Faire son cinéma !
4 juin 2024 // Quiz & Actuel // 85 vues // Nc : 173

Koloina Itrimo : Amour à deux sens

Baissez les alertes ! Elle ne craint ni les spoils ni les préjugés. Koloina n’a besoin que de voir la pochette pour se dire « ah oui, celui-là, il m’intrigue », tout genre permis… surtout l’horreur. Tout ce qu’elle aime : se mettre dans la peau du personnage et pour cela, elle use de ses oreilles et de ses yeux. Koloina est cinéphile, et elle a toujours beigné dans cette passion. « C’est la sensation, mais aussi l’expérience : j’ai eu la chance, quand j’habitais encore avec mon père, de profiter de son matériel Hi-fi. Il aime cela, mais il est plus penché musique que film, et sinon, il préférait le tout premier Iron Man ou Casino Royal, parce que l’expérience est complète. Comme je vivais avec les parents, je devais regarder la même chose. » L’effet, le son, et la musique l’attirent, mais pas que… l’histoire lui en fait un coup de cœur.

« J’ai beaucoup apprécié la sonorité du second Dune. Ah, en parlant de Denis Villeneuve, le premier film que j’ai vu de lui était Sicario. D’habitude, je n’aime pas ce genre de film avec les gros Américains et leurs armes, mais celui-là m’a touché. Il y a un côté humain. C’est un très bon film, même au niveau de l’histoire personnelle, il va bien plus loin, et ce n’est pas de l’action, juste pour l’action. » Des problèmes ! Cette passion lui en a déjà donné, mais rien n’a réussi à la lui enlever. Elle en rit, mais l’émotion est encore là : « Je regarde en streaming, je ne télécharge plus depuis mes 15 ans. Je me rappelle encore aujourd’hui, je téléchargeais sur l’ordinateur familial, et il y a eu un virus. J’ai été fortement grondée pendant au moins un mois. » Mais rien ne l’arrête, et aujourd’hui, Koloina partage ses avis et sentiments, bien souvent, sur les réseaux sociaux. De trois films par jour durant le confinement, à quelques-uns plus tard, avec le travail, la cinéphile sait apprécier, doucement, en prenant son temps.

Tiana Stéphane : La planche et le papier plutôt que l’écran

Après six ans à faire du théâtre, Tiana Stéphane a bien remarqué que les émotions sont plus intenses quand elles ne passent pas par l’écran.
« L’avantage du théâtre c’est que l’émotion me touche beaucoup plus vu que j’assiste directement à la scène, ça me fait souvent pleurer. Les acteurs me touchent plus directement que si je les voyais à l’écran. C’est spécial d’assister à quelque chose qui se passe dans le même espace que soi, et non pas quelque chose qui est différée. »
Résultat, il ne regarde des films que deux fois par mois, pareil pour les longues séries.

« Je ne regarde pas de séries sauf s’il y en a qui m’intéresse vraiment, ou une mini-série d’une seule saison. Pour les films, je ne suis pas tellement les nouvelles sorties, j’aime plutôt les films anciens et différents qui sont plus difficiles à trouver, comme les films italiens des années 1960 et 1970. » Un éloignement qu’il explique aussi par le manque de temps à cause des responsabilités qui se multiplient avec l’âge. Comme alternative, il préfère la lecture. « Je préfère lire des livres car je peux l’emmener partout, alors que c’est chiant de regarder un film sur son téléphone dans un espace public, et puis la lecture me stimule beaucoup plus. »

Pages réalisées par Mpihary Razafindrabezandrina et Rova Andriantsileferintsoa

Laisser un commentaire
no comment
no comment - La deuxième édition du festival de tatouage Havatse 2024

Lire

23 juillet 2024

La deuxième édition du festival de tatouage Havatse 2024

La deuxième édition du festival de tatouage Havatse s’est déroulée les 13 et 14 juillet à La Teinturerie Ampasanimalo. Une deuxième édition organisée...

Edito
no comment - L’appel de la forêt

Lire le magazine

L’appel de la forêt

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île. Depuis de nombreuses années, ce peuple est entouré de légendes non fondées et suscite la curiosité des chercheurs et des historiens. Et pourtant, c’est un peuple qui a hérité d’une culture et d’un mode de vie séculaire vouant à disparaître, si aucune initiative n’est lancée pour sauver leur forêt qui continue de brûler chaque année. Une forêt primaire pourtant nommée au rang de patrimoine mondial de l’UNESCO. Comme le précise le photographe Thierry Cron (p.44), l’objectif principal de son travail photographique est de faire découvrir ce peuple au plus grand nombre, de sensibiliser le public à la précarité de leur situation, de susciter une prise de conscience collective et d’encourager des actions concrètes en faveur de la préservation de leur environnement et de leur mode de vie. 

no comment - mag no media 02 - Mai - Juin 2024

Lire le magazine no media

No comment Tv

GRAND ANGLE - Mikea - Thierry Cron - Reportage photos – NC 174

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île, victimes de la déforestation.

Focus

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM Hors les Murs à la Zone Zital Ankorondrano, le samedi 22 juin.

no comment - Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Voir