Kere ty ndaty, comme d’habitude
30 novembre 2023 - Grand AngleNo Comment   //   1541 Views   //   N°: 167

La région d’Atsimo-Andrefana, d’Androy, et une part d’Anosy a pris un gros coup avec cette sécheresse qui traîne depuis trois ans, depuis 2019. Avec le climat qui se déchaîne et el niño qui fout son bordel. Ils classent même ça comme la pire sécheresse que le Sud de Madagascar s’est tapé depuis un bon moment.

Dans ces régions, même l’eau souterraine, elle est salée à cause de l’océan Indien qui est juste à côté. Mais attends, Ce n’est pas tout, la composition du sol lui-même fait que l’eau qui s’infiltre devient salée, genre saumâtre.

Mais bon, en avril 2023, un projet de pipeline de 97 bornes depuis la Rivière d’Efaho jusqu’à Ambovombe est annoncé. Ça va filer de l’eau potable à 500 000 ndaty. En prime, il y aura de quoi arroser 80 000 hectares de terres agricoles et 120 points d’eau pour les bêtes. C’est ce qu’ils balancent dans un communiqué de presse de la Présidence de la République de Madagascar.

Texte et photos : #SafidyAndrianantenaina 

Efaho

Rivière Efaho dans la région d’Anosy, janvier 2021. 

Remontons le temps, deux piges en arrière.

Octobre 2021, la Mandrare à Amboasary-Sud, dans le coin isolé d’Anosy, s’est tarie, lançant la saison maigre jusqu’en avril. Les boulots deviennent rares, l’agriculture part en vrille, l’argent se barre, et la ville trinque avec une soif de ouf. Comme beaucoup ici, c’est la misère pour trouver de l’eau dans ce coin aride du sud de Madagascar, où même les gouttes deviennent des pépites.

Vers l’hôpital

Octobre 2021, Ifotaka, bled paumé dans l’Anosy, à 50 bornes d’Amboasary-Sud. Début de la galère du kere, palu en plein chaos. Ratefara, 74 ans, et sa femme se tapent la route de l’hôpital avec leur p’tite-fille en mode palu. Ils se rafraîchissent le visage avec l’eau d’un trou creusé dans le lit sec du Mandrare.

L’eau sale a un prix

Octobre 2021, on trace la route, direction Ambondro, 70 bornes plus au Sud, sur la RN10, dans le coin d’Androy. Là-bas, les villageois se tuent à creuser des trous énormes pour trouver de l’eau, souvent crade et salée. Le puit, il ressemble à un aquarium en pleine crise, rempli d’algues vert fluo. Et pendant la saison maigre, 20 litres de cette eau pas « clean » se vendent à 3000 Ariary, et si tu veux la livraison en charrette, ça te coûte 5000 Ariary. C’est le marché de la soif, là où même l’eau sale a un prix.

L’eau sale a un prix

Octobre 2021, Ambondro, ce coin oublié du district d’Ambovombe. Les deux gars, après avoir poussé les algues sur le côté, s’engouffrent dans ce trou. Ils bossent, remplissent les bidons jaunes des charrettes garées à côté. C’est le théâtre d’un quotidien où les puits deviennent des abysses, et chaque bidon remonté est un trait de lumière dans l’obscurité de la soif.

Carrière d’eau

Octobre 2021, Ambondro, dans le bled paumé du district Ambovombe. Les ndaty, en mode gros travaux pour choper de l’eau, ça me rappelle les carrières de saphir à Ilakaka, où les ouvriers s’organisent en chaîne humaine, remontent la terre du trou. C’est comme une danse entre la soif et la survie, là où on creuse, on sue, et on danse avec la misère. Chaque pelle de terre soulevée semble jouer un accord mineur dans une symphonie déchirante. 

Carrière d’eau

Octobre 2021, Ambondro, dans le bled paumé du district Ambovombe. Les gars, en mode gros travaux pour choper de l’eau, ça me rappelle les carrières de saphir à Ilakaka, où les ouvriers s’organisent en chaîne humaine, remontent la terre du trou. C’est comme une danse entre la soif et la survie, là où on creuse, on sue, et on danse avec la misère. Chaque pelle de terre soulevée semble jouer un accord mineur dans une symphonie déchirante.

Une eau trouble

Octobre 2021, Ambondro. Le gars, il essaye de me vendre que l’eau boueuse dans son puit, c’est safe. Il me lâche : « On s’y est habitué » et hop cul sec devant mon appareil photo. 20 litres de cette flotte trouble, pendant la saison maigre, ça part pour 3000 Ariary.

Rivière Manambovo

Octobre 2021, on trace la route, direction Tsihombe, 30 bornes encore plus au Sud. Là-bas, sur le lit sec de la rivière Manambovo, c’est l’effervescence. Les locaux se pointent pour choper ce qui reste d’eau, se doucher, laver le linge et désaltérer leurs bêtes. Cette sécheresse, elle prend une sacrée claque avec le changement climatique. C’est la galère là où même les gouttes devraient être gratuites.

Rivière Manambovo

Juillet 2021, Sur le lit de la rivière Manambovo.

Raketamena

Octobre 2021, mon délire pour photographier l’eau, ça continue, 60 bornes de plus, à la frontière de l’Androy et de l’Atsimo-Andrefana. J’ai trouvé, des Opuntias, ou raketamena, les ndaty du coin, ils les appellent comme ça. Utilisés comme une barrière vivante autour des villages et des champs agricoles. Les cactus sont devenus une source de nourritures pour les humains et leurs bestioles, mais même cette plante résistante ne peut plus supporter l’environnement impitoyable. 

Tiomena

Retour à Ambovombe, 120 bornes en arrière, on débarque en Janvier 2021. Les ndaty d’Ambovombe, ils galèrent sévère pour se dégoter leur flotte, genre direction Amboasary-Sud vers la rivière Mandrare presque sec, un road trip de 35 bornes en charrette. Sur la RN13, le sable se barre avec le vent du sud, foutant une tempête de sable bien lourde.
9 mois plus tôt, même bordel, mais le sable, lui, il s’en fout du temps qui défile. 

Sampona

Juillet 2021, Sampona, dans le district d’Amboasary-Sud, t’as cette ville en bord de mer. Les gars du coin, ils dépendent de ce puit pour s’hydrater. J’ai marché de Sampona à la plage où se trouve ce puit, ça m’a pris environ 2 heures pour l’aller, et un peu plus au retour, vu que c’était en montée. L’eau là-bas, elle a un goût salé, et 20 litres partent contre 3000 Ariary. Pas du grand cru, tu vois. 

Le Mandrare

Août 2021, la Mandrare, elle sort de l’ombre avec un peu plus de flotte, et les ndaty, ils se ruent pour laver leurs sapes. Comme d’habitude.

A LIRE AUSSI
COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
[userpro template=login]