Courrier Mai 2024
1 mai 2024 // 59 vues 

Coups de cœur, coups de gueule, envie d'envoyer un message à une personne qui vous est chère ou simplement de vous exprimer… cette rubrique vous est dédiée…

#Mots_silencieux : Le perdant

Je suis celui qui perd son temps à aimer 
Celui qui perd son temps à espérer 
Celui qui donne sans rien recevoir en retour 
Celui qui tend sans avoir le cœur lourd 
Je suis celui qui se trouve entre deux chaises 
Celui qu'on recale avec aise 
Je suis celui qui dit oui quand il le faut 
Et qui disait non quand il le fallait 
Je suis celui qu'on a dépouillé de toute crédibilité 
Celui qu'on juge avec tant d'animosité 
Je suis le voisin un peu teubé 
Le prof qu'on traite de PD 
Je suis le camé qu'on croise dans le couloir 
Je suis la prostituée qu'on insulte dans le noir 
Je suis l'enfant prodige qui veut disparaître 
Je suis cette petite trisomique qui vient de naître 
Je suis ce Casanova du dimanche 
Et peut-être bien ce petit timide qui retrousse ses manches 
Mais en vrai je ne suis que l'Homme dans son authenticité 
Le perdant qui a tout donné dans sa globalité...

Biby Mélissa

Bonjour,

Je souhaite partager une expérience personnelle dans votre rubrique « courrier » qui met en lumière la question de la discrimination à Madagascar envers ceux qui, bien que Malgaches, ne maîtrisent pas forcément la langue malgache. Cette situation est souvent incomprise par ceux qui portent des jugements sans connaître le contexte individuel.

Je suis née d'une mère réunionnaise et d'un père malgache. Mon immersion dans la langue et la culture française a commencé bien avant ma naissance, mes grands-parents ayant émigré en France dans les années 60 et mon père ayant grandi en France jusqu'à l'âge de 20 ans avant de déménager à La Réunion, où il a rencontré ma mère. En 1998, cinq ans après ma naissance, nous avons déménagé à Antananarivo, où j'ai grandi jusqu'à l'âge de 19 ans.

Il est important de comprendre que la langue malgache n'était pas la langue maternelle de mes parents, mais plutôt celle de mes grands-parents paternels. À Antananarivo, dans les années 2000, la société était loin d'être ouverte, et les étrangers immigrés à Madagascar l’étaient encore moins. Les différentes couches sociales et culturelles de la ville se côtoyaient à peine, chacune, selon moi, restant généralement dans ses propres cercles communautaires, qu'ils soient culturels, ethniques, religieux et/ou économiques. (J’espère qu’il y a eu une évolution à ce niveau)

Dans ce contexte, mes parents n'ont pas dérogé à la règle, préférant souvent évoluer dans des milieux francophones, malgré la volonté de mon père de me transmettre la culture malgache, que ce soit à travers les traditions, la cuisine, l'attachement à la terre et aux ancêtres, etc.  

J'ai toujours éprouvé des difficultés à apprendre d'autres langues et la langue malgache n’y a pas échappé. Cependant, cela ne signifie en aucun cas que je discrimine, me sens supérieur ou cherche à me dissocier de mes liens avec l'Afrique par Eurocentrisme. Au contraire, je ressens une grande fierté à être malgache, réunionnaise, européenne et africaine.

Cependant, lorsque je retourne à Madagascar, je constate malheureusement des jugements et de la discrimination de la part de certains Malgaches dès qu'ils perçoivent que je ne maîtrise pas la langue malgache. Je crois fermement que personne ne devrait avoir à justifier son histoire ou la langue qu'il parle. Par exemple, lors d'une expérience à l'aéroport d'Antananarivo pour me rendre à Nosy-Be, j'ai été confronté au mépris d'une employée du guichet d'enregistrement en raison de mon apparente non-maîtrise du malgache. Cette situation m'a profondément affecté et agacé, surtout à une époque de mondialisation où de telles situations se rencontrent presque partout dans le monde. Des Mexicains ne parlant que l'anglais, des Marocains ne parlant que le français, etc.

Je souhaite simplement vivre dans un monde où chacun est respecté dans son individualité et son histoire, un monde où personne n'est discriminé en raison de sa langue, de son orientation sexuelle, de son origine ethnique ou de toute autre caractéristique pouvant encore susciter des controverses au 21ème siècle. Je suis convaincue que la langue malgache doit être valorisée sur son territoire, mais cela ne doit pas se faire au détriment de la bienveillance et de la pédagogie envers les concitoyens qui sont assimilés à une culture différente, et vice versa.

Je suis convaincue que Madagascar est le patrimoine de ceux qui la chérissent et la respectent profondément, ainsi que son peuple. À mon sens, ceux qui sèment la division et pratiquent la discrimination ne représentent ni l'essence malgache ni l'humanité dans son ensemble.

Laisser un commentaire
Lire aussi
no comment
no comment - La deuxième édition du festival de tatouage Havatse 2024

Lire

23 juillet 2024

La deuxième édition du festival de tatouage Havatse 2024

La deuxième édition du festival de tatouage Havatse s’est déroulée les 13 et 14 juillet à La Teinturerie Ampasanimalo. Une deuxième édition organisée...

Edito
no comment - L’appel de la forêt

Lire le magazine

L’appel de la forêt

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île. Depuis de nombreuses années, ce peuple est entouré de légendes non fondées et suscite la curiosité des chercheurs et des historiens. Et pourtant, c’est un peuple qui a hérité d’une culture et d’un mode de vie séculaire vouant à disparaître, si aucune initiative n’est lancée pour sauver leur forêt qui continue de brûler chaque année. Une forêt primaire pourtant nommée au rang de patrimoine mondial de l’UNESCO. Comme le précise le photographe Thierry Cron (p.44), l’objectif principal de son travail photographique est de faire découvrir ce peuple au plus grand nombre, de sensibiliser le public à la précarité de leur situation, de susciter une prise de conscience collective et d’encourager des actions concrètes en faveur de la préservation de leur environnement et de leur mode de vie. 

no comment - mag no media 02 - Mai - Juin 2024

Lire le magazine no media

No comment Tv

GRAND ANGLE - Mikea - Thierry Cron - Reportage photos – NC 174

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île, victimes de la déforestation.

Focus

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM Hors les Murs à la Zone Zital Ankorondrano, le samedi 22 juin.

no comment - Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Voir