Ravaka Mihamina « Lire doit être un plaisir pour l’enfant »
21 octobre 2023 // Success Story // 58 vues // Nc : 165

Depuis mars 2022, des centaines de lecteurs âgés de huit à 14 ans se rassemblent autour d’un nouveau magazine : Karné. Du premier au sixième numéro (juin 2023), ce trimestriel aborde des sujets sérieux comme l’origine des Malgaches ou même les coupures d’électricité, sans ennuyer les enfants. La formule magique ? Ravakiniony Tahirimihamina, gérante et fondatrice des éditions Karné, l’explique par la passion et la patience. Au moment de s’ouvrir au marché international, elle revient aujourd’hui sur les coulisses de ce succès.

Karné est né d’une frustration. Petite, Ravakiniony Tahirimihamina lisait plusieurs magazines pour enfants, sauf que c’étaient tous des magazines étrangers. « Je ne pouvais pas m’abonner, car c’étaient des magazines français ou canadiens, je n’avais pas de magazine pour moi en tant que petite fille malgache. » Il faudra attendre le deuxième confinement en juillet 2020 pour que l’idée d’en créer elle-même ne devienne sérieuse. Alors qu’elle gardait son neveu, cette amoureuse de livre a essayé de l’occuper par la lecture, en vain. « Les livres l’ennuyaient profondément. Je me suis dit qu’un magazine lui conviendrait plus, cela lui plairait d’avoir un livre qui ne fasse pas peur et qui soit accueillant, et qui reflète aussi sa culture. » Consciente d’être une pionnière dans son domaine, elle prend ses lectures comme influences, tout en gardant à l’esprit le contexte malgache. « Nous avons beaucoup misé sur le design, car à l’étranger, ils y vont à fond, surtout du côté anglophone. Il y a beaucoup de couleurs, ils jouent avec la typographie, c’est ce que nous avons voulu reprendre. » Des numéros de 24 pages sortent en septembre puis en octobre 2020. À ce rythme, la petite équipe de deux personnes se sont vite rendu compte que la qualité n’était pas au rendez-vous, malgré quelques retours positifs. Alors, la jeune entrepreneure prend des décisions drastiques : suspension du magazine et formations pendant toute l’année 2021, recrutement d’un administrateur et de graphistes, formalisation de l’entreprise en décembre de la même année.

Le premier numéro dans son format définitif sort enfin en mars 2022. Un moment qui scelle l’identité de Karné. « Karné éduque et divertit en même temps, car il ne faut absolument pas que lire soit une douleur pour un enfant, il faut que ce soit du plaisir. Il y a un petit documentaire avec un thème, c’est la partie éducative qui prend le plus de place ; après, il y a des jeux et des interviews d’enfants et d’experts. » Pour combiner le pédagogique et le ludique, la graphiste Ntsoa et l’illustratrice Èf donnent vie aux textes de Ravakiniony Tahirimihamina. Il en ressort des pages aussi vibrantes qu’informatives, et cela fonctionne : 75 enfants étaient présents pour fêter l’anniversaire du magazine en décembre dernier. Malgré ce succès en si peu de temps, la gérante considère toujours l’amélioration perpétuelle comme le mot d’ordre de son équipe. Pour y arriver, elle prend en compte l’avis des parents. « À la demande des parents, nous avons ajouté la rubrique « kolontsaina malagasy » (culture malgache) où on explique aux enfants ce que c’est que le ‘vodiakoho’ ou encore le ‘takariva amorom-patana’ ». Et surtout les aspirations des enfants. « Il faut être attentif à ce que les enfants aiment, regarder des dessins animés, discuter et passer du temps avec eux, faire des soirées pyjama avec eux, des animations en librairie, je fais tout ça. » En plus des numéros pour les quatre à sept ans, Ravakiniony Tahirimihamina projette de sortir des versions adaptées à la diaspora malgache en Europe, au Canada et aux États-Unis.

Propos recueillis par  Mpihary Razafindrabezandrina
Contact : +261 34 74 108 07

Laisser un commentaire
no comment
no comment - La deuxième édition du festival de tatouage Havatse 2024

Lire

23 juillet 2024

La deuxième édition du festival de tatouage Havatse 2024

La deuxième édition du festival de tatouage Havatse s’est déroulée les 13 et 14 juillet à La Teinturerie Ampasanimalo. Une deuxième édition organisée...

Edito
no comment - L’appel de la forêt

Lire le magazine

L’appel de la forêt

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île. Depuis de nombreuses années, ce peuple est entouré de légendes non fondées et suscite la curiosité des chercheurs et des historiens. Et pourtant, c’est un peuple qui a hérité d’une culture et d’un mode de vie séculaire vouant à disparaître, si aucune initiative n’est lancée pour sauver leur forêt qui continue de brûler chaque année. Une forêt primaire pourtant nommée au rang de patrimoine mondial de l’UNESCO. Comme le précise le photographe Thierry Cron (p.44), l’objectif principal de son travail photographique est de faire découvrir ce peuple au plus grand nombre, de sensibiliser le public à la précarité de leur situation, de susciter une prise de conscience collective et d’encourager des actions concrètes en faveur de la préservation de leur environnement et de leur mode de vie. 

no comment - mag no media 02 - Mai - Juin 2024

Lire le magazine no media

No comment Tv

GRAND ANGLE - Mikea - Thierry Cron - Reportage photos – NC 174

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île, victimes de la déforestation.

Focus

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM Hors les Murs à la Zone Zital Ankorondrano, le samedi 22 juin.

no comment - Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Voir