miraculeuses des Mpaneritery. Moi-même, malade, Martine dite « Dady » s’est déplacée à mon hôtel, et le soir-même, j’étais remise.

Au service du Don qu’ils ont reçu, ils le partagent avec foi et engagement. Les « honoraires » sont très rarement imposés et dépendent des moyens des patients. On ne choisit pas d’être Mpaneritery, on l’est, et c’est une responsabilité à laquelle on ne peut se soustraire. 

Texte et photos : #YsabelleGomez

Maison de Martine – Mpaneritery à Ambalavola, quartier de Diego Suarez

Dady Martine – Mpaneritery à Ambalavola, quartier de Diego Suarez. Don transmis par sa grand-mère par le contact des mains. Elle soigne les enfants, les femmes enceintes, l’hypercéphalie, aide à la procréation et la paralysie partielle. Elle voit la personne une fois puis elle rêve et elle reçoit les instructions de ses guides. Elle est clairvoyante.

Martine écrase des plantes avec un morceau de bois spécifique afin de préparer l’onguent pour masser le malade.

La main de Martine passe un onguent sur le bébé malade.

Mbotianivo en premier plan, chez elle, dans la pièce ou elle soigne, à même le sol, son patient en arrière-plan. Mbotianivo posséde le grade de Chevalier, décoration honorifique pour avoir rendu service à la République de Madagascar.

Une jeune mère attend dehors avec son fils afin de voir Mbotianivo. L’enfant a des coliques.

Mbotianivo masse son patient et lui applique un onguent. Le patient, âgé, est à même le sol, il souffre et grimace de douleur. Mbotianivo est souriante et bienveillante.

Mbotianivo fait un cataplasme de gingembre pour le poser sur la hanche de son patient. Un vieil homme souffrant d’une fracture. 

Mbotianivo massant un enfant pendant que celui-ci interpelle sa maman.

Tony est un orthopédiste ; il répare les fractures, les os, les paralysies, la fatigue. Le don a été transmis par son grand-père quand il avait 20 ans, le don lui a été transmis par les mains. Transmission uniquement aux hommes.

Un patient de Tony, essaye de s’asseoir sur son lit. Il a 34 ans, a eu un AVC. Ses jambes sont paralysées depuis, mais son état s’améliore depuis que Tony vient chez lui. 

Tony, pose une attelle sur le bras cassé d’un enfant.

Portrait de Robert Père chez lui, là où il soigne. Ils sont, lui et son fils, les derniers de leur famille à avoir le Don. Il travaille uniquement avec sa salive : il crache sur les brûlures. Les gens viennent de Tana pour se faire soigner. Le don se transmet par l’ingestion d’un foie de bœuf sur laquelle il aura craché et il faut suivre les fady (tabous) (pas de cochon, chèvre, anguille). Avant, il fallait tuer un zébu et prendre son foie. 

Robert fils et sa fille. Ils sont les derniers de leur famille à avoir le Don. Il travaille uniquement avec sa salive : il crache sur les brulures. Les gens viennent de Tana pour se faire soigner. Le don se transmet par l’ingestion d’un foie de bœuf sur laquelle il aura craché et il faut suivre les fady (tabous)  (pas de cochon, chèvre, anguille). Avant, il fallait tuer un zébu. 

Des parents attendent Robert, le coupeur de Feu, afin qu’il soigne leur enfant, brûlé au 3éme degré avec de l’eau bouillante.

A LIRE AUSSI
COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
[userpro template=login]