Marie Ranjanoro « Ce roman se veut féministe et décolonial »
15 avril 2023 // Diaspora // 37 vues // Nc : 159

Feux, Fièvres, Forêts, le roman de l’écrivaine Marie Ranjanoro aux éditions Laterit Productions est sorti au mois de mars dernier. Une fiction historique sur l’insurrection Malgache de 1947 avec comme personnage principal, Telonono, (Trois seins) cheffe de réseau insurgée, qualifiée de sorcière par les troupes coloniales. Un roman féministe et décolonial.

Ce roman se veut féministe et décolonial

Feux, Fièvres, Forêts, une fiction historique ?
Feux, Fièvres, Forêts est un roman de fiction historique sur l’insurrection anticoloniale malgache de 1947. Son prétexte émane de réelles archives militaires françaises qui évoquent la figure de Telonono, cheffe de réseau insurgée, qualifiée de sorcière par les troupes coloniales. Elle y est décrite comme ayant un sein à gauche et deux seins à droite, d’où son nom, et aurait eu le pouvoir d’endormir ses ennemis à son simple passage. Avec ce livre, je voulais m’inscrire dans une filiation par rapport aux travaux de Marie-Clémence Andriamonta-Paes avec son film Fahavalo, Madagascar 1947, lui-même héritier de Portraits d’Insurgés de Pierrot Men et Jean-Luc Raharimanana. Je sens la responsabilité de ma génération de prendre le flambeau à notre tour pour perpétuer la mémoire d’un épisode difficile de l’Histoire malgache. Le titre emprunte à l’adage selon lequel, les généraux Afo, Tazo et Hazo, c’est-à-dire le feu, la fièvre et les forêts, ont été les éléments les plus efficaces contre les armées coloniales, et ce depuis l’invasion de Gallieni.

Un livre féministe…
Ce roman se veut féministe et décolonial, réhabilitant la figure des renin-jaza et des ombiasa dans le contexte insurrectionnel malgache. Le personnage de Telonono, concentre une puissance tant symbolique, tirée de son féminin sacré, que concrète, dans sa capacité d’émulation anticoloniale et son statut social élevé en tant que cheffe insurgée et femme sachante. Feux, fièvres forêts naît d’une réflexion au long cours que nous entretenons au podcast Basy Vavy. Nous voulons renouer avec notre identité malgache matrilinéaire et restaurer nos libertés oubliées sous la colonisation et l'escalade capitaliste.

Des sujets sur les violences sexuelles encore d’actualité ?
C’est  surtout un roman qui ouvre le chapitre des violences physiques et sexuelles systémiques qui furent particulièrement prégnantes sous la colonisation et lors des opérations de « pacification » et de contre-insurrection mais qui continuent d’avoir cours à Madagascar. Le roman aborde les sujets de l’avortement, du viol, de l’inceste, dans le cadre de la colonisation et des guerres de pacification certes, mais ce sont des sujets d’actualité. Le corps des femmes demeure un champ de bataille à Madagascar, au vu des difficultés que nous avons à faire valoir notre droit à disposer de notre propre corps, à l’ITG, et à l’accès de toutes à l’éducation et aux soins pour la santé sexuelle.

Une couverture réalisée par l’artiste plasticienne Ambi. Comment s’est fait le choix de travailler avec cette artiste ?

Ambi est une amie très proche de Laterit de longue date. Quand Marie-Clémence Andriamonta-Paes, mon éditrice, m’a présenté son travail, j’ai tout de suite été fascinée par ses tableaux. Elle utilise le feu comme medium et brûle ses toiles pour les créer. Toute son œuvre interroge la relation ambivalente que nous, Malgaches, entretenons avec le feu. D’un côté, son usage en agriculture est ancestral, avec la technique du tavy (culture sur brûlis) qui débroussaille et fertilise en même temps. Il est donc créateur, de vie et de richesse. D’un autre, il est à l’origine du fléau de la déforestation que nous vivons depuis de nombreuses années, qui tue la biodiversité et crée dans de nombreux cas de la précarité rurale. Dans mon roman, chacun des trois éléments centraux ont cette même ambivalence. Le feu, la fièvre et la forêt sont autant des obstacles que des atouts. Ambi a cette compréhension profonde de la complexité de toute chose, à la fois bonne et mauvaise, et son œuvre « Brûlures sur soga » que nous avons choisie comme couverture, encapsule, selon moi, toutes ces ambiguïtés.

La littérature, une passion ?
Je suis partie faire mes études en France en 2008. Après un parcours classique prépa lettres et Institut d’Etudes Politiques à Aix-en-Provence, j’ai travaillé cinq ans dans le capital investissement avant de me rendre compte que ce n’était pas pour moi. L’environnement très pressurisant et les idéaux productivistes m’ont poussée vers la sortie. Contrairement à beaucoup de personnes de ma génération, je ne pense pas que l’on résoudra tout par l’entrepreneuriat. J’ai donc fait une pause dans ma carrière, j’ai démissionné en 2019 pour me consacrer à des engagements associatifs, à l’écriture et à la création du podcast Basy Vavy avec ma meilleure amie Hoby Ramamonjy. J’ai publié 4 nouvelles dans les revues Kanyar, l’Ampoule, Lettres de Lémurie et Do Kre I S. En 2021, j’ai rendu mon appartement, je suis partie avec un sac à dos dans un village de 40 habitants au nord du lac de Côme où j’ai écrit mon roman.

Les projets ?
Pour le moment, je me consacre à la promotion de Feux, fièvres, forêts. Publié dans une maison d’édition indépendante, il requiert beaucoup d’efforts pour exister dans le paysage médiatique et culturel, noyé de nouveautés. Mais j’ai déjà en tête de nombreux projets de nouvelles, de romans et même de scénarios…

Marie Ranjanoro (à g.) et l'éditrice Marie-Clémence Andriamonta-Paes (à d.).Photo : Tiago Paes

Propos recueillis par Aina Zo Raberanto

Laisser un commentaire
no comment
no comment - La 5e édition de la résidence Regards  Croisés à Diego Suarez

Lire

15 juillet 2024

La 5e édition de la résidence Regards Croisés à Diego Suarez

La 5e édition de la résidence Regards Croisés à Diego Suarez s’est déroulée du 24 juin au 06 juillet organisée par l’Alliance Française d’Antsiranana...

Edito
no comment - L’appel de la forêt

Lire le magazine

L’appel de la forêt

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île. Depuis de nombreuses années, ce peuple est entouré de légendes non fondées et suscite la curiosité des chercheurs et des historiens. Et pourtant, c’est un peuple qui a hérité d’une culture et d’un mode de vie séculaire vouant à disparaître, si aucune initiative n’est lancée pour sauver leur forêt qui continue de brûler chaque année. Une forêt primaire pourtant nommée au rang de patrimoine mondial de l’UNESCO. Comme le précise le photographe Thierry Cron (p.44), l’objectif principal de son travail photographique est de faire découvrir ce peuple au plus grand nombre, de sensibiliser le public à la précarité de leur situation, de susciter une prise de conscience collective et d’encourager des actions concrètes en faveur de la préservation de leur environnement et de leur mode de vie. 

no comment - mag no media 02 - Mai - Juin 2024

Lire le magazine no media

No comment Tv

GRAND ANGLE - Mikea - Thierry Cron - Reportage photos – NC 174

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île, victimes de la déforestation.

Focus

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM Hors les Murs à la Zone Zital Ankorondrano, le samedi 22 juin.

no comment - Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Voir