Mariam Amyra : Fun et Flow
13 février 2024 // Arts Plastiques // 106 vues // Nc : 169

D’origine franco-égyptienne, Mariam Amyra est une artiste peintre passionnée qui s’apprête à présenter sa première exposition intitulée « Fun et Flow » à l’Hôtel de Ville à Analakely du 2 au 11 février. Elle réalise ainsi la couverture du no comment® magazine de ce mois de février 2024, une ode à la beauté enchanteresse de Madagascar.

Que représente votre œuvre sur la couverture du magazine ce mois-ci ?
Ce tableau s’appelle « Terre Rouge », faisant partie d’une série de tableaux en splash qui tire son inspiration des couleurs de Madagascar. Chaque splash de la série représente une couleur caractéristique de l’Île et la silhouette stylisée en noir représente le zébu. Chaque tableau de la série, composé de splash représente un élément de Madagascar.
On y découvre la terre rouge symbolisant l’élémentaire, une représentation de la mer sous la forme d’une baleine, une évocation récente de la forêt sèche, et pour symboliser l’air, un magnifique coucher de soleil. Bien que la sé- rie soit actuellement une quadrilogie, j’explore déjà la possibilité d’en ajouter un cinquième. Ainsi, chaque tableau représente un élément essentiel de la nature (la terre, l’eau, le bois, l’air).

Parlez-nous de vos débuts en tant qu’artiste ?
Depuis mon enfance, le dessin et la peinture ont toujours fait partie de ma vie. Cependant, j’ai poursuivi des études scientifiques et puis j’ai travaillé comme développeuse informaticienne. Après avoir exploré le monde en vivant au Maroc, en Thaïlande, au Vietnam, et à Madagascar depuis trois ans, j’ai ressenti le désir de revenir à ma passion. Cela a pris du temps, car je doutais de ma légitimité, n’ayant pas suivi d’études en beaux-arts. En tant qu’autodidacte, la question des cours s’est posée, mais je me suis rendu compte que cela pouvait limiter ma créativité en me plaçant dans des cadres techniques. J’opte plutôt pour l’exploration personnelle des techniques. J’ai vendu des tableaux en ligne, de bouche à oreille, et bien que montrer mon travail était initialement difficile, maintenant c’est le moment de le mettre en lumière.

Fun et Flow...
J’adopte deux styles très distincts : le pop art (Fun) et la peinture intuitive (Flow). Cette dernière est profondément abstraite, où je canalise les énergies. Lorsque je commence un tableau intuitif, je m’immerge dans un état méditatif, sans idée préconçue sur les couleurs ou le résultat final. Mon but est d’éteindre le mental et de me laisser guider par les énergies. Certains tableaux peuvent être réalisés en quelques jours, d’autres peuvent prendre des mois en fonction de la canalisation des énergies. En général, ces tableaux touchent les personnes et évoquent des émotions, révélant ainsi la sensibilité de l’observateur à l’énergie dégagée. Les tableaux pop, quant à eux, sont destinés à la décoration des salons, pour mettre de la couleur, avec leur ambiance fraîche, gaie et joyeuse. Leur réalisation peut être rapide ou prendre davantage de temps.

Parlez-nous de vos techniques ?
Même si j’ai deux styles différents, il y a des techniques communes que j’applique dans les deux. J’apprécie particulièrement travailler par superposition de couches, en jouant avec la transparence. Par exemple, en appliquant d’abord une couche de jaune, puis en ajoutant une couche transparente de rouge par-dessus, cela crée un effet orangé avec un contraste saisissant entre les deux couleurs, donnant une impression de relief. Ainsi, la texture se forme directement dans la peinture elle-même, évitant les tableaux lisses. J’utilise parfois des matériaux locaux tels que la terre de Madagascar, l’argile jaune ou le sable pour créer une texture, en plus de la superposition des couleurs. Une autre technique que j’affectionne est celle que j’appelle « travail par destruction ». Cela implique de peindre plusieurs couches, puis de détruire délibérément certaines d’entre elles pour révéler celles qui se trouvent en dessous.

La suite de l’aventure ?
J’ai le désir de réaliser d’autres expositions, un peu insolites, exploitant le matériel dont je dispose. J’ai déjà des idées en tête, mais cela nécessitera une collaboration avec d’autres artistes. Pour ma première exposition à l’Hôtel de Ville, je mélange les deux styles pour offrir au public une vision globale de mon travail. Toutefois, pour les expositions à venir, j’envisage de présenter chaque style séparément. Je pense également à des expériences multi sensorielles, où pendant l’exposition, un pianiste pourrait créer une ambiance douce en harmonie avec les tableaux classiques, tandis que pour les tableaux pop, pourquoi pas un DJ ou un saxophoniste. L’idée est de créer une soirée immersive en accord avec l’énergie dégagée par les tableaux.

MORA MORA
Acrylic sur toile, 100cm x 100cm
Tableau pop Je voulais un tableau qui représente le côté détendu malgache, le « mora mora », les tonalités rouges représentent la terre malgache, les notes dorées, elles, représentent le trésor qu’est cette île si précieuse
PURA VIDA
Acrylic sur toile, 100cm x 65cm
Tableau popPura Vida signifie, au Costa Rica, « la vie est belle, vis le moment présent ». Ce tableau aux couleurs vives et à la pose décontractée du modèle, exprime la légèreté du moment présent, du rire ! Je voulais qu’il respire la joie de vivre !
ESSENCE
Acrylic sur toile, 100cm x 100cm
Tableau intuitifDans Essence, j’ai représenté une énergie puissante, une énergie dont le cœur est un Feu divin, entouré d’une énergie Eau, un équilibre parfait entre le yin et le yang, entre l’Energie féminine et l’Energie masculine.
ODE TO THE BLUE MOON
Acrylic sur toile. 65cm x 50cm
Tableau intuitifOde To the Blue Moon est un exemple de tableau qui s’est profilé tout seul, je ne savais ni où j’allais, ni les couleurs ou mediums que j’allais utiliser.Les silhouettes sont apparues toutes seules et ont donné le nom de ce tableau

Propos recueillis par Cédric Ramandiamanana

Laisser un commentaire
no comment
no comment - La 5e édition de la résidence Regards  Croisés à Diego Suarez

Lire

15 juillet 2024

La 5e édition de la résidence Regards Croisés à Diego Suarez

La 5e édition de la résidence Regards Croisés à Diego Suarez s’est déroulée du 24 juin au 06 juillet organisée par l’Alliance Française d’Antsiranana...

Edito
no comment - L’appel de la forêt

Lire le magazine

L’appel de la forêt

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île. Depuis de nombreuses années, ce peuple est entouré de légendes non fondées et suscite la curiosité des chercheurs et des historiens. Et pourtant, c’est un peuple qui a hérité d’une culture et d’un mode de vie séculaire vouant à disparaître, si aucune initiative n’est lancée pour sauver leur forêt qui continue de brûler chaque année. Une forêt primaire pourtant nommée au rang de patrimoine mondial de l’UNESCO. Comme le précise le photographe Thierry Cron (p.44), l’objectif principal de son travail photographique est de faire découvrir ce peuple au plus grand nombre, de sensibiliser le public à la précarité de leur situation, de susciter une prise de conscience collective et d’encourager des actions concrètes en faveur de la préservation de leur environnement et de leur mode de vie. 

no comment - mag no media 02 - Mai - Juin 2024

Lire le magazine no media

No comment Tv

GRAND ANGLE - Mikea - Thierry Cron - Reportage photos – NC 174

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île, victimes de la déforestation.

Focus

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM Hors les Murs à la Zone Zital Ankorondrano, le samedi 22 juin.

no comment - Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Voir