Sariaka Razanamparany : Faites vos jeux !
20 mars 2023 // Loisirs & J’ai essayé // 110 vues // Nc : 158

Ouverte depuis un an, Pi.lalao qui se trouve à Ivandry est une ludothèque avec plus de 200 jeux de société pour tous les âges. Sariaka Razanamparany, la fondatrice a voulu créer un lieu de rencontres, d’échanges pour pouvoir se nourrir l’esprit.  

L’idée de créer Pi.lalao ?
J’étais salariée d’une banque à Toulouse pendant 16 ans. Ensuite, je suis rentrée à Madagascar en 2021. Je me suis posée la question si je voulais travailler dans une banque toute ma vie ! J’ai aimé mon travail mais je souhaitais quelque chose de plus impactant et plus rapidement. Comme j’admire les gens qui vivent de leur passion et que je n’ai aucun vrai talent, je ne cuisine pas assez bien pour ouvrir mon restaurant, ma voix n’est pas assez belle pour en faire une carrière, je ne suis pas une artiste née… Je me suis dit que j’aimais jouer. D’où l’idée de créer Pi.Lalao, un lieu fixe, une ludothèque où on peut venir jouer avec un volet social et solidaire à travers des ateliers, des jeux et du bénévolat régulier dans  trois structures notamment dans un orphelinat, une école et une association.

Plus de 200 jeux pour enfants et les adultes ?
Oui, des jeux de société avec des catégories variées entre les jeux de stratégie, de logique, d’ambiance, d’imagination… Le jeu a le pouvoir de réunir les personnes, de stimuler les aptitudes de chacun  notamment l’observation, la réactivité, la logique, la négociation… d’encourager l’expression des émotions, du laisser-aller… Le jeu est aussi une expérience positive où l’on apprend à jouer avec les autres, à suivre les règles, à se surpasser, à ne pas tricher…

Les jeux qui marchent le plus ?
Chez les petits, c’est plutôt Croque-Carotte, chez les plus grands, c’est Mytho, King of Tokyo ou The Islands. Chez les adultes, plutôt des jeux qui font rires. Sinon, il y a les jeux traditionnels malgaches comme le Fanorona ou le Katro. Et un jeu que j’aime beaucoup et qui est fabriqué par des malgaches, c’est le Lamako, un jeu de plateau ludique pour découvrir ou redécouvrir la culture malgache. Il y a plusieurs thèmes qui sont abordés sous forme de questions-réponses comme la faune, la gastronomie, la flore, la vie, les traditions… On peut tomber sur des cartes CHANCE comme « la fête nationale » ou la carte moins chanceuse comme le « délestage. »

Des jeux, des soirées et des ateliers également ?
Oui, nous organisons des soirées ados, adultes, en famille… Comme je l’ai précisé plus haut, je vais également dans différentes structures pour faire jouer les enfants. Ils aiment beaucoup Dobble mais aussi les jeux de mime. La dernière fois, j’ai collaboré avec une association qui a emprunté des jeux de Pi.lalao pour faire jouer des enfants dans un EPP à Ambatobe. J’organise également des ateliers, par exemple, avec Cecilia Marchetti sur le Babybrains, un atelier interactif et ludique de neurosciences pour mieux comprendre son enfant. Il y a aussi un atelier de théâtre pour adultes en anglais. Depuis la création du lieu, j’ai de bons retours, des fidèles joueurs qui reviennent et de plus en plus, de nouveaux joueurs qui ont compris que le jeu n’était pas un simple divertissement !

Les projets ?
Il reste encore de nombreuses choses à réaliser ici. C’est un pays d’avenir qui a du potentiel, le marché n’est pas saturé, il reste de nombreux besoins à couvrir… Je dirais qu’il n’y a pas d’obstacles à entreprendre mais plutôt des challenges au quotidien pour dynamiser son activité, être force de propositions, être à l’écoute de son environnement, trouver l’équilibre entre la vie de femme entrepreneur et de maman. Sinon, le vrai challenge ici à Madagascar, c’est  de démocratiser le jeu, de faire venir les personnes dans un endroit pour jouer. Les personnes se déplacent facilement pour nourrir leurs corps en allant au restaurant, par exemple, mais sortir pour nourrir son esprit en venant jouer c’est encore une démarche à encourager. Encourager au maximum le jeu est un véritable enjeu. Je le vois dans les yeux des enfants démunis, c’est aussi par le jeu que peut se produire l’éveil de tous ces enfants. De nombreux pays ont déjà compris l’enjeu d’où l’existence de ludothèques financées par les pouvoirs publics. Mes projets, c’est pouvoir être un vrai réseau de ludothèques en ouvrant des Pi.lalao un peu partout à Madagascar.

Propos recueillis par Aina Zo Raberanto

Laisser un commentaire
no comment
no comment - La deuxième édition du festival de tatouage Havatse 2024

Lire

23 juillet 2024

La deuxième édition du festival de tatouage Havatse 2024

La deuxième édition du festival de tatouage Havatse s’est déroulée les 13 et 14 juillet à La Teinturerie Ampasanimalo. Une deuxième édition organisée...

Edito
no comment - L’appel de la forêt

Lire le magazine

L’appel de la forêt

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île. Depuis de nombreuses années, ce peuple est entouré de légendes non fondées et suscite la curiosité des chercheurs et des historiens. Et pourtant, c’est un peuple qui a hérité d’une culture et d’un mode de vie séculaire vouant à disparaître, si aucune initiative n’est lancée pour sauver leur forêt qui continue de brûler chaque année. Une forêt primaire pourtant nommée au rang de patrimoine mondial de l’UNESCO. Comme le précise le photographe Thierry Cron (p.44), l’objectif principal de son travail photographique est de faire découvrir ce peuple au plus grand nombre, de sensibiliser le public à la précarité de leur situation, de susciter une prise de conscience collective et d’encourager des actions concrètes en faveur de la préservation de leur environnement et de leur mode de vie. 

no comment - mag no media 02 - Mai - Juin 2024

Lire le magazine no media

No comment Tv

GRAND ANGLE - Mikea - Thierry Cron - Reportage photos – NC 174

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île, victimes de la déforestation.

Focus

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM Hors les Murs à la Zone Zital Ankorondrano, le samedi 22 juin.

no comment - Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Voir