Pixely Sartin.mg : Du pixel qui pique
21 avril 2024 // Media & Add-0n // 120 vues // Nc : 171

Vous souvenez-vous de vos jeux d’enfance ? Lui, il revient dans le passé, le temps d’un épisode, et bientôt, il parlera science, informatique, ou même plus. Une langue, un thème, de la musique, et surtout, de l’animation : Andry Sartin Harivonjiniaina a 22 ans, et c’est un aspirant influenceur dans le domaine de l’animation à Madagascar. À quelques 200 abonnés sur sa page, Pixely Sartin.mg se sert d’un peu d’humour pour créer, depuis février 2024, un contenu qui ne peut que piquer la curiosité.

Quelles idées derrière la page Pixely Sartin.mg ?
Le nom de la page vient du mot « pixel », auquel je n’ai pas trouvé de traduction exacte en malgache. Je l’ai donc grossièrement traduit, ce qui a donné « Pixely », qui est devenu mon surnom. C’est une référence à l’utilisation du pixel à travers mes dessins, pour transmettre un message. Sartin vient de mon nom : je l’ai placé là pour le côté un peu personnel des contenus. En tant qu’animateur, je m’appelle Sartin Pixel, alors j’ai juste décidé de le renverser en Pixely Sartin pour la page. L’idée est de devenir un influenceur dans le monde de l’animation : en cherchant sur les réseaux sociaux, j’ai remarqué qu’il n’y en avait pas encore à Madagascar, et ce, malgré le fait qu’il y ait beaucoup de talentueux animateurs. Comme celles des influenceurs, la page traitera, au début, d’un thème par épisode. Et plus tard, les sujets s’étendront sur les thématiques scientifiques et sur l’informatique. Il n’y a pas de sujet spécifique, j’essaye de parler de faits auxquels les Malgaches peuvent s’identifier. Le contenu lui, s’inspire du concept étranger « Storytime Animation », et des créateurs comme Jaiden Animations ou Domics sur YouTube. J’y ai allié mes études en journalisme et en communication, pour mieux utiliser mes acquis, et ne pas les laisser de côté.

Quel est l’objectif de la page ?
Mon objectif est de faire de la narration, de raconter des faits personnels et généraux. D’une part, le contenu vise à enseigner et à informer. Dans ce sens, je prévois de faire appel à des spécialistes et formateurs pour parler de sujets spécifiques que je ne peux pas aborder seul. Dans chaque animation, j’introduis un peu d’humour - pas dans le style conventionnel - mais un peu plus du sarcasme. Sur le plan personnel, mon seul objectif est d’essayer de percer, pour être reconnu, et s’étendre facilement sur de plus grands projets d’animation. Je prévois de faire un court-métrage, ou peut-être un long-métrage en animation, mais cette année d’abord, le but est de se concentrer sur le contenu de la page et de publier un nouvel épisode tous les deux mois. J’ai également une autre page, avec une audience plus large, où je partage mes dessins. Dans Pixely Sartin.mg, la principale cible reste les Malgaches.

Combien de temps prend la production ?
Dans mon cas, la production est assez différente de celle en général, à Madagascar. La plupart des animations ici suivent un style plutôt américain, alors que le mien s’inspire de modèles asiatiques. Bien que le logiciel soit le même, nos méthodes sont quelque peu différentes : mes projets se font « frame by frame », c’est-à-dire que je prends les images une par une, pour les assembler en animation. Le premier projet m’a pris plus d’un an, en s’alignant aux projets personnels, dont la préparation de ma Licence. Le sujet est inspiré du contenu du Youtubeur Domics, où il parlait des jeux auxquels il jouait quand il était plus jeune. J’en ai tiré un plan de thèmes pour les épisodes à venir. Le grand défi de l’animation à Madagascar est la question de temps : la production d’une animation demande plus de temps que de matériel ou de budget. Il y a beaucoup de talentueux animateurs au pays, mais le temps reste un des principaux défis du milieu.

Des formations en animation ?
J’ai commencé à un très jeune âge, en dessinant dans mes carnets et en faisant défiler. C’est une passion depuis toujours. Il n’y a pas eu de formation, du moins je n’en ai pas trouvé. J’ai appris sur YouTube et les réseaux sociaux. À côté, les questions d’opportunités de formation manquent, et les vidéos sont généralement en anglais, ce qui fait qu’il faut maîtriser cette langue également. Lors de mes études, j’ai surtout appris la production cinématographique, et pas l’animation. Je n’ai pas continué le cinéma, car il est difficile de trouver de bons acteurs, et une bonne place pour tourner, alors qu’en animation, il suffit de dessiner. En tout cas, je m’inspire des mots d’un youtubeur pour mon parcours : il disait qu’où qu’on aille, il ne faut pas seulement passer, mais y laisser son empreinte. Où que j’aille, j’aimerais laisser cette empreinte.

Propos recueillis par Rova Andriantsileferintsoa
Facebook : Pixely Sartin.mg
Contact : +261 32 74 089 21

Laisser un commentaire
no comment
no comment - La 5e édition de la résidence Regards  Croisés à Diego Suarez

Lire

15 juillet 2024

La 5e édition de la résidence Regards Croisés à Diego Suarez

La 5e édition de la résidence Regards Croisés à Diego Suarez s’est déroulée du 24 juin au 06 juillet organisée par l’Alliance Française d’Antsiranana...

Edito
no comment - L’appel de la forêt

Lire le magazine

L’appel de la forêt

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île. Depuis de nombreuses années, ce peuple est entouré de légendes non fondées et suscite la curiosité des chercheurs et des historiens. Et pourtant, c’est un peuple qui a hérité d’une culture et d’un mode de vie séculaire vouant à disparaître, si aucune initiative n’est lancée pour sauver leur forêt qui continue de brûler chaque année. Une forêt primaire pourtant nommée au rang de patrimoine mondial de l’UNESCO. Comme le précise le photographe Thierry Cron (p.44), l’objectif principal de son travail photographique est de faire découvrir ce peuple au plus grand nombre, de sensibiliser le public à la précarité de leur situation, de susciter une prise de conscience collective et d’encourager des actions concrètes en faveur de la préservation de leur environnement et de leur mode de vie. 

no comment - mag no media 02 - Mai - Juin 2024

Lire le magazine no media

No comment Tv

GRAND ANGLE - Mikea - Thierry Cron - Reportage photos – NC 174

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île, victimes de la déforestation.

Focus

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM Hors les Murs à la Zone Zital Ankorondrano, le samedi 22 juin.

no comment - Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Voir