Madagascar : vue du jeu vidéo
27 avril 2023 // Media & Add-0n // 101 vues // Nc : 159

Que ce soit le cinéma, la musique ou les arts graphiques, la Grande Ile est partout, y compris dans les jeux vidéo. Et même si elle n’est pas toujours la star, les créateurs ne manquent pas de la présenter ici et là de diverses manières, pour notre petit plaisir chauvin. Alors voyons ensemble certaines productions qui nous ont fait dire « ah, mais c’est chez nous ! ». Nous n’allons évidemment pas parler des productions malgaches, telles que Dahalo, sinon ça serait trop facile, ni des jeux tirés du film d’animation de DreamWorks.

007 : Quantum of Solace
Comme son nom ne l’indique qu’à moitié, ce jeu adapte sur console les films Casino Royale et Quantum of Solace de la licence James Bond. Et ceux qui ont vu les films (qui ne l’a pas fait) savent que la scène qui nous intéresse ici se déroule dans les bidonvilles d’Antananarivo. On y suit notre agent alpha dans une course poursuite à travers les rues et des bâtiments en construction. Ce n’est qu’une petite partie du jeu, mais le malgache en nous ne peut s’empêcher d’afficher un petit sourire quand des ouvriers crient « aty ! » pour nous indiquer la direction prise par le fuyard.

Assassin’s Creed IV : Black Flag
Tu n’es pas malgache si tu n’as jamais joué au fanorona. Après tout, c’est LE jeu de stratégie national. Et notre jeu a été mis à l’honneur dans la célèbre licence de jeux d’assassinat. Par contre, Black Flag ne déroule pas à Madagascar, mais dans les Caraïbes, lors de l’âge d’or de la piraterie. Le fanorona est l’un des trois mini-jeux présents, aux côtés des échecs et du moulin. Un petit texte présente les origines du jeu, et on peut y jouer contre l’IA à des niveaux de difficulté différents. Le choix d’inclure notre jeu dans ce titre n’est pas étonnant, puisque la Grande Ile est grandement liée à l’histoire de la piraterie. Et c’est un agréable ajout qui nous permet de nous détendre entre deux pillages de navire et autres chasses à la baleine (ne faites pas ça dans la vraie vie). A noter que le fanorona est aussi présent dans le précédent opus, Assassin’s Creed III.

Uncharted 4 : A Thief's End
Madagascar est décidément aimée pour la piraterie et toutes les légendes qui gravitent autour. La soif d’aventure de Nathan Drake, descendant spirituel d’Indiana Jones, l’a en effet conduit sur notre très chère terre rouge. Enfin, pas vraiment, puisque le studio a créé un décor original, inspiré de notre pays. Le lead designer du jeu a d’ailleurs précisé que c’est l’environnement de Madagascar qui a été la source d’inspiration première du jeu. Il ne s’agissait donc pas de retranscrire à l’identique les côtes malgaches. On s’amuse toutefois à reconnaître certains éléments, comme le relief, les maisons traditionnelles, les taxis… Dans le mode multijoueur, une carte se nomme Madagascar City, tirée de la ville fictive de King’s Bay du mode histoire, qui est un mix entre Maroantsetra et Antananarivo. Certains en voudront aux créateurs du jeu d’avoir pris trop de liberté, mais il faut bien avouer que le rendu final est loin d’être désagréable à l’œil.

Propos recueillis par Eymeric Radilofe

Laisser un commentaire
no comment
no comment - La 5e édition de la résidence Regards  Croisés à Diego Suarez

Lire

15 juillet 2024

La 5e édition de la résidence Regards Croisés à Diego Suarez

La 5e édition de la résidence Regards Croisés à Diego Suarez s’est déroulée du 24 juin au 06 juillet organisée par l’Alliance Française d’Antsiranana...

Edito
no comment - L’appel de la forêt

Lire le magazine

L’appel de la forêt

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île. Depuis de nombreuses années, ce peuple est entouré de légendes non fondées et suscite la curiosité des chercheurs et des historiens. Et pourtant, c’est un peuple qui a hérité d’une culture et d’un mode de vie séculaire vouant à disparaître, si aucune initiative n’est lancée pour sauver leur forêt qui continue de brûler chaque année. Une forêt primaire pourtant nommée au rang de patrimoine mondial de l’UNESCO. Comme le précise le photographe Thierry Cron (p.44), l’objectif principal de son travail photographique est de faire découvrir ce peuple au plus grand nombre, de sensibiliser le public à la précarité de leur situation, de susciter une prise de conscience collective et d’encourager des actions concrètes en faveur de la préservation de leur environnement et de leur mode de vie. 

no comment - mag no media 02 - Mai - Juin 2024

Lire le magazine no media

No comment Tv

GRAND ANGLE - Mikea - Thierry Cron - Reportage photos – NC 174

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île, victimes de la déforestation.

Focus

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM Hors les Murs à la Zone Zital Ankorondrano, le samedi 22 juin.

no comment - Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Voir