Sorcellerie
27 novembre 2023 // Mistery // 85 vues // Nc : 166

Asseyez-vous confortablement, car je vais vous entraîner dans un périple fascinant à travers le mystérieux royaume de la sorcellerie. La rencontre avec des sorciers était une expérience que nous désirions ardemment vivre. Il y a peu de temps, nous avons donc pris la décision audacieuse de nous aventurer dans cette quête : « observer des sorciers en pleine nuit. »

Nous avons lancé une expédition nocturne et sur notre chemin, nous en avons effectivement rencontré : des femmes mais aussi des hommes. À ce moment précis, mes jambes semblaient dépourvues de toute énergie, mon cœur tambourinait avec une vigueur inouïe, l'air peinait à atteindre mes poumons, ma bouche était sèche, les mots refusaient obstinément de franchir mes lèvres, et mes pieds semblaient échapper à ma volonté. La terreur régnait en maître dans le silence profond de l'obscurité où les sorciers exerçaient leur emprise...

Cette nuit-là, notre groupe était composé de quatre intrépides âmes : moi-même, deux amis courageux, une femme déterminée, et notre guide qui était déjà en possession d'une panoplie de sorts, d'amulettes et de sortilèges censés nous protéger des forces mystérieuses qui rôdaient autour de nous.

1 - Nous sommes donc partis de Tananarive, embarquant dans une voiture qui nous propulserait vers l'inconnu, à seize heures de la capitale. Avant d'atteindre le village où nous destinions, nous avons parcouru de longues distances à pied, une marche ininterrompue qui s'étendit sur une demi-journée entière. Nous avions soigneusement préparé notre voyage et avions en notre possession des consignes strictes que je n'oserais pas divulguer.

L'atmosphère était tendue ; notre voyage était à la fois une obligation et une opportunité. En chemin, nos discussions s'enflammaient, nos esprits s'embrouillaient dans un mélange d'excitation et de doutes. Notre guide ne perdit pas de temps et nous fit une recommandation ferme : ne jamais accepter de la nourriture offerte par des inconnus une fois arrivés à destination.

En cours de route, un paysage mystérieux se dévoilait progressivement : de multiples mausolées, des lieux et des espaces sacrés se dessinaient à l'horizon. Étrangement, une sorte de jubilation s'emparait de nous. Sans doute, nous étions remplis d'anticipation, persuadés que notre quête serait fructueuse. Notre guide ne comptait plus parmi nous une fois le seuil du village franchi. Il rebroussait chemin et nous dit qu'un autre le relaiera.

Le village, loin d'être un havre reculé, était touché par la civilisation dans une certaine mesure. Dès notre arrivée, nous avons entrepris les démarches administratives nécessaires à notre installation. Les habitants se sont révélés chaleureux, le village était vibrant d'activité, l'air emplissait nos poumons de sa pureté, et l'environnement exhalait une sérénité profonde. On nous a logés dans une petite maison légèrement délabrée, mais au moins, elle était à priori infranchissable par les sorciers. Une fois que nous nous sommes bien installés, la nuit a rapidement enveloppé le lieu. Nos hôtes ont eu la gentillesse de nous servir le dîner, et après le repas, nous avons profité de la soirée en compagnie des jeunes habitants. Piqué par ma curiosité, je n'ai pas pu résister à la tentation de poser une question beaucoup trop longtemps refoulée :

« Alors, y a-t-il des sorciers dans votre village ? » demandai-je.

Les jeunes se sont échangés des regards complices, et un éclat de rire a fusé.

« Il n'y a pas que des sorciers en ces lieux, il y a aussi des 'lolovokatra' (zombies de Madagascar), des fantômes, et tu pourrais même apercevoir d'autres créatures mystiques si la chance te sourit, » répliqua l'un des jeunes.

Ces mots firent frissonner la jeune fille qui nous accompagnait. C'est l'entente du terme « olovokatra » qui provoqua en elle une terreur indicible. Quant à moi, je ne pus réprimer une montée de frayeur.

 « Des zombies, dites-vous ? » rétorquai-je.

Pour ma part, un zombie correspond à une âme décédée depuis des temps, réanimant son corps pour semer l'effroi et le trouble.

2 - Évoquer les zombies aurait dû, en toute logique, susciter la terreur, mais il semblait que les jeunes villageois étaient déjà familiarisés avec ces récits terrifiants. En réalité, chacun d'entre eux portait déjà des amulettes protectrices, tandis que nous, en tant qu'étrangers, étions simplement ignorants de ces pratiques. J'ai finalement renoncé à poursuivre ce sujet, ressentant la peur croître en moi, à l'opposé de mes deux amis qui demeuraient impassibles, dépourvus de toute appréhension. L'un d'entre eux osa même affirmer avoir une protection en laquelle il avait une foi inébranlable. Quoi qu'il en soit, je trouve que cet homme est fondamentalement très courageux. Pour ma part, je ne nourrissais pas un excès de confiance en moi, mais la jeune fille se trouvait être la plus peureuse parmi nous. Malgré cela, elle était étonnamment avide de connaissances, car en dépit de sa peur, elle désirait en apprendre davantage. Alors que nous écoutions attentivement les récits des jeunes autochtones, elle se cramponnait fermement au bras de l'un de nos amis, comme si elle cherchait désespérément à se protéger.

Cependant, ma question avait déclenché une discussion prolongée, et il était déjà 23 heures lorsque nous avons finalement décidé de nous disperser. Les jeunes sont rentrés chez eux en petits groupes, nous laissant mes amis et moi seuls sur place. Nous nous sommes préparés à pénétrer dans cette maison délabrée, qui devait échapper aux pouvoirs des sorciers. La demeure était plus spacieuse qu'elle ne le laissait paraître, comprenant trois pièces, dont une cuisine. Dès le début, nous avions prévu de réserver une chambre pour la fille, tandis que nous dormirions à trois dans une autre. Cette décision était le fruit d'une considération sincère, car nous considérions la jeune fille comme notre sœur. Je tiens à vous rassurer, aucun de nous trois n'avait la moindre intention malveillante à son égard.

Tandis que mes deux compagnons s'affairaient à préparer notre lieu de repos pour la nuit, je demeurai un moment dans la cour, m'accordant le plaisir de savourer ma cigarette. J'utilisai mon téléphone pour éclairer les alentours, et l'atmosphère semblait parfaitement sereine. Tout semblait idéal pour cette nuit, jusqu'à ce que je prenne conscience que les toilettes se trouvaient à l'extérieur, et que la jeune fille n'avait pas d'accès à un urinal. Cette situation la mettait dans une position délicate, car elle était déjà sujette à la peur, et sortir seule la nuit comportait des risques que nous ne pouvions ignorer.

"Soit," pensai-je, et je continuai à savourer ma cigarette. Soudain, un frisson parcourut mon dos, semblant geler le sang qui coulait dans mes veines. Un étrange pressentiment m'envahit, laissant planer en moi la crainte qu'un événement effrayant allait survenir. Ma tête fut prise d'un léger vertige, et en même temps, les hululements d'un hibou se firent entendre. Dans un bref instant de lucidité, je jetai ma cigarette et m'engouffrai à la hâte à l'intérieur. Une fois en pseudo-sécurité, entre ces quatre murs, je feignis de réagir comme si de rien n'était, me contentant de refermer la porte derrière moi, dissimulant ainsi mes inquiétudes naissantes.

La jeune fille, déjà sur le qui-vive, ne s'est pas laissée trahir ; elle a rapidement perçu qu'il se tramait quelque chose à l'extérieur. Avant même que mes mots ne trouvent leur chemin, elle m'a devancé en se plaignant qu’elle ne voulait pas dormir seule. La peur se lisait clairement sur son visage. Dans l'espoir de la réconforter, je lui ai rétorqué en badinant que nul n'était assez audacieux pour pénétrer dans la maison.

« Quand bien même cela arriverait, nous sommes trois robustes gaillards, prêts à veiller sur toi. Personne ne te fera de mal. Tu peux dormir dans cette chambre, et nous occuperons l'autre, » ai-je renchéri avec insistance.

Après une brève séquence de négociation, elle consentit finalement, à condition que nous laissions une lampe illuminer sa chambre.

 (À SUIVRE)

Les faits relatés dans les histoires sont réels et ont été vécus par les narrateurs.

Laisser un commentaire
no comment
no comment - La 5e édition de la résidence Regards  Croisés à Diego Suarez

Lire

15 juillet 2024

La 5e édition de la résidence Regards Croisés à Diego Suarez

La 5e édition de la résidence Regards Croisés à Diego Suarez s’est déroulée du 24 juin au 06 juillet organisée par l’Alliance Française d’Antsiranana...

Edito
no comment - L’appel de la forêt

Lire le magazine

L’appel de la forêt

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île. Depuis de nombreuses années, ce peuple est entouré de légendes non fondées et suscite la curiosité des chercheurs et des historiens. Et pourtant, c’est un peuple qui a hérité d’une culture et d’un mode de vie séculaire vouant à disparaître, si aucune initiative n’est lancée pour sauver leur forêt qui continue de brûler chaque année. Une forêt primaire pourtant nommée au rang de patrimoine mondial de l’UNESCO. Comme le précise le photographe Thierry Cron (p.44), l’objectif principal de son travail photographique est de faire découvrir ce peuple au plus grand nombre, de sensibiliser le public à la précarité de leur situation, de susciter une prise de conscience collective et d’encourager des actions concrètes en faveur de la préservation de leur environnement et de leur mode de vie. 

no comment - mag no media 02 - Mai - Juin 2024

Lire le magazine no media

No comment Tv

GRAND ANGLE - Mikea - Thierry Cron - Reportage photos – NC 174

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île, victimes de la déforestation.

Focus

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM Hors les Murs à la Zone Zital Ankorondrano, le samedi 22 juin.

no comment - Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Voir