Le Romazava : Gargote haut de gamme!
26 janvier 2024 // Sortir // 109 vues // Nc : 168

L’art de la cuisine locale s’est élevé au rang d’œuvre d’art grâce au gargote Le Romazava. Situé à Isoraka, c'est un lieu qui respire la chaleur et la simplicité, créant une expérience culinaire mémorable. Ouvert tous les midis du lundi au samedi vers 10 h, Le Romazava dévoile son charme depuis cinq mois déjà, sous la direction de Maxence BIGEY.

Dès qu’on pénètre dans ce sanctuaire culinaire, notre regard est immédiatement captivé par des tableaux qui illustrent avec finesse et créativité la riche culture malgache. Les photographies prises par Max lui-même lors de ses périples à travers l’Île racontent des histoires uniques. On distingue des scènes de la mer de Vatomandry avec ses pêcheurs, les plantes malgaches, la vanille et bien d’autres. Mais ce n’est pas tout, des marmites malgaches s’accrochent fièrement aux murs et certaines se transforment en abat-jour pour diffuser la lumière chaleureuse et tamisée, créant une atmosphère intimiste. Les tables, quant à elles, abordent des touches personnalisées, et les chaises en banquette, à l’image des fast-foods américains, offrent une invitation accueillante, prêtes à recevoir une foule d’amateurs de saveurs exquises.

En effet, le romazava zébu est servi comme le plat phare. Maxence a créé un plat unique : la fondue Romazava. Ce plat personnalisé, concocté par lui-même réuni zébu, poulet, poisson, crevettes, riz parfumé, rougaille et piment maison. « Placée au centre de la table, une machine permet à chacun de cuire sa viande dans le bouillon, à son goût ». Toutefois, la fondue Romazava est un plat exclusif qui nécessite une réservation préalable.  Cependant, la gargote distinguée propose des plats typiquement malgaches comme le voanjobory et le henakisoa, les tripes en sauce, ou le poulet au coco curry. Maxence est convaincu que la véritable essence de la cuisine malgache réside dans les gargotes. Toutefois, il est conscient des préoccupations des touristes quant à l’hygiène, au service et au cadre souvent négligés dans ces lieux plus modestes. « C’est ainsi qu’est née mon idée de créer une gargote haut de gamme, où l’on peut déguster des plats typiquement malgaches dans un environnement convivial et agréable ». Ainsi, l’objectif est clair : rendre accessible tous les délices de la cuisine malgache traditionnelle, sans compromis sur la qualité, tout en offrant un cadre attrayant.

Le Romazava ne cesse de surprendre et de susciter l’étonnement de ses clients. Certains sont étonnés de découvrir que le génie derrière cette gargote n’est pas malgache. Max partage avec joie une anecdote où un client, surpris de la qualité des plats s’est exclamé : « C’est incroyable qu’un Français ait créé cela, car les plats sont délicieux ! » Pour tout dire, il est ravi de constater que de nombreux Malgaches viennent goûter à son romazava. En outre, il cible deux publics distincts : les Malgaches qui délaissent la cuisine traditionnelle chez eux ou qui hésitent de fréquenter les gargotes traditionnelles, et les étrangers de passage ou les résidents désireux de s’initier aux délices malgaches. À un prix abordable de 15.000 Ariary par plat, l’accessibilité est au cœur de la proposition.

Dans sa vision pour le Romazava, Maxence préfère maintenir une certaine régularité et une norme de référence. En adoptant une approche conservatrice, il ne souhaite pas apporter de grands changements pour le moment. « On m’a suggéré d’inclure des animations pour divertir les clients, mais j’ai rejeté l’idée. Depuis quand les gargotes font des animations ? ». Il souligne également que si les tables sont occupées et que d’autres personnes arrivent, il peut demander à ceux déjà installés de se pousser, car c’est ainsi que fonctionnent les gargotes à Madagascar, suivant un principe de partage.

Alors, un petit tour pour goûter l’authenticité et la convivialité ?  Car au Romazava, chaque repas est une invitation à s’immerger dans la culture malgache !

Propos recueillis par  Cédric Ramandiamamanana
Contact Le Romazava : +261 32 05 070 00

Laisser un commentaire
no comment
no comment - La 5e édition de la résidence Regards  Croisés à Diego Suarez

Lire

15 juillet 2024

La 5e édition de la résidence Regards Croisés à Diego Suarez

La 5e édition de la résidence Regards Croisés à Diego Suarez s’est déroulée du 24 juin au 06 juillet organisée par l’Alliance Française d’Antsiranana...

Edito
no comment - L’appel de la forêt

Lire le magazine

L’appel de la forêt

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île. Depuis de nombreuses années, ce peuple est entouré de légendes non fondées et suscite la curiosité des chercheurs et des historiens. Et pourtant, c’est un peuple qui a hérité d’une culture et d’un mode de vie séculaire vouant à disparaître, si aucune initiative n’est lancée pour sauver leur forêt qui continue de brûler chaque année. Une forêt primaire pourtant nommée au rang de patrimoine mondial de l’UNESCO. Comme le précise le photographe Thierry Cron (p.44), l’objectif principal de son travail photographique est de faire découvrir ce peuple au plus grand nombre, de sensibiliser le public à la précarité de leur situation, de susciter une prise de conscience collective et d’encourager des actions concrètes en faveur de la préservation de leur environnement et de leur mode de vie. 

no comment - mag no media 02 - Mai - Juin 2024

Lire le magazine no media

No comment Tv

GRAND ANGLE - Mikea - Thierry Cron - Reportage photos – NC 174

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île, victimes de la déforestation.

Focus

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM Hors les Murs à la Zone Zital Ankorondrano, le samedi 22 juin.

no comment - Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Voir