Aponga - Music & Drum School : Rythm & School
13 avril 2024 // Musique // 153 vues // Nc : 171

Située à Ankorahotra, Aponga – Music & Drum School est une école qui enseigne tout ce qui concerne le rythme. En plus de la batterie et des percussions, elle propose également des cours de « Body percussion ». Fondée par Josia Rakotondravohitra, un musicien confirmé et professionnel, cette école existe depuis un an, proposant des méthodes adaptées à tous, que ce soit pour le plaisir, l’initiation musicale ou une carrière professionnelle.

Ouverte du mardi au samedi, de 8h à 17h, l’école propose deux types de cursus : le loisir, pour ceux qui veulent simplement découvrir et en faire un passe-temps, et le cursus junior, pour ceux qui souhaitent approfondir leurs connaissances sur les bases de la batterie, les techniques de frappe, le fonctionnement et bien d’autres. « Nous envisageons de développer une formation pour ceux qui veulent faire de la musique leur métier » ajoute Josia. Ce qui rend cette école unique, c’est sa méthode d’enseignement basée sur la « body percussion ». Selon Josia : « Il s’agit d’utiliser les sons naturels du corps (mains, pieds, poitrine, doigts, genoux) en utilisant des onomatopées ou des syllabes de la vie quotidienne ». Pour être plus clair, l’objectif est de développer l’attention, la mémoire, la créativité et la sensibilité dans un environnement ludique et collectif. « Cela offre une façon concrète de sensibiliser les élèves à l’écoute des autres. Ces méthodes sont adaptées à l’Afrique, où le sens du rythme prime sur la théorie musicale ».

Aponga – Music & Drum School accueille un large éventail de personnes, avec des élèves âgés de 5 à 65 ans. Elle en compte actuellement 55 inscrits, comprenant quelques filles. Les cours durent normalement trente minutes, mais les élèves peuvent rester plus longtemps s’ils souhaitent pratiquer davantage. D’ailleurs, les cours sont divisés en quatre catégories : individuels, en groupe, en ligne et à domicile. « À part moi, deux autres enseignants travaillent ici. Il n’y a pas d’enseignant attitré à un élève spécifique, car nous attachons une grande importance au suivi personnalisé de chaque élève de notre école » précise le fondateur. Pour lui, il est évident qu’il y a beaucoup de talents malgaches dans le domaine de la musique, mais les écoles de musique sont rares, et il existe un manque de structures pour les soutenir. En effet, de nombreux talents restent inexploités et les jeunes musiciens malgaches ont besoin d’une base solide, que Josia juge essentielle. « C’est l’une des raisons pour lesquelles nous avons ouvert cette école. Beaucoup de gens ont la fausse idée que la musique, en particulier la batterie, ne nécessite pas d’études ou d’apprentissage ». Pour appuyer cela, lui-même a suivi une formation pour les formateurs d’enseignants dans la région du Sud-Est de l’Afrique, avec la participation d’intervenants allemands pour le projet « Global Music Campus » en Tanzanie et en Afrique, pendant quelques années. « J’ai d’abord étudié l’informatique et travaillé en tant qu’informaticien, mais ma passion pour la musique a fini par prendre le dessus. En 2009, j’ai décidé de me lancer professionnellement dans le milieu ».

Actuellement, l’école travaille sur un projet de partenariat avec des universités ou des écoles privées à l’étranger, dans le but de permettre aux élèves de passer directement en deuxième année une fois là-bas, sans avoir à suivre de classe préparatoire ou de première année. « Ce projet n’est pas encore officiel mais nous avançons petit à petit » assure Josia. En plus de cela, l’un de ses projets est de créer un annuaire regroupant des batteurs pour les rendre plus visibles. Pour conclure, il ajoute : « Ce qui me passionne vraiment, c’est de partager mon talent et mon savoir-faire avec les enfants, les jeunes et les adultes, pour qu’il y ait une nouvelle génération de musiciens pleinement conscients de leurs compétences »

Propos recueillis par  Cedric Ramandiamanana
Contact : 038 98 879 35

Facebook : Aponga - Music & Drum School

Laisser un commentaire
no comment
no comment - La 5e édition de la résidence Regards  Croisés à Diego Suarez

Lire

15 juillet 2024

La 5e édition de la résidence Regards Croisés à Diego Suarez

La 5e édition de la résidence Regards Croisés à Diego Suarez s’est déroulée du 24 juin au 06 juillet organisée par l’Alliance Française d’Antsiranana...

Edito
no comment - L’appel de la forêt

Lire le magazine

L’appel de la forêt

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île. Depuis de nombreuses années, ce peuple est entouré de légendes non fondées et suscite la curiosité des chercheurs et des historiens. Et pourtant, c’est un peuple qui a hérité d’une culture et d’un mode de vie séculaire vouant à disparaître, si aucune initiative n’est lancée pour sauver leur forêt qui continue de brûler chaque année. Une forêt primaire pourtant nommée au rang de patrimoine mondial de l’UNESCO. Comme le précise le photographe Thierry Cron (p.44), l’objectif principal de son travail photographique est de faire découvrir ce peuple au plus grand nombre, de sensibiliser le public à la précarité de leur situation, de susciter une prise de conscience collective et d’encourager des actions concrètes en faveur de la préservation de leur environnement et de leur mode de vie. 

no comment - mag no media 02 - Mai - Juin 2024

Lire le magazine no media

No comment Tv

GRAND ANGLE - Mikea - Thierry Cron - Reportage photos – NC 174

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île, victimes de la déforestation.

Focus

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM Hors les Murs à la Zone Zital Ankorondrano, le samedi 22 juin.

no comment - Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Voir