Eric Rakotoarison : Sculpteur sonore
13 mars 2024 // Musique // 133 vues // Nc : 170

Depuis trois décennies, Rakotoarison Éric Elysé, connu sous le nom d’Éric, exerce son métier de luthier avec une passion inébranlable à Mandriambero, Ambohidratrimo. Spécialisé dans la fabrication et la réparation d’instruments à cordes tels que le violon ou la guitare, il nous livre un aperçu unique de son univers artisanal !

« Être luthier exige un travail minutieux, surtout lorsqu’il s’agit de réparations » partage Éric. Pour lui, la création a pris un peu de recul, car les demandes de réparations affluent. Il restaure tous types d’instruments à cordes avec l’ambition de préserver leur authenticité. Ce qui distingue Éric de ses pairs, c’est son profond respect envers l’original. En effet, cet homme de 44 ans refuse toute forme d’adaptation estampillée « Vita Malagasy » (fabriqué à Madagascar). Il préfère demeurer fidèle aux instruments d’origine. Il se démarque également par son choix de ne pas créer de page Facebook, une décision motivée par le désir d’éviter une surcharge de travail. « Je reçois déjà beaucoup de visiteurs venant avec leurs instruments à réparer. Certains expédient même depuis la province, tout cela grâce au bouche-à-oreille. Pour tout vous dire, je n’ai même pas eu le besoin d’installer de plaque devant mon atelier, indiquant mon nom et mon activité ». Cela dit, il ne fait pas les choses à moitié.

Son succès en tant que luthier ne se limite pas qu’au niveau national. Il expédie 90 % de ses créations de violons à des clients étrangers. Son art dépasse les frontières, illustré par la fabrication d’une contrebasse envoyée jusqu’aux Etats-Unis. Mais d’où provient ce talent exceptionnel ? L’influence de son père, un éminent luthier qui l’a initié à ce métier. « Depuis mon enfance, j’ai appris en observant ce que mon père faisait. Il ne m’a pas formellement enseigné, mais j’ai passé mon temps à l’observer » confie-t-il. Son père, dépourvu de documents officiels, n’avait aucune méthode formelle d’apprentissage des techniques de fabrication ou de réparation. « C’est après sa disparition que j’ai décidé de me lancer dans le métier de luthier à l’âge de 14 ans. J’ai ensuite confectionné mon premier violon, persévérant et m’améliorant au fil du temps ». Malgré le succès de son atelier, Éric révèle qu’il a un autre travail compte tenu des défis de la vie à Madagascar. « Mon second métier est assez flexible, car il nécessite des déplacements en province. Une fois mes missions terminées, je retourne à mon atelier pour poursuivre mes réparations ».

Aussi, Éric confie les défis qu’il affronte en tant que luthier, en termes d’outils et des matériaux. « Les matériels ne sont pas encore à la hauteur de nos attentes » souligne-t-il. Parmi les obstacles majeurs, la disponibilité et la qualité des matières premières posent un défi constant. « Les bois que nous utilisons à Madagascar diffèrent de ceux à l’étranger. Là-bas, ils attendent environ vingt ans pour utiliser des bois secs, une pratique que nous ne pouvons pas nous permettre ici ». La quête des accessoires essentiels devient une autre épreuve. « Certains accessoires ne sont pas disponibles localement, obligeant à les commander à l’étranger. Cela conduit parfois les autres artisans à des adaptations qui compromettent la qualité sonore de l’instrument ». 

Parmi les clients d’Éric, certains sont des étudiants de conservatoires à l’étranger, soulignant la qualité exceptionnelle de ses créations. « Fabriquer un violon nécessite environ un mois et demi, de même pour les guitares. Quant aux réparations, la durée dépend bien évidemment de la nature du problème de l’instrument ». À travers ses mains expertes, l’histoire d’Éric témoigne d’une vie consacrée à l’art intemporel de la lutherie.

Propos recueillis par Cedric Ramandiamanana
Contact Eric : +261 34 87 913 74
Facebook : Eric Mada Luthier

Laisser un commentaire
no comment
no comment - La 5e édition de la résidence Regards  Croisés à Diego Suarez

Lire

15 juillet 2024

La 5e édition de la résidence Regards Croisés à Diego Suarez

La 5e édition de la résidence Regards Croisés à Diego Suarez s’est déroulée du 24 juin au 06 juillet organisée par l’Alliance Française d’Antsiranana...

Edito
no comment - L’appel de la forêt

Lire le magazine

L’appel de la forêt

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île. Depuis de nombreuses années, ce peuple est entouré de légendes non fondées et suscite la curiosité des chercheurs et des historiens. Et pourtant, c’est un peuple qui a hérité d’une culture et d’un mode de vie séculaire vouant à disparaître, si aucune initiative n’est lancée pour sauver leur forêt qui continue de brûler chaque année. Une forêt primaire pourtant nommée au rang de patrimoine mondial de l’UNESCO. Comme le précise le photographe Thierry Cron (p.44), l’objectif principal de son travail photographique est de faire découvrir ce peuple au plus grand nombre, de sensibiliser le public à la précarité de leur situation, de susciter une prise de conscience collective et d’encourager des actions concrètes en faveur de la préservation de leur environnement et de leur mode de vie. 

no comment - mag no media 02 - Mai - Juin 2024

Lire le magazine no media

No comment Tv

GRAND ANGLE - Mikea - Thierry Cron - Reportage photos – NC 174

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île, victimes de la déforestation.

Focus

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM Hors les Murs à la Zone Zital Ankorondrano, le samedi 22 juin.

no comment - Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Voir