Jeahy : Vibrations réunionnaises !
13 janvier 2024 // Que sont-ils devenus ? // 81 vues // Nc : 168

Il était sur la voie ascendante de sa carrière lorsqu’il a captivé les pages de no comment® magazine en septembre 2016. Cet auteur-compositeur-interprète du Sud, auparavant connu sous le nom de Jeahibesele s’est réinventé comme Jeahy. Dès lors, il a franchi des kilomètres pour parfaire son art sur l’île de la Réunion, où il réside depuis 2018, en préparant la sortie de son second album.

Sur l’île de la Réunion, Jeahy fait désormais l’objet de toutes les conversations. Devenu un artiste de renom, il enchaîne des concerts en tant qu’intermittent du spectacle. Et oui, cela signifie que Jeahy est rémunéré par l’Etat français avec un contrat de 43 concerts par an avec chaque note équivalant à un cachet. Mais ce talentueux musicien ne se contente pas de monter sur scène. Il a également ajouté une corde à son arc en jouant le rôle de figurant. « Faisant parti de mon contrat, je participe à des longs-métrages en tant que figurant, comme dans le film Irréductible ». En avril, son deuxième album « Vasianampela » (étoile de demoiselle) sera disponible dans le monde. Comptant 10 titres en version CD, Jeahy a aussi pensé aux amateurs de vinyle avec deux faces comportant chacune deux chansons, soit un total de 8 chansons. Un véritable festin musical ! Au cœur de cet opus se trouve une ambition noble : faire rayonner Madagascar à travers son style musical unique : la « fusion Beko sauvage ». Cette fusion marie les tonalités du blues local authentiques au Beko, une transe vocale traditionnelle, telle est la signature de Jeahy. « Mes chansons explorent les coutumes et la vie quotidienne malgache ». À vrai dire, « Vasianampela » représente les subtilités de la cour amoureuse dans la culture Sud. Jeahy parvient à traduire cette tradition dans sa musique et offre également une véritable immersion dans ces coutumes régionales. « Si un homme courtise une belle femme et qu’elle reste à ses côtés jusqu’à l’apparition de la première étoile dans le ciel, cela signifie qu’elle accepte ses avances. En revanche, si elle cherche une excuse pour partir avant l’arrivée de l’étoile, cela signifie qu’elle n’est pas intéressée ». Mais ce n’est qu’une facette de l’exploration culturelle de Jeahy, car il aborde des thèmes variés, évoquant des traditions telles que la circoncision, les rituels funéraires et bien plus encore.

Sur scène, il nous enchante avec sa voix malgache enchanteresse et sa maîtrise du kabosy et de la guitare. En tant que meneur, il est accompagné de deux musiciens aux origines créoles : un bassiste et un batteur. D’après son parcours musical, il témoigne des nuances entre les publics réunionnais et malgache. « Il est rare, voire inexistant, de voir des Malgaches dans mon public lors de mes concerts à la Réunion. Pourtant, lorsque des artistes locaux de Madagascar se produisent sur l’île, la foule est principalement composée de la communauté malgache ». Une disparité qui le touche, car les Réunionnais semblent apprécier sa musique plus que ses propres compatriotes. Cependant, cela ne l’a pas empêché de connaitre un succès à la Réunion. Jeahy a parcouru l’île dans le cadre de ses performances et devient l’un des artistes les plus populaires de la région. « Ici, le métier d’artiste m’offre une vie confortable avec même une pension à la retraite. Malheureusement, le statut d’intermittent n’a pas encore trouvé écho à Madagascar ». En juillet prochain, Jeahy étendra son univers musical en montant sur scène pour la première fois en France. Une nouvelle aventure qui promet d’ajouter une note vibrante à sa carrière musicale déjà riche en explorations.

Propos recueillis par  Cédric Ramandiamanana
Contact Jeahy : Jeahibesele de Mada (facebook)

Laisser un commentaire
no comment
no comment - La 5e édition de la résidence Regards  Croisés à Diego Suarez

Lire

15 juillet 2024

La 5e édition de la résidence Regards Croisés à Diego Suarez

La 5e édition de la résidence Regards Croisés à Diego Suarez s’est déroulée du 24 juin au 06 juillet organisée par l’Alliance Française d’Antsiranana...

Edito
no comment - L’appel de la forêt

Lire le magazine

L’appel de la forêt

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île. Depuis de nombreuses années, ce peuple est entouré de légendes non fondées et suscite la curiosité des chercheurs et des historiens. Et pourtant, c’est un peuple qui a hérité d’une culture et d’un mode de vie séculaire vouant à disparaître, si aucune initiative n’est lancée pour sauver leur forêt qui continue de brûler chaque année. Une forêt primaire pourtant nommée au rang de patrimoine mondial de l’UNESCO. Comme le précise le photographe Thierry Cron (p.44), l’objectif principal de son travail photographique est de faire découvrir ce peuple au plus grand nombre, de sensibiliser le public à la précarité de leur situation, de susciter une prise de conscience collective et d’encourager des actions concrètes en faveur de la préservation de leur environnement et de leur mode de vie. 

no comment - mag no media 02 - Mai - Juin 2024

Lire le magazine no media

No comment Tv

GRAND ANGLE - Mikea - Thierry Cron - Reportage photos – NC 174

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île, victimes de la déforestation.

Focus

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM Hors les Murs à la Zone Zital Ankorondrano, le samedi 22 juin.

no comment - Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Voir