Benitany Randimby : L’art de redonner vie aux voitures anciennes
13 septembre 2023 // Métiers & Petits Métiers // 126 vues // Nc : 164

Au cœur d’Ankadivorikely Soalandy, Andoharanofotsy, un trésor méconnu attend les passionnés d’automobiles d’époque. Kavina Garage (Car Vintage Anay), dirigé par le visionnaire Benitany Randimby, est bien plus qu’un simple lieu de réparation et de restauration de voitures anciennes. C’est un véritable sanctuaire où l’art de redonner vie à ces bijoux mécaniques se mêle à une passion profonde pour préserver l’héritage automobile malgache.

L’histoire de Benitany Randimby est celle d’un rêve devenu réalité. En 2012, il a pris la décision audacieuse de se plonger dans le monde de la restauration des voitures anciennes. « J’ai toujours été un grand passionné. Ma propre fascination pour les carcasses des voitures anciennes lors de mes missions à Tuléar m’a conduit à ouvrir mon propre garage » Ce qui rend le Kavina Garage unique, c’est cette philosophie de Benitany. Son lien personnel avec sa toute première voiture qu’il possédait depuis 1999, une Peugeot 403 qui l’a conduit à transformer cette passion en une vocation. Cependant, son ambition va bien au-delà de simples réparations. « Je me suis donné pour mission de ramener à la vie ces trésors mécaniques tout en conservant leur essence d’antan et sans rivaliser avec les concessionnaires automobiles ».

Chaque voiture qui entre dans le Kavina Garage n’a pas la chance d’être restaurée. Son approche est sélective et méticuleuse. « Les voitures candidates à la restauration doivent répondre a des critères stricts, notamment l’exigence que tous les éléments d’origine, des moteurs aux boîtes, soient présents ». Cette attention minutieuse aux détails est ce qui distingue le travail de Benitany. Même lorsque la voiture se présente sous la forme d’une carcasse, il ne laisse aucun aspect inachevé, se concentrant sur la restauration de la carrosserie pour ramener le véhicule à sa splendeur d’autrefois. « En moyenne, il faut environ 5 ans pour restaurer une voiture. Cela requiert beaucoup de patience ».

Néanmoins, la quête de Benitany n’est pas exempte de défis. « La recherche des pièces et accessoires pour les voitures anciennes peut être une tâche ardue ». Cependant, il demeure résolu, expliquant que les moteurs des voitures anciennes sont rarement irréparables et que chaque élément a une valeur qui va au-delà de sa fonctionnalité. Chaque restauration est un voyage dans le temps, exigeant une patience infinie et un souci du détail méticuleux. « Je suis un puriste, refusant les adaptations au profit de la préservation de l’originalité ». En effet, chaque étape du processus est réalisée avec soin, et il collabore même avec la RTA (Revue Technique Automobile) pour s’assurer que chaque détail est correctement traité.

Dans son garage, plus de 50 voitures trouvent refuge, chacune avec sa propre histoire. Bien que seulement 5 à 6 voitures aient été restaurées à 100%, près de 90% sont prêtes à reprendre la route. La sélection rigoureuse de Benitany se reflète également dans sa réticence à louer ces trésors. « Il est possible de louer certaines voitures pour des évènements familiaux, mais je reste très strict dans sa sélection en raison de la valeur que j’accorde à chacune d’entre elles ». Il considère ses voitures comme faisant partie du patrimoine malgache et a même l’intention de les exposer dans un futur musée dédié aux voitures anciennes. « Je possède même une voiture qui appartenait au grand-père de la chanteuse malgache Black Nadia ».

La plus grande satisfaction pour Benitany, c’est aussi le bonheur qu’il procure aux propriétaires des voitures anciennes qu’il restaure. « Je me souviens d’un ami qui m’a confié une Volkswagen noire. Il a pleuré de joie en voyant le résultat final de la restauration ». Pour Benitany, il ne s’agit pas seulement de restaurer des voitures, mais de toucher les cœurs et de créer des souvenirs durables. De plus, sa véritable ambition n’est pas de vendre ces trésors restaurés, mais plutôt d’inspirer les Malgaches à chérir leurs voitures anciennes et à reconnaitre le talent et le savoir-faire du pays. « Le côté commercial passe au second plan ; c’est l’amour de la passion qui prédomine ». La passion de Benitany a également laissé son empreinte sur sa famille. Son fils suit ses traces en embrassant la mécanique, tandis que sa fille ne conduit que les voitures restaurées par son père. Sa femme, témoin de son engagement inébranlable, est extrêmement fière de ses réalisations.

Sa passion, sa patience et son souci du détail sont autant de leçons que Benitany souhaite transmettre aux passionnés. Il encourage ainsi à ne pas se précipiter, à embrasser chaque étape du voyage et à chercher de l’aide si nécessaire. « Parfois, ça nous arrive de faire appel à des experts pour l’installation électrique ou d’autres aspects techniques. On ne prétend pas tout savoir ». Outre son rêve de créer un musée dédié aux voitures anciennes, Benitany envisage également d’organiser des visites touristiques de la ville d’Antananarivo avec les voitures anciennes. En plus, il continue de travailler avec le RIF (Réseau International des Fournisseurs) pour faciliter la recherche de pièces et d’accessoires nécessaires à ses projets. Benitany est passionné par son métier et ne cesse d’apprendre de nouvelles choses, comme récemment lorsqu’il a travaillé sur une voiture d’origine américaine.

Chaque voiture qui quitte le Kavina Garage est bien plus qu’un simple véhicule restauré. C’est une œuvre d’art, un témoignage vivant de l’engagement inébranlable de Benitany envers la préservation du patrimoine automobile de Madagascar. Son atelier est bien plus qu’un simple lieu de restauration, c’est aussi un sanctuaire de passion et d’amour. A travers chaque restauration minutieuse, Benitany Randimby fait revivre le passé et créé un avenir où le patrimoine automobile malgache continue de briller.

Propos recueillis par  Cédric Ramandiamanana
Contact : +261 34 14 034 55

Laisser un commentaire
no comment
no comment - La deuxième édition du festival de tatouage Havatse 2024

Lire

23 juillet 2024

La deuxième édition du festival de tatouage Havatse 2024

La deuxième édition du festival de tatouage Havatse s’est déroulée les 13 et 14 juillet à La Teinturerie Ampasanimalo. Une deuxième édition organisée...

Edito
no comment - L’appel de la forêt

Lire le magazine

L’appel de la forêt

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île. Depuis de nombreuses années, ce peuple est entouré de légendes non fondées et suscite la curiosité des chercheurs et des historiens. Et pourtant, c’est un peuple qui a hérité d’une culture et d’un mode de vie séculaire vouant à disparaître, si aucune initiative n’est lancée pour sauver leur forêt qui continue de brûler chaque année. Une forêt primaire pourtant nommée au rang de patrimoine mondial de l’UNESCO. Comme le précise le photographe Thierry Cron (p.44), l’objectif principal de son travail photographique est de faire découvrir ce peuple au plus grand nombre, de sensibiliser le public à la précarité de leur situation, de susciter une prise de conscience collective et d’encourager des actions concrètes en faveur de la préservation de leur environnement et de leur mode de vie. 

no comment - mag no media 02 - Mai - Juin 2024

Lire le magazine no media

No comment Tv

GRAND ANGLE - Mikea - Thierry Cron - Reportage photos – NC 174

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île, victimes de la déforestation.

Focus

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM Hors les Murs à la Zone Zital Ankorondrano, le samedi 22 juin.

no comment - Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Voir