Itokiana Andrianasolo : RC Inside
28 juillet 2023 // Loisirs & J’ai essayé // 104 vues // Nc : 162

Les voitures miniatures gagnent du terrain à Madagascar. Ces petites machines sous licences attirent plus d'un, et deviennent le nouveau loisir des grands. Le RC Inside regroupe, depuis 2018, les passionnés des voitures radiocommandées. De petits groupes à nationaux, les amateurs trouvent toujours le moyen de se retrouver autour d'un circuit improvisé. Itokiana Andrianasolo, membre et co-fondateur du groupe, nous partage sa passion.

Le RC, qu'est-ce que c'est ?
RC pour radiocommandé, ce sont les voitures miniatures guidées par une commande à distance. Il y a deux catégories de RC : les "toys" ou ces petits véhicules qu'on trouve dans les magasins de jouets, et "hobby". Le RC Hobby regroupe de vraies voitures - avec tous ses équipements - mais en petite taille. Il y a du ⅕, de la taille d'une table, du 1/9 et du 1/10, plus petite. De cette même catégorie, il y existe plusieurs types : le RC rally, drift, touring sur un circuit ou une piste, et crawler pour les circuits à obstacle du style "off-road". Il n'y a pas que les voitures : le RC, c'est aussi les avions, les motos, les bateaux ou les camions. Toutes les composantes des voitures RC sont sous licences : ils proviennent des grandes industries constructrices de voitures. Chaque partie y est placée soigneusement, car il s'agit en fait de petites répliques de vraies voitures.

Comment ça marche ?
Le RC est collé à un émetteur directement relié à son transmetteur. Les voitures fonctionnent avec de l'électricité, et la recharge est réglable selon la nécessité et l'autonomie recherchée. L'électricité part d'une petite boîte contrôleur de vitesse (Electronic Speed Controller), qui la répartit dans toutes les parties de la voiture. Le moteur fonctionne par nombre de tours, et varie selon la vitesse recherchée : plus elle est rapide, plus le tour-moteur est élevé ; mais pour les plus simples, ou pour le crawler, le nombre de tours est plus petit. Il n'y a pas de pré-requis pour se lancer dans ce nouveau loisir, pas de connaissances nécessaires ; nous sommes tous partis de débutants.

Pour ceux qui souhaitent s'y essayer, je dirais qu'il faudrait un budget de 1 million Ariary. Le prix cause une certaine réticence, surtout parce les pièces sont importées, les rendant assez coûteux. Une fois dedans, le RC ne requiert pas de grands soins, à part un petit graissage de temps à autre.

Vous organisez aussi des rencontres…
Oui, chez RC Inside, nous avons déjà organisé un championnat national d'une quarantaine de participants. Nous choisissons l'endroit et le circuit : un circuit normal dure jusqu'à une minute trente, et cela se répète sur plusieurs manches. Au final, celui qui gagne le plus de points - qui a fait le minimum de temps possible - gagne. Le règlement du rally ne change pas de celui des grandes voitures. Nous organisons aussi des petites rencontres entre nous pour se partager les conseils, se détendre entre amis. Dans ces cas, nous allons dans les parcs comme à Tsimbazaza ou à Ambohidratrimo pour un circuit rempli du crawler. Je dirais que le choix du lieu est un grand défi pour le RC : nous n'avons pas d'endroits fixes pour nous réunir, et les lieux publics nécessitent qu'on arrange le circuit de manière à installer le public sans nuire aux autres visiteurs.

Quels sont vos aspirations pour le RC ?
Il y a un groupe à plus de 10.000 membres sur Facebook : Gasy RC. Ma plus grande aspiration pour le moment, c'est que chaque membre de ce groupe possède au moins une voiture RC. Dans le RC Inside, nous discutons souvent de rencontres nationales. Ce juillet, par exemple, est marqué par une manche rally. De mon côté, j'espère que chaque personne intéressée ou passionnée découvre ce loisir par leur propre voiture, et que tous ces amateurs se réunissent pour qu'ensemble, on puisse faire avancer le monde du RC à Madagascar.

Propos recueillis par Rova Andriantsileferintsoa

Laisser un commentaire
no comment
no comment - La deuxième édition du festival de tatouage Havatse 2024

Lire

23 juillet 2024

La deuxième édition du festival de tatouage Havatse 2024

La deuxième édition du festival de tatouage Havatse s’est déroulée les 13 et 14 juillet à La Teinturerie Ampasanimalo. Une deuxième édition organisée...

Edito
no comment - L’appel de la forêt

Lire le magazine

L’appel de la forêt

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île. Depuis de nombreuses années, ce peuple est entouré de légendes non fondées et suscite la curiosité des chercheurs et des historiens. Et pourtant, c’est un peuple qui a hérité d’une culture et d’un mode de vie séculaire vouant à disparaître, si aucune initiative n’est lancée pour sauver leur forêt qui continue de brûler chaque année. Une forêt primaire pourtant nommée au rang de patrimoine mondial de l’UNESCO. Comme le précise le photographe Thierry Cron (p.44), l’objectif principal de son travail photographique est de faire découvrir ce peuple au plus grand nombre, de sensibiliser le public à la précarité de leur situation, de susciter une prise de conscience collective et d’encourager des actions concrètes en faveur de la préservation de leur environnement et de leur mode de vie. 

no comment - mag no media 02 - Mai - Juin 2024

Lire le magazine no media

No comment Tv

GRAND ANGLE - Mikea - Thierry Cron - Reportage photos – NC 174

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île, victimes de la déforestation.

Focus

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM Hors les Murs à la Zone Zital Ankorondrano, le samedi 22 juin.

no comment - Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Voir