Lahatra Nomenjanahary : Prendre sa vie en main
25 janvier 2024 // Success Story // 61 vues // Nc : 168

Si aujourd’hui Lahatra Nomenjanahary est en cours de devenir un coach certifié en développement personnel, son parcours n’a pas toujours été rose. Née avec un handicap physique, on lui a refusé les portes des études et du travail. Pourtant, elle est devenue cette femme prolifique : conférencière, auteure, poète et danseuse contemporaine. Une fureur de vivre qui sonne comme une revanche, et qu’elle transmet à coup de leitmotivs.

De Mangamila à Masterlife ?
J’ai une prothèse à la place du pied droit, et comme je n’ai pas de doigts, les instituteurs m’ont écarté du système scolaire, sous prétexte que je serais incapable d’écrire. A l’époque, il y avait très peu d’établissements qui acceptaient les personnes atteintes de handicap. En plus, nous vivions à la campagne, à Mangamila près d’Anjozorobe, la mentalité y est différente de celle en ville. Mais même après être arrivée à Antananarivo, j’ai encore retrouvé les discriminations. J’ai intégré une association de femmes qui vivent avec un handicap. Là, j’ai appris l’artisanat et le développement personnel, c’était hors de question de rester sans rien faire même si je n’arrivais pas à trouver du travail. C’est à travers ma formation en développement personnel que j’ai rencontré le PDG de Masterlife, Toky Rajaona, le 08mars 2019. Je voulais aller plus loin dans ce domaine, alors il m’a intégré dans son équipe et m’a coaché en même temps. Je me souviens particulièrement de « Invincible », un séminaire organisé par Masterlife qui a réuni quelques 600 personnes, et « Happy life », ce sont surtout ces grands événements qui m’ont marqué.

Pourquoi avoir écrit « Raiso an-tanana ny ho avinao » ?
J’ai écrit ce livre sur un ordinateur, pour raconter la discrimination dont j’ai souffert, et le préjugé dont les personnes atteintes de handicap sont victimes, par rapport à ce qu’elles sont capables d’achever. Ce qui m’a le plus impacté, c’est quand on me disait que je n’arriverai jamais à rien dans la vie.
Alors je me suis fixé un défi : je vais écrire un livre, même si les instituteurs me refusaient dans leur classe sous prétexte que je ne sais pas écrire, alors que c’est faux.
A travers ce livre, je voulais montrer que je pouvais écrire l’histoire de ma vie. C’est à la fois un témoignage de ma capacité à écrire, et une action pour corriger les mentalités : c’est une erreur de penser qu’une personne est incapable de réussir telle ou telle chose en se basant uniquement sur son apparence.
La pensée est souvent le premier obstacle.
En mars 2022, le livre a été publié en même temps que la diffusion de « Debout » au Canal Olympia, un documentaire qui retrace ma vie.
C’est mon histoire et mon parcours qui ont le plus marqué les lecteurs.

Les mantras dans vos conférences ?
Il y a beaucoup de messages qui s’adressent aux jeunes non handicapées. Même si vous avez un diplôme mais que vous ne pensez pas à travailler ou à chercher, vous êtes pareils à ceux qui n’en ont pas. D’abord : prenez votre vie en main. Ensuite, aimez-vous, d’ailleurs c’est le slogan pour ma page Facebook, je suis convaincue que chacun doit s’aimer lui-même d’abord. Quand vous ne vous aimez pas vous-même, vous vivez constamment pour l’amour et l’attention des autres, alors, quand personne ne vous considère alors que vous travaillez sur quelque chose, vous sentez un vide. Il faut savoir ce qu’on aime et ce qu’on sait faire pour se fixer un but. Le troisième conseil c’est d’oser, c’est essentiel dans tout ce qu’on entreprend.

Propos recueillis par Mpihary Razafindrabezandrina
Contact : +261 38 17 565 91

Laisser un commentaire
no comment
no comment - La 5e édition de la résidence Regards  Croisés à Diego Suarez

Lire

15 juillet 2024

La 5e édition de la résidence Regards Croisés à Diego Suarez

La 5e édition de la résidence Regards Croisés à Diego Suarez s’est déroulée du 24 juin au 06 juillet organisée par l’Alliance Française d’Antsiranana...

Edito
no comment - L’appel de la forêt

Lire le magazine

L’appel de la forêt

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île. Depuis de nombreuses années, ce peuple est entouré de légendes non fondées et suscite la curiosité des chercheurs et des historiens. Et pourtant, c’est un peuple qui a hérité d’une culture et d’un mode de vie séculaire vouant à disparaître, si aucune initiative n’est lancée pour sauver leur forêt qui continue de brûler chaque année. Une forêt primaire pourtant nommée au rang de patrimoine mondial de l’UNESCO. Comme le précise le photographe Thierry Cron (p.44), l’objectif principal de son travail photographique est de faire découvrir ce peuple au plus grand nombre, de sensibiliser le public à la précarité de leur situation, de susciter une prise de conscience collective et d’encourager des actions concrètes en faveur de la préservation de leur environnement et de leur mode de vie. 

no comment - mag no media 02 - Mai - Juin 2024

Lire le magazine no media

No comment Tv

GRAND ANGLE - Mikea - Thierry Cron - Reportage photos – NC 174

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île, victimes de la déforestation.

Focus

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM Hors les Murs à la Zone Zital Ankorondrano, le samedi 22 juin.

no comment - Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Voir