Miaraka Vibes : Concerts intimistes
8 juin 2024 // Musique // 208 vues // Nc : 173

Aller à un concert sans savoir à l’avance qui va chanter, ni où il va avoir lieu, une surprise totale ? A un détail près : les créatrices de ce concept à Madagascar, Laura Bedo et Tiana Bruscagnin, s’assurent que les participants puissent toujours s’attendre à une proximité entre eux et les artistes, « miaraka » le temps d’un live.

On arrive sur un lieu tenu secret. Le participant remarquera que les chaises ne sont pas toutes alignées en direction de la scène. D’ailleurs, est-ce qu’il n’y a que des chaises ? Il y a aussi des coussins, des petits tabourets, des poufs, en dessous de guirlandes lumineuses, le tout baigné dans la lumière du golden hour, en fin d’après-midi. Des détails qui ne relèvent pas du hasard, tout est placé pour reproduire une ambiance conviviale. Et les gens commencent à arriver. Eux, ce sont les Miarakeurs et Miarakeuses, 80 au maximum pour chaque édition. « 80 personnes ça peut paraître énorme, mais quand on est ensemble, on a vraiment l’impression d’être dans un salon, ou dans un jardin ouvert, avec nos amis, notre famille. » C’est le concept des concerts intimistes : ceux qui veulent participer s’inscrivent sur la page Instagram de Miaraka Vibes, les ventes sont bloquées à partir de 70 ou de 80 personnes, et le lieu n’est dévoilé que 48 heures avant le concert, par message privé. « C’est comme ça qu’on choisit le lieu, si on se trouve avec 60 ou 70 personnes dans un espace très grand, il n’y aura pas de proximité, ce côté chaleureux, on évite d’être trop nombreux pour garder un échange entre les participants et les artistes. »

Avec trois artistes ou groupes d’artistes par édition, un concert Miaraka Vibes c’est une heure et demie de prestations musicales. « On essaie de ne pas avoir trois artistes similaires sur une même édition, des personnes vont préférer le premier, d’autres le second ou le troisième, comme ça on est sûr que personne ne va se lasser, il y du pop, du reggae, de l’indie, etc. On offre aussi une opportunité à ceux qui n’ont jamais fait de scène et qui ont du potentiel, ils ont une capacité vocale, ça crée des opportunités pour eux. » Les participants sont déjà un public pour ces artistes, car en deux ans, les concerts Miaraka Vibes ont créé une véritable communauté, entre les participants, les lieux qui accueillent chaque édition. Les organisatrices ont même eu des retours de trois couples qui se sont formés grâce à ces moments. « On va garder le concept de concert intimiste, ça marche bien, on n’a pas vocation de s’ouvrir à trop de monde. On ambitionne aussi de développer encore plus les concerts pour des particuliers, pour des anniversaires ou des team buildings, les Miaraka Home. » En attendant de participer à ces fêtes pour ainsi dire secrètes, Miaraka Vibes donnent des aperçus et des annonces sur leur page Instagram.

Propos recueillis par  Mpihary Razafindrabezandrina
Instagram : Miaraka Vibes

Laisser un commentaire
no comment
no comment - La deuxième édition du festival de tatouage Havatse 2024

Lire

23 juillet 2024

La deuxième édition du festival de tatouage Havatse 2024

La deuxième édition du festival de tatouage Havatse s’est déroulée les 13 et 14 juillet à La Teinturerie Ampasanimalo. Une deuxième édition organisée...

Edito
no comment - L’appel de la forêt

Lire le magazine

L’appel de la forêt

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île. Depuis de nombreuses années, ce peuple est entouré de légendes non fondées et suscite la curiosité des chercheurs et des historiens. Et pourtant, c’est un peuple qui a hérité d’une culture et d’un mode de vie séculaire vouant à disparaître, si aucune initiative n’est lancée pour sauver leur forêt qui continue de brûler chaque année. Une forêt primaire pourtant nommée au rang de patrimoine mondial de l’UNESCO. Comme le précise le photographe Thierry Cron (p.44), l’objectif principal de son travail photographique est de faire découvrir ce peuple au plus grand nombre, de sensibiliser le public à la précarité de leur situation, de susciter une prise de conscience collective et d’encourager des actions concrètes en faveur de la préservation de leur environnement et de leur mode de vie. 

no comment - mag no media 02 - Mai - Juin 2024

Lire le magazine no media

No comment Tv

GRAND ANGLE - Mikea - Thierry Cron - Reportage photos – NC 174

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île, victimes de la déforestation.

Focus

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM Hors les Murs à la Zone Zital Ankorondrano, le samedi 22 juin.

no comment - Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Voir