En ville avec Kevin Ramarohetra
27 février 2024 // Downtown // 88 vues // Nc : 169

L’année dernière, ses photos ont assuré la promotion de l’exposition collective Lamba Forever Mandrakizay, une première pour un artiste photographe. En dehors des galeries, Kevin Ramarohetra continue à chercher la beauté dans l’ordinaire. Dans l’objectif de son appareil photo, la capitale qui lui est pourtant si familière redevient neuve : des paysages urbains connus, des quartiers mythiques, et d’autres repères insoupçonnés… Autant d’adresses qu’il nous fait découvrir sous un angle proprement sien.

Votre resto favori ?
Déjà, il faut savoir que je mange un peu partout, mais si je dois nommer un restaurant favori, je nommerais Le Marais de chef Lalaina.
C’est là que j’ai trouvé l’art culinaire dans toute sa splendeur : la créativité du chef ainsi que son inspiration dans le dressage, les saveurs et le mélange des produits. C’est une expérience unique.
A part ça je mange aussi dans les restos chinois : Hamburger Chinois, La Dynastie, etc.

Votre plat préféré ?
Ce qui est sûr c’est que je suis un grand fan de la cuisine asiatique, tout ce qui est nouilles sautées avec du porc caramélisé ou du tsa-tsiou, j’adore ça.
Pour les plats malgaches, je suis mitigé entre le ravitoto sy henan-kisoa et l’omby ritra.

Une boisson fétiche ?
C’est le Coca-Cola, le vrai Coca-Cola, et non pas World Cola et compagnie, ni Pepsi. Même si j’en bois rarement ces dernières années car j’essaie de vivre sainement, ça reste quand même l’une de mes boissons préférées.

Où faire du shopping ?
Je ne fais pas beaucoup de shopping en général, mais le plus souvent je vais au marché de Mahamasina. Là- bas on voit des pièces uniques, et je trouve que la qualité et l’authenticité sont assurées. Si je cherche un truc plus spécifique, j’aime bien scroller sur Vinted.

Les meilleurs plans pour débuter une soirée ?
Je traîne souvent en ville, donc jeciterai Koko Kafé à Isoraka, Bogota à Isoraka ou Custom Café à Ampasamadinika c’est pour l’ambiance, le cadre, et bien sûr l’aventure.

Un endroit pour s’évader ?
Il n’y a pas d’endroit en particulier, mais pour quelqu’un comme moi qui aime beaucoup la nature, tant qu’on sort de la ville, loin du stress, du bruit et tout ça, ça me va ! En même temps, ça peut paraître paradoxal mais pour moi, s’évader c’est aussi rester chez soi et apprécier la paix et le calme à la maison.

Les bons plans pour les vacances ?
L’endroit qui m’a le plus marqué c’est l’île Sainte Marie. C’est vraiment un lieu à visiter, c’est un des plus beaux endroits de Madagascar selon moi. Pour ses paysages naturels, pour les amoureux de la nature, c’est vraiment unique comme endroit.

L’événement culturel qui vous a marqué ?
Sans doute l’exposition Lamba Forever Mandrakizay du mois de juillet à novembre 2023 à Hakanto Contemporary à Ankadimbahoaka. Avoir été parmi ces grands noms de la scène culturelle malgache m’a vraiment ému en fait. Il y avait des grands noms d’une autre époque, du XIXème siècle et autres, et avec des artistes actuels aussi. Pour cette exposition, le méli-mélo de différents arts sur un même thème m’a touché de manière inattendue. J’étais comme un petit poisson tout fier parmi ces artistes exceptionnels.

Votre actualité ?
Je nourris mon inspiration en prenant des photos par ci par là quand je suis inspiré. D’habitude, je prends en photo l’interaction des paysages et de l’humain, mais j’aimerais explorer des thèmes plus spécifiques qui touchent notre société. On verra où ça va nous mener.

Propos recueillis par Mpihary Razafindrabezandrina

Laisser un commentaire
no comment
no comment - La 5e édition de la résidence Regards  Croisés à Diego Suarez

Lire

15 juillet 2024

La 5e édition de la résidence Regards Croisés à Diego Suarez

La 5e édition de la résidence Regards Croisés à Diego Suarez s’est déroulée du 24 juin au 06 juillet organisée par l’Alliance Française d’Antsiranana...

Edito
no comment - L’appel de la forêt

Lire le magazine

L’appel de la forêt

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île. Depuis de nombreuses années, ce peuple est entouré de légendes non fondées et suscite la curiosité des chercheurs et des historiens. Et pourtant, c’est un peuple qui a hérité d’une culture et d’un mode de vie séculaire vouant à disparaître, si aucune initiative n’est lancée pour sauver leur forêt qui continue de brûler chaque année. Une forêt primaire pourtant nommée au rang de patrimoine mondial de l’UNESCO. Comme le précise le photographe Thierry Cron (p.44), l’objectif principal de son travail photographique est de faire découvrir ce peuple au plus grand nombre, de sensibiliser le public à la précarité de leur situation, de susciter une prise de conscience collective et d’encourager des actions concrètes en faveur de la préservation de leur environnement et de leur mode de vie. 

no comment - mag no media 02 - Mai - Juin 2024

Lire le magazine no media

No comment Tv

GRAND ANGLE - Mikea - Thierry Cron - Reportage photos – NC 174

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île, victimes de la déforestation.

Focus

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM Hors les Murs à la Zone Zital Ankorondrano, le samedi 22 juin.

no comment - Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Voir