Génération Cœur et Conscience : Quand les jeunes deviennent porteurs des valeurs universelles
19 juin 2024 // Assos // 155 vues // Nc : 173

Depuis les années 2000, Diego Suarez est devenu tristement célèbre à cause du phénomène « foroche », des groupes de jeunes violents qui sèment la terreur en ville. Un problème qui n’est que la pointe de l’iceberg, face au chômage, la pauvreté et les tensions sociales. Alors, depuis 2006, l’association Cœur et Conscience œuvre pour donner une chance aux enfants et aux jeunes qui n’ont pas de perspectives dans la vie. Retour sur 18 ans de promotion de valeurs humaines universelles et d’actions, avec Bénédicte Theret, la coordinatrice adjointe.

Bénédicte Theret lors du discours d’ouverture du spectacle de restitution des ateliers sur la paix au sein du quartier des mineurs de la maison centrale de Diego Suarez.

Ici, les jeunes ne se font pas aider passivement, l’association leur fournit les outils pour qu’ils deviennent eux-mêmes promoteurs des valeurs humaines comme la paix, l’amour, la tolérance, la solidarité, le respect, l’honnêteté, l’égalité, l’intégrité. Concrètement, les 91 jeunes Malagasy qui sont membres apprennent ces valeurs et les transmettent en même temps grâce à des actions visibles et qui profitent à la société. Parmi ces actions porteuses de valeurs, ils ont nettoyé le bazar kely en collaboration avec la Commune Urbaine de Diego Suarez, visité et échangé avec les orphelins de la Maison d’Arnaud, et participé à des rencontres sportives mixtes, entre filles et garçons, et entre personnes valides et vivant avec un handicap.

Si on peut qualifier cela d’actions préventives, l’association ne s’arrête pas là, mais approche également les mineurs incarcérés, suite à un partenariat avec l’ONG Grandir Dignement. « De juin 2023 à mars 2024, les jeunes Génération se sont rendues chaque premier samedi du mois au quartier mineur de la prison de la ville pour participer à des ateliers sur la paix. Ensemble, ils ont défini la paix, identifié les acteurs de paix, appris à reconnaître et identifié ses émotions et celles des autres ; puis ont travaillé sur les problématiques auxquelles sont confrontés les jeunes et les conséquences qu’elles peuvent avoir ». Résultat : les jeunes ont pu s’exprimer sur cette expérience de huit mois à travers un spectacle composé de textes de slam, de poésie, et des chansons écrites par eux-mêmes. La restitution de cet atelier le 2 mars dernier au quartier mineur de la prison a donné lieu à un moment riche en émotion.

Atelier sur la paix au sein du quartier des mineurs de la maison centrale de Diego Suarez.

Toujours dans cette optique d’attention particulière portée sur les jeunes les plus vulnérables, la Génération Cœur et Conscience a un projet qui part de la situation des femmes pour lutter contre les formes de discrimination. Le projet « Laissons les femmes réaliser leur plein potentiel » part des discriminations subies par les femmes à cause de leurs menstruations. « Les jeunes Génération ont exposé des photos en grand format sur les défis auxquels sont confrontées les femmes, invitant le spectateur à réfléchir et se questionner sur le regard qu’il pose sur ce phénomène qui touche 300 millions de femmes chaque jour. » En plus de s’adresser à un problème féminin, à travers ce projet, les jeunes revendiquent aussi les valeurs humaines universelles comme la nécessité de lutter contre les discriminations. « En plus de l’exposition, la Génération Cœur et Conscience a réalisé des collages aux mots impactant pour marquer leur engagement dans les quartiers. » Pour poursuivre leur mission, l’association compte présenter le travail réalisé auprès des mineurs incarcérés avec leurs parties prenantes, pour changer davantage de mentalités.

Propos recueillis par  Mpihary Razafindrabezandrina
Site : www.coeuretconscience.org
Photos : Cœur & Conscience / David Hubert Rakotomalala

Laisser un commentaire
no comment
no comment - La deuxième édition du festival de tatouage Havatse 2024

Lire

23 juillet 2024

La deuxième édition du festival de tatouage Havatse 2024

La deuxième édition du festival de tatouage Havatse s’est déroulée les 13 et 14 juillet à La Teinturerie Ampasanimalo. Une deuxième édition organisée...

Edito
no comment - L’appel de la forêt

Lire le magazine

L’appel de la forêt

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île. Depuis de nombreuses années, ce peuple est entouré de légendes non fondées et suscite la curiosité des chercheurs et des historiens. Et pourtant, c’est un peuple qui a hérité d’une culture et d’un mode de vie séculaire vouant à disparaître, si aucune initiative n’est lancée pour sauver leur forêt qui continue de brûler chaque année. Une forêt primaire pourtant nommée au rang de patrimoine mondial de l’UNESCO. Comme le précise le photographe Thierry Cron (p.44), l’objectif principal de son travail photographique est de faire découvrir ce peuple au plus grand nombre, de sensibiliser le public à la précarité de leur situation, de susciter une prise de conscience collective et d’encourager des actions concrètes en faveur de la préservation de leur environnement et de leur mode de vie. 

no comment - mag no media 02 - Mai - Juin 2024

Lire le magazine no media

No comment Tv

GRAND ANGLE - Mikea - Thierry Cron - Reportage photos – NC 174

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île, victimes de la déforestation.

Focus

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM Hors les Murs à la Zone Zital Ankorondrano, le samedi 22 juin.

no comment - Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Voir