Andriamandamina Jasmin de l’Hôtel H1 à Antsirabe
20 août 2023 // Gastronomie // 94 vues // Nc : 163

Situé à Antsirabe à quelques minutes de la Gare, l’Hôtel H1 est connu pour son hospitalité, mais aussi pour son restaurant proposant une cuisine européenne et exotique. Des plats réalisés par Andriamandamina Jasmin.

Depuis 12 ans, Andriamandamina Jasmin passe ses journées en cuisine. Sa passion pour l’art culinaire s’est développée depuis sa jeunesse.
Sa carrière en tant que cuisinier a démarré au sein de l’Hôtel H1 à Antsirabe.
« Je n’ai pas suivi de longues études en hôtellerie ou en restauration. Mais je me suis laissé guider par ma motivation, mes convictions et mes expériences. J’ai commencé en tant que plongeur, ensuite aide cuisinier, cuisinier et maintenant, je suis chef cuisinier. » Mais pour se perfectionner, Andriamandamina Jasmin n’a pas hésiter à suivre quelques formations.
Aujourd’hui, il a trouvé sa signature en se spécialisant dans la cuisine européenne, mais aussi exotique. « Pour réaliser les plats, je m’inspire beaucoup des produits locaux comme les légumes, les fruits, mais également les épices. Je suis aussi très à l’écoute des besoins des clients. »

Présentez-nous votre style ?
Nous proposons une cuisine classique Européenne et Exotique.

Quels sont vos produits de prédilection ?
Souvent, nous valorisons les fruits et légumes frais d'Antsirabe selon la saison. Mais aussi les viandes rouge et blanche.

Quels sont les ingrédients récurrents dans vos plats ?
Le vin et le fromage ainsi que quelques secrets du chef pour se distinguer du royaume gastronomique.

Le plat qui vous fait coucou ?
Le canard à l'orange, une vraie tuerie !

Votre boisson préférée ?
Le vin blanc comme du Bordeaux, mais avec modération !

A quelle fréquence modifiez-vous votre carte ?
Tous les 4mois. Sinon, il y a toujours quelques suggestions au tableau selon la saison et l'inspiration du chef.

Comment vous y prenez-vous pour créer un plat ?
Les épices font naître mon inspiration, cela me permet de créer des différents goûts dans les plats.

Votre actualité ?
Depuis ce mois d’août, nous avons ouvert un hôtel H1 en bord de mer à Mananjary.

Propositions gourmandes par Andriamandamina Jasmin de l’Hôtel H1 à Antsirabe

Potage de légumes jarret au fromage
Filet de capitaine à la sauce curry accompagné de légumes sautés
Côte de zébu en réduction au vin rouge accompagné de purée de pomme de terre
Tiramisu

Recettes du mois

Canard à l’orange

Ingrédients

1 petit verre de vin blanc
4 gousses d’ail
1 branche de thym
4 feuilles de laurier
Beurre
Sel, poivre.

1 canard de 1,2 kg environ
3 oranges bio
1 petit verre de Grand-Marnier
40 g de sucre
4 cl de vinaigre
1 capsule de fond de veau

Mode de préparation

Préchauffez le four à 180° C. Rincez deux oranges, coupez-les en rondelles fines et faites-les blanchir dans une casserole d’eau bouillante quelques minutes. Ensuite, faites-les mariner dans le Grand-Marnier pendant que vous préparez le reste. Pressez l’orange restante et filtrez son jus. Mettez le sucre et le vinaigre dans une casserole, laissez caraméliser sans remuer. Ajoutez le jus d’orange doucement, laissez cuire 5 minutes. Réservez cette sauce. Faites revenir le canard dans une cocotte avec du beurre afin de le dorer uniformément. Retirez la viande et jetez la graisse. Remettez le canard dans la cocotte, mouillez avec la sauce à l’orange, le fond de veau et le vin blanc. Salez, poivrez. Laissez mijoter quelques minutes. Transvaser le canard et le jus dans un grand plat allant au four. Entourez la viande de thym, de laurier et des gousses d’ail en chemise. Enfournez pour 30 minutes. Ensuite, ajoutez le Grand-Marnier et les rondelles d’orange. Laissez cuire encore 30 minutes. Servez le canard avec les rondelles d’orange, les gousses d’ail et le jus de cuisson. Vous pouvez accompagner ce plat de pommes de terre grenailles ou autre accompagnement selon votre choix. Placez-les autour du canard 30 minutes avant la fin de la cuisson, en remuant régulièrement pour qu’elles s’imprègnent de jus.

Propos recueillis par Aina Zo Raberanto

Laisser un commentaire
no comment
no comment - La deuxième édition du festival de tatouage Havatse 2024

Lire

23 juillet 2024

La deuxième édition du festival de tatouage Havatse 2024

La deuxième édition du festival de tatouage Havatse s’est déroulée les 13 et 14 juillet à La Teinturerie Ampasanimalo. Une deuxième édition organisée...

Edito
no comment - L’appel de la forêt

Lire le magazine

L’appel de la forêt

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île. Depuis de nombreuses années, ce peuple est entouré de légendes non fondées et suscite la curiosité des chercheurs et des historiens. Et pourtant, c’est un peuple qui a hérité d’une culture et d’un mode de vie séculaire vouant à disparaître, si aucune initiative n’est lancée pour sauver leur forêt qui continue de brûler chaque année. Une forêt primaire pourtant nommée au rang de patrimoine mondial de l’UNESCO. Comme le précise le photographe Thierry Cron (p.44), l’objectif principal de son travail photographique est de faire découvrir ce peuple au plus grand nombre, de sensibiliser le public à la précarité de leur situation, de susciter une prise de conscience collective et d’encourager des actions concrètes en faveur de la préservation de leur environnement et de leur mode de vie. 

no comment - mag no media 02 - Mai - Juin 2024

Lire le magazine no media

No comment Tv

GRAND ANGLE - Mikea - Thierry Cron - Reportage photos – NC 174

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île, victimes de la déforestation.

Focus

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM Hors les Murs à la Zone Zital Ankorondrano, le samedi 22 juin.

no comment - Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Voir