Henintsoa Rabarijaona « La musique classique, c’est mon quotidien »
11 avril 2024 // Musique // 175 vues // Nc : 171

Au pupitre depuis une vingtaine d’années, on le reconnaît par les premières notes qu’il donne, car il n’est pas que musicien, il est aussi un leader. De petits groupes à orchestre, Henintsoa Rabarijaona aka Tsoa, dirige ses formations par la force de la discipline et de la passion. Formateur et concertiste, le violoniste ne se laisse pas limiter par le temps, les conditions, ou l’espace.

Il donne le premier coup d’archet. Henintsoa Rabarijaona est chef de pupitre, aussi appelé « premier violon » de l’Orchestre et Chœur Philarmoniques d’Antananarivo Analamanga (OCPAA). Une qualification qu’il doit à un parcours fait de défis, car, si le musicien a commencé à s’intéresser à la musique sans avoir eu d’instrument, il a appris à jouer en autodidacte. « J’ai commencé à m’y intéresser au sein de l’Église anglicane, où l’éducation introduit la musique classique, à travers les morceaux liturgiques. Puis, j’ai commencé à apprendre (à jouer du violon), vers la fin de l’année 2000. » En 2020, il obtient officiellement son diplôme au Centre National d’Enseignement de Musique et de Danse (CNEMD). Initié au monde des musiciens par Dr Olivier José Razafitsambaina, fondateur de l’OCPAA et de l’Orchestre de l’Orphelinat Saint Paul, le passionné de musique a commencé à faire le tour des concerts en tant que spectateur, à reproduire les chansons célèbres, et à exercer son oreille musicale. « J’ai appris en essayant de reproduire des chansons, mais aussi en allant à des concerts, en reproduisant les gestes techniques des musiciens, et en adoptant leur posture. Je me souviens qu’à ce moment-là, je traînais à Itaosy, en centre-ville, jusqu’à Andohalo, pour voir des concerts. » L’autodidacte et jeune Tsoa est vite repéré par ses aînés, pour devenir, en 2006, chef de pupitre.

Aux grands pouvoirs, de grandes responsabilités. Parce qu’un chef de pupitre est un leader, aucune note ne doit lui échapper. Tsoa connaît chaque instrument et musicien membre de l’orchestre. Bras droit du chef d’orchestre, il donne vie aux pièces pour rendre chaque expérience en salle unique. « Le premier violon gère tout le côté technique : le chef d’orchestre explique l’exécution, et c’est au chef de pupitre, ou premier violon, de proposer la technique qui correspond à cette vision. » Du recrutement à la répétition, il doit connaître chaque membre de l’orchestre, leurs forces et leurs faiblesses, les soucis de temps comme le caractère de chacun. C’est à lui de choisir la place des musiciens sur scène : le chef de pupitre doit surpasser la technique, comprendre, et s’adapter au contexte de son pays natal. « Le contexte au pays est différent de celui des pays étrangers, où les musiciens sont engagés pour travailler sur une pièce. Connaissant la situation des musiciens ici, je décide avec eux du temps que nous allons donner à la répétition. La seule condition est que chacun fasse de son mieux pour réussir le concert. » Le premier violon dirige d’une main de fer ses co-équipiers. Une discipline qu’il se doit de poser pour chaque cours, sans y laisser la délicatesse. Et si parfois, des incidents arrivent, les mains du premier violon ne peuvent pas glisser : « Un des moments qui m’ont marqué durant mon parcours a été un concert, où le chanteur et les musiciens se sont perdus : j’ai dû continuer, tout seul, le morceau jusqu’à la fin. » Dans tout cela, le chef pupitre garde de beaux souvenirs de ses concerts. L’homme, en éternel apprenti, connaît l’émerveillement d’un très grand orchestre lors de ses voyages hors du pays.

Formateur de profession, le passionné survit dans un contexte peu évident. « En général, il n’y a que deux moyens de se professionnaliser dans le milieu de la musique : en étant concertiste ou formateur. Mais à Madagascar, on est obligé d’être les deux. De même, il est crucial de participer à plusieurs concerts afin de valider les acquis. Heureusement, actuellement, l’Etat est en train de mettre en place une structure afin de normaliser les formations artistiques et culturelles. » Tsoa, formateur qui a dû laisser son rêve de créer une école à Madagascar, continue d’y croire : « La musique classique est la base de tous les autres genres. C’est pour cela qu’il est indispensable de l’enseigner avant tout. Certains décident ensuite de faire du jazz, du rock, ou d’autres styles de musique : je ne peux garantir qu’une chose, je n’arrêterai pas la musique classique, jamais. La musique classique, c’est mon quotidien. » Outre les concerts prévus par l’OCPAA, Henintsoa Rabarijaona participe régulièrement à des concerts, notamment au sein de l’Orchestre à Rayonnement Régional de La Réunion, en tant que second violon. Le musicien prévoit de pousser ses élèves et d’assurer la relève par la professionnalisation et le soutien de leur projet. D’ici-là, Henintsoa Rabarijaona garde la main.

Propos recueillis par  Rova Andriantsileferintsoa
Facebook : Henintsoa
Contact : +261 34 33 862 02

Laisser un commentaire
no comment
no comment - La deuxième édition du festival de tatouage Havatse 2024

Lire

23 juillet 2024

La deuxième édition du festival de tatouage Havatse 2024

La deuxième édition du festival de tatouage Havatse s’est déroulée les 13 et 14 juillet à La Teinturerie Ampasanimalo. Une deuxième édition organisée...

Edito
no comment - L’appel de la forêt

Lire le magazine

L’appel de la forêt

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île. Depuis de nombreuses années, ce peuple est entouré de légendes non fondées et suscite la curiosité des chercheurs et des historiens. Et pourtant, c’est un peuple qui a hérité d’une culture et d’un mode de vie séculaire vouant à disparaître, si aucune initiative n’est lancée pour sauver leur forêt qui continue de brûler chaque année. Une forêt primaire pourtant nommée au rang de patrimoine mondial de l’UNESCO. Comme le précise le photographe Thierry Cron (p.44), l’objectif principal de son travail photographique est de faire découvrir ce peuple au plus grand nombre, de sensibiliser le public à la précarité de leur situation, de susciter une prise de conscience collective et d’encourager des actions concrètes en faveur de la préservation de leur environnement et de leur mode de vie. 

no comment - mag no media 02 - Mai - Juin 2024

Lire le magazine no media

No comment Tv

GRAND ANGLE - Mikea - Thierry Cron - Reportage photos – NC 174

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île, victimes de la déforestation.

Focus

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM Hors les Murs à la Zone Zital Ankorondrano, le samedi 22 juin.

no comment - Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Voir