Michel « Ra-varavarana » Le maestro des portières
22 janvier 2024 // Métiers & Petits Métiers // 95 vues // Nc : 168

Dans le quartier d’Alarobia, en face de Stephaina Beauté, se niche un coin particulier où vit un homme passionné par son métier. C’est un homme de 36 ans dont le nom résonne dans les rues comme « Ra-varavarana », qui signifie « portière » en malgache. Bien que son vrai nom soit Michel, il est plus largement reconnu par ce surnom qui révèle sa profession peu commune : réparateur de portière de voiture.

L’histoire de Ra-varavarana dans ce métier peu ordinaire commence en 2004 à Andravoahangy, un quartier où foisonnent les réparateurs de portières de voiture qui se déplacent dans les rues à la recherche des clients. « J’ai commencé comme apprenti, apprenant les ficelles du métier auprès de mes pairs ». Mais avec le temps, il a acquis de l’expérience et devient aussi talentueux que ses prédécesseurs. Comme l’adage le dit souvent, l’élève dépasse le maître. En 2010, Ra-varavarana a décidé de faire un pas de côté en quittant Andravoahangy pour s’installer à Alarobia. C’est là-bas qu’il est devenu le seul réparateur de portières de voiture du coin. « Ici, la concurrence est moins rude, et je suis le seul à offrir ce service dans les environs ». De plus, il a délaissé les méthodes des réparateurs d’Andravoahangy, ne déambulant plus dans les rues pour proposer ses services aux automobilistes de passage. « Maintenant, je me contente de me tenir dans mon petit coin à attendre patiemment que les clients viennent à moi, généralement par le biais d’appels téléphoniques ».

Cela dit, la réparation des portières de voiture n’est pas une tâche facile. « Les portières des véhicules allemands, notamment les anciennes Mercedes et les Volkswagen Golf de type 5 ou 6 présentent des défis particuliers » lance-t-il.En effet, chaque modèle est unique, mais Michel parvient toujours à résoudre les problèmes courants tels que les portières qui ne s’ouvrent pas de l’extérieur ou de l’intérieur, ou lorsque les clés restent coincées à l’intérieur de la voiture. Lorsque vous vous rendez dans le petit coin d’Alarobia où exerce Ra-varavarana, vous verrez souvent des clients fidèles qui emmènent leurs voitures et attendent patiemment pendant qu’il effectue les réparations nécessaires. « Même lorsque je suis malade, mes clients de longue date ne se tournent pas vers d’autres réparateurs, ils préfèrent attendre mon rétablissement ». En cas de problème persistant, Ra-varavarana, même malade, n’hésite pas à se déplacer pour effectuer les réparations. Parfois, il élargit ses services en réalisant des installations d’alarme sur les voitures ou les motos, ainsi que des poses de vitres teintées pour les véhicules et les maisons.  Bien que les affaires aillent généralement bien pour Ra-varavarana, il connait quelques baissent de revenus en septembre, un mois où les gens sont occupés avec la rentrée scolaire. Cependant, à partir de novembre, la demande augmente considérablement avec de nombreux clients faisant appel à ses services.

Rencontrer Michel, ou plutôt Ra-varavarana, c’est entrer dans le monde passionnant et ingénieux de la réparation de portières de voitures. Il incarne la loyauté envers sa clientèle qui a fait de lui un pilier précieux de la communauté automobile d’Alarobia. Sa compétence et son dévouement font de lui un réparateur apprécié et respecté dans le quartier, toujours prêt dans son coin, à répondre aux besoins de ses clients avec professionnalisme et expertise.

Propos recueillis par  Cédric Ramandiamanana
Contact : +261 33 20 175 58

Laisser un commentaire
no comment
no comment - La 5e édition de la résidence Regards  Croisés à Diego Suarez

Lire

15 juillet 2024

La 5e édition de la résidence Regards Croisés à Diego Suarez

La 5e édition de la résidence Regards Croisés à Diego Suarez s’est déroulée du 24 juin au 06 juillet organisée par l’Alliance Française d’Antsiranana...

Edito
no comment - L’appel de la forêt

Lire le magazine

L’appel de la forêt

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île. Depuis de nombreuses années, ce peuple est entouré de légendes non fondées et suscite la curiosité des chercheurs et des historiens. Et pourtant, c’est un peuple qui a hérité d’une culture et d’un mode de vie séculaire vouant à disparaître, si aucune initiative n’est lancée pour sauver leur forêt qui continue de brûler chaque année. Une forêt primaire pourtant nommée au rang de patrimoine mondial de l’UNESCO. Comme le précise le photographe Thierry Cron (p.44), l’objectif principal de son travail photographique est de faire découvrir ce peuple au plus grand nombre, de sensibiliser le public à la précarité de leur situation, de susciter une prise de conscience collective et d’encourager des actions concrètes en faveur de la préservation de leur environnement et de leur mode de vie. 

no comment - mag no media 02 - Mai - Juin 2024

Lire le magazine no media

No comment Tv

GRAND ANGLE - Mikea - Thierry Cron - Reportage photos – NC 174

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île, victimes de la déforestation.

Focus

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM Hors les Murs à la Zone Zital Ankorondrano, le samedi 22 juin.

no comment - Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Voir