Gaming : pas si sage que ça
21 mars 2023 // Media & Add-0n // 119 vues // Nc : 158

Les jeux vidéo ne sont pas qu’étoiles et bonus de points. Sur la longue route qui mène au succès, certains se sont heurtés à des carapaces rouges. Même au sommet, aucun n’est épargné par un scandale qui les renverrait droit vers le dernier checkpoint.

Les matchs truqués sur StarCraft
Si vous croyez que les scandales liés aux paris sont réservés au sport traditionnel, vous êtes encore bien innocents. Les rêves et les espoirs des joueurs sur la pureté de l’esport ont été détruits en 2015, lorsque les histoires de matchs truqués sont sorties au grand jour. Cette année-là, Life, ancien champion de StarCraft coréen, a été accusé de perdre intentionnellement des matchs en contrepartie d’une somme plutôt alléchante, puisqu’il aurait touché environ 30.000 $ pour chaque rencontre perdue. Il a été condamnée à payer des dommages et intérêts, un séjour en prison, et a été définitivement banni du circuit pro. Avec l’importance de l’esport en Corée du Sud, deuxième sport le plus suivi après le foot, l’existence de sales dossiers était une évidence, surtout lorsque l’industrie pèse lourd financièrement. Mais ça reste une déception qui nous rappelle que l’argent appelle toujours plus d’argent, quel que soit les moyens. A noter que StarCraft et la Corée du Sud ne sont pas les seuls à côtoyer les matchs truqués. L’Asie, de manière générale, est connue pour ce genre d’histoire, les paris esportifs y étant plus proéminents qu’ailleurs.

La cryptomonnaie derrière le dos
Lutter contre la triche, c’est bien. Mais miner sur la tête des joueurs, ça l’est moins. C’est pourtant ce qu’a fait l’E-Sports Entertainment Association, quand ils ont décidé de mettre à jour leur logiciel anti-triche pour y intégrer un programme de minage de cryptomonnaies. Sans le savoir, à chaque rencontre, les joueurs généraient donc du Bitcoin pour le compte de l’ESEA, qui en a en tout collecté pour 3.700 $. Quand ils ont été découverts, l’organisation a sorti une jolie liste d’excuses, incluant une blague du 1er avril et un employé rebelle. Bien entendu, personne n’a été dupe, et l’ESEA a été condamnée à payer 325.000 $, avec un million de dollars de plus s’ils se font encore attraper. La fièvre de l’or digitale leur a donc rapporté beaucoup moins qu’elle ne leur a coûté.

Renvoi surprise
Imaginez arriver au bureau un jour, et votre badge employé ne fonctionne plus au portique. Une bien triste façon d’apprendre que vous avez été renvoyé. Pour Leslie Benzies, un des créateurs du légendaire Grand Theft Auto, l’histoire est encore pire, digne d’une adaptation Netflix. Rockstar, l’entreprise, l’a convaincu de prendre un congé sabbatique de six mois. A son retour, il découvre qu’il a été évincé de la compagnie. Outre son renvoi, son fils et quels amis ont également été remerciés. On vous épargne le blabla juridique, mais des poursuites ont été entamées pour licenciement abusif, harcèlement sexuel, et le fait que Rockstar ait refusé de lui verser 150 millions de dollars, soit la valeur de ses parts dans la boîte. De son côté, la firme a affirmé ne rien devoir à Leslie, puisqu’il ne faisait plus partie de la maison. Beaucoup d’encre a coulé pendant plusieurs mois sur cette affaire, qui aura au moins le mérite d’avoir nourri les tabloids.

Propos recueillis par Eymeric Radilofe

Laisser un commentaire
no comment
no comment - La deuxième édition du festival de tatouage Havatse 2024

Lire

23 juillet 2024

La deuxième édition du festival de tatouage Havatse 2024

La deuxième édition du festival de tatouage Havatse s’est déroulée les 13 et 14 juillet à La Teinturerie Ampasanimalo. Une deuxième édition organisée...

Edito
no comment - L’appel de la forêt

Lire le magazine

L’appel de la forêt

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île. Depuis de nombreuses années, ce peuple est entouré de légendes non fondées et suscite la curiosité des chercheurs et des historiens. Et pourtant, c’est un peuple qui a hérité d’une culture et d’un mode de vie séculaire vouant à disparaître, si aucune initiative n’est lancée pour sauver leur forêt qui continue de brûler chaque année. Une forêt primaire pourtant nommée au rang de patrimoine mondial de l’UNESCO. Comme le précise le photographe Thierry Cron (p.44), l’objectif principal de son travail photographique est de faire découvrir ce peuple au plus grand nombre, de sensibiliser le public à la précarité de leur situation, de susciter une prise de conscience collective et d’encourager des actions concrètes en faveur de la préservation de leur environnement et de leur mode de vie. 

no comment - mag no media 02 - Mai - Juin 2024

Lire le magazine no media

No comment Tv

GRAND ANGLE - Mikea - Thierry Cron - Reportage photos – NC 174

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île, victimes de la déforestation.

Focus

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM Hors les Murs à la Zone Zital Ankorondrano, le samedi 22 juin.

no comment - Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Voir