Missah : Retour en solo
1 mars 2021 - Cultures commentaires   //   194 Views   //   N°: 134

Pour les aficionados du rock de la capitale, Missah est tout sauf nouvelle. Entre la fin des années 2000 et le milieu de la décennie qui vient de s’achever, le groupe One dont elle était la principale parolière et vocaliste s’est souvent fait remarquer, en bien cela va sans dire. Malheureusement, jamais assez pour sortir de la confidentialité imposée par l’underground et ses passionnés toujours un peu dans l’exclusive. Pour autant, la belle n’entend pas larguer ses fans historiques, puisque son dernier single, accessible sur la plateforme Bandcamp, est la reprise réarrangée d’un titre de l’époque One. On y retrouve la voix feutrée de Missah jouant de contraste avec des guitares tantôt saturées, tantôt paisibles, le tout ponctué de riffs enflammés. « Ça donne au morceau des accents plus pop qu’avant », reconnaît-elle, tout en assumant que tout ce qu’elle écrit est empreint de sa personnalité et de son histoire. La preuve, d’autres titres de One seront repris.

Mais pourquoi ce retour après toutes ces années d’absence ? « J’ai été amenée à voyager loin de la capitale pour mon boulot, idem pour mes potes de One qui ont été pris dans plein d’obligations qui ne nous permettaient plus de continuer ». Mais aujourd’hui le but est un peu différent d’il y a dix ans : au simple plaisir de jouer vient se greffer la volonté d’apporter des conseils salutaires à ceux qui sont appelés à reprendre le flambeau. En rappelant notamment que la route du rock n’est pas que jonchée d’amour et de bière fraîche, qu’il y a un « certain nombre de conneries à éviter ». « Anna’s song » s’attarde ainsi sur la pratique de l’automutilation. « Des jeunes font ça pour tenter de répondre à un environnement de plus en plus toxique humainement et mais ça devient une sale habitude et parfois une vraie addiction. J’essaie de leur montrer que cette pratique ne fait que les éloigner de ce qu’ils réclament ».

Musicalement, Missah puise dans sa mythologie rock personnelle avec aussi bien Alanis Morissette, Natalie Imbruglia ou KT Tunstall, chez les dames, que Led Zepp ou Ozzy chez les mecs. Un tel éclectisme n’est pas toujours facile à mettre en boîte, mais la jeune femme ne désespère pas de trouver un jour la recette magique « Définir ce que je joue est compliqué. À l’époque de One, on faisait partie des groupes qui se faisaient huer, car trop différents, trop décalés. On nous traitait de snobs et en plus on avait fait le choix de chanter en anglais, c’est dire ! » En attendant, son album, dont la grande majorité des titres est prête, devrait voir le jour pour 2022 au plus tard.

COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer