La Pole Dance : Tourner à ne plus s'arrêter
20 septembre 2023 // Loisirs & J’ai essayé // 87 vues // Nc : 164

Faire du sport de manière ludique. À tous ceux à qui cette idée accroche, nous avons testé la Pole Dance pour vous. Ce mois-ci, on vous emmène dans un univers qui mélange la gymnastique, la chorégraphie, et l'acrobatie, avec Manitra du Pole Dance Tana. Une petite infiltration dans leur studio à Ankorondrano pour en sortir avec quelques courbatures bien marquées, et en envie d'y revenir.

Premier jour au studio de Pole Dance Tana. Peu d'endurance et beaucoup d'appréhensions, mais l'accueil y est des meilleurs. Manitra et ses élèves savent rassurer celles qui débutent. La séance dure une heure, pour débuter sur 20 minutes d'échauffement, d'étirement, et de travail de souplesse. Si les exercices se déroulent normalement pour les habituées, les novices peuvent avancer à leur rythme. Chaque articulation est travaillée, du cou aux poignets, sans oublier de renforcer les jambes et les bras. Manitra explique : « La préparation est importante. À mesure qu'on s'y applique, la souplesse active s'améliore. » Le reste de la séance tombe sur des essais aux figures simples, et quelques fondamentaux de la pole dance. L'évolution est assistée par Manitra et soutenue par toute la classe.Le secret de la pole dance se trouve dans les mains : de l'équilibre aux mouvements, savoir les utiliser pour tenir la barre est primordiale. Viennent ensuite les figures, dont la première, et bien la plus basique : le front hook, ou le crochet devant, car tenir la barre par le genou est possible.

Une seconde figure qui rappelle la nécessité d'un bon étirement : le skater demande un peu plus de souplesse, et une précision au niveau du pied qui devient l'accroche. Cette figure donne suite au Fireman, la position des pompiers à la descente. Le dernier, et sans doute, le plus challengeant, est le carrousel : s'il semble plus facile de tenir la barre et de se laisser emporter, elle l'est moins sans un exercice préalable des bras. Manitra explique : « Sans s'en rendre compte, nous venons de faire exactement les mêmes efforts, les mêmes engagements musculaires qu'une session de pompes et de pull-ups. » Bien que ludique, la pole dance fait travailler tous les muscles du corps. De l'abdomen à l'avant-bras et aux genoux, la discipline fait découvrir les parties inexplorées des muscles, aux mêmes avantages d'une bonne séance de gymnastique.

Depuis 2019, le studio propose des séances par semaine. À une cinquantaine d'élèves, des spectacles ont été prévus par le passé. Pour ceux qui veulent découvrir, la page est active sur Facebook et Instagram. L'expérience en vaut le détour, malgré les deux à trois jours de courbatures qui en suivent au bras, à l'avant-bras ou à l'abdomen. S'essayer à une figure, bien que fatigant, est addictif : il faut faire plusieurs essais avant d'en trouver un résultat. Mais l'exaspération succombe à la finalité. Il y a plus de 600 figures à essayer et à combiner, fait que Manitra renforce : « Nous ne serons jamais à court de chorégraphie, mais travailler les figures pour que le rendu soit fluide demande du temps. » La pole dance, c'est également un travail sur l'acceptation du corps. Il n'est pas toujours évident de marcher dans une pièce en brassière et en short court, mais il le faut pour plus d'aise. Manitra confie : « Généralement, quand on pose la question sur les bienfaits de la pole dance, on ne nous parle pas que du physique. C'est aussi la confiance en soi, la paix avec le corps, et le courage : les élèves sont de tout âge et morphologie, sans distinction. » Cette gymnastique est un essai à l'affranchissement et la persévérance : tourner une, deux, trois fois jusqu'à réussir. La discipline est une belle découverte du corps par le physique et le mental.

Propos recueillis par  Rova Andriantsileferintsoa
Manitra (Pole Dance Tana) : +261 34 27 330 90

Laisser un commentaire
no comment
no comment - La 5e édition de la résidence Regards  Croisés à Diego Suarez

Lire

15 juillet 2024

La 5e édition de la résidence Regards Croisés à Diego Suarez

La 5e édition de la résidence Regards Croisés à Diego Suarez s’est déroulée du 24 juin au 06 juillet organisée par l’Alliance Française d’Antsiranana...

Edito
no comment - L’appel de la forêt

Lire le magazine

L’appel de la forêt

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île. Depuis de nombreuses années, ce peuple est entouré de légendes non fondées et suscite la curiosité des chercheurs et des historiens. Et pourtant, c’est un peuple qui a hérité d’une culture et d’un mode de vie séculaire vouant à disparaître, si aucune initiative n’est lancée pour sauver leur forêt qui continue de brûler chaque année. Une forêt primaire pourtant nommée au rang de patrimoine mondial de l’UNESCO. Comme le précise le photographe Thierry Cron (p.44), l’objectif principal de son travail photographique est de faire découvrir ce peuple au plus grand nombre, de sensibiliser le public à la précarité de leur situation, de susciter une prise de conscience collective et d’encourager des actions concrètes en faveur de la préservation de leur environnement et de leur mode de vie. 

no comment - mag no media 02 - Mai - Juin 2024

Lire le magazine no media

No comment Tv

GRAND ANGLE - Mikea - Thierry Cron - Reportage photos – NC 174

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île, victimes de la déforestation.

Focus

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM Hors les Murs à la Zone Zital Ankorondrano, le samedi 22 juin.

no comment - Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Voir