Mamy Razakanaivo Ranto « Les professionnels du cinéma devraient avoir plus de liberté »
10 août 2023 // Cinéma // 61 vues // Nc : 163

À 23 ans, Mamy Razakanaivo Ranto est scénariste, réalisateur, comédien et producteur. Autodidacte, le créateur a fondé sa boîte Craft Film Madagascar il y a deux ans. Son dernier projet, Tafita, est un film à huis clos d'une heure et demi, qu'il a lui-même écrite. La comédie sera projetée les mois d'août et septembre dans les salles de cinéma à Antananarivo, et un peu plus tard, dans les provinces.

De quoi parle le film ?
Tafita, c'est l'histoire de Mahandry, un jeune serveur qui fait de son mieux pour s'en sortir. Amoureux de son ex au lycée, Alicia, il finit par mentir sur ses activités. Dans l'espoir de reconquérir sa bien-aimée, Mahandry se fait passer pour le propriétaire de la maison pour laquelle son père travaille. Il s'agit d'une comédie.  Le projet me tient particulièrement à cœur, surtout parce que j'ai toujours été fan de films de comédies françaises. Tafita a été long à élaborer, car j'ai commencé l'écriture en octobre 2022, pour l'achever en début d'année, et tourner en juin.

Un film en autoproduction ?
Cela a été un grand défi, principalement parce qu'il s'agit d'une comédie : écrire une comédie demande du temps, si une vanne ne marche pas, ça pourrait ruiner le film. L'histoire se passe dans une maison, en huis clos, c’est un choix que j'ai fait pour limiter le coût. Cette fois, j'ai décidé de me concentrer sur les techniciens.

J'y ai investi la plupart de mes moyens, pour avoir un meilleur rendu.
Ce projet est d'autant plus marquant, de par son élaboration. Nous l'avons produit seuls à travers Craft Film Madagascar, sans co-producteurs. L'avant-première est prévue pour ce 19 août.

Un réalisateur autodidacte ?
J'ai appris tout du cinéma par les livres et les tutoriels. En 2021, j'ai participé à une formation délivrée par le Ministère de la Communication et de la Culture sur l'écriture de scénarios. Pour ce qui est de la production ou de la réalisation, j'ai appris tout cela seul. Le cinéma étant mal vu par mes proches, j'ai été contraint de faire des études en entrepreneuriat ; heureusement, mes études m'ont mené, vers la fin, à la création de ma boîte : Craft Film Madagascar. Seul ou en équipe, je me suis beaucoup entraîné, depuis 2016, sur des films courts, durant les compétitions, pour m'améliorer. C'est en 2021 que j'ai fondé la boîte, et j'ai tourné mon premier long-métrage Tiako Hitoetra avec Ayam, Wendy Darling et d'autres célébrités. Tafita est mon second long-métrage, j'y suis en tant que scénariste, producteur, et interprète du rôle principal. J'ai également dirigé les acteurs, ce qui a été un grand défi, mais heureusement, j'ai été aidé par une équipe formidable et un réalisateur exceptionnel, Kevin Reigns. En parallèle, je travaille dans le domaine de la vidéo et du digital web marketing. J'attribue mes prestations au financement des projets de la boîte.

Votre avis sur le milieu du cinéma à Madagascar ?
Il y a bien des restrictions de contenu. L'obtention d'autorisation pour parler de sujets sensibles comme la politique devient assez difficile, et pourtant, ce sont des faits que nous voyons tous les jours. Je voudrais convaincre les entités responsables que les professionnels du cinéma devraient avoir plus de liberté, d'autant que ce médium est utilisé principalement pour faire passer un message. Au-delà de cela, j'aimerais ramener sa valeur au cinéma. Madagascar est assez réputé auprès des étrangers pour son « cinéma de brousse », les films sont projetés dans les écoles, et dans les centres. En revenant dans de vraies salles de cinéma, le film reprend toute sa valeur et son glamour. À part cela, je prévois de plonger dans un tout nouveau genre : ce sera un drame, avec des sujets qui touchent particulièrement la société. Je ne reste pas figé sur un même sujet, ou un même genre ; j'aimerais les explorer tous. Pour l'instant, j'ai espoir qu'après Tafita, je ne reviendrai plus à mes anciennes prestations, et que je pourrai entièrement vivre de cet art.

Les projets ?
Après l'avant-première, je tiens particulièrement à ce que le film soit projeté dans des salles de cinéma. Pour moi, c'est la meilleure manière d'implanter une industrie du cinéma à Madagascar. Je vise surtout les jeunes adultes, afin que ceux-ci apprécient et fassent apprécier les moments en salle. Le but étant aussi de ramener l'engouement pour le cinéma Malgache qui, ces dernières années, a perdu de sa valeur. J'aimerais implanter en eux cette culture de l'excellence. Avec mon équipe, nous recherchons l'amélioration continue, et nous voyons ensemble les erreurs dans les projets précédentes pour ne plus les refaire, et cela, afin d'élargir notre base de fans, mais aussi celle du cinéma en général à Madagascar. Je souhaiterais que chaque projet monte en qualité, que l'on soit fier de ces « vita gasy ». Je reste ouvert à toute proposition de distribution, dans l'optique de créer une vraie collaboration du milieu, entre producteurs et distributeurs.

Propos recueillis par Rova Andriantsileferintsoa
Mamy Razakanaivo Ranto : +261 34 09 831 63

Laisser un commentaire
no comment
no comment - La 5e édition de la résidence Regards  Croisés à Diego Suarez

Lire

15 juillet 2024

La 5e édition de la résidence Regards Croisés à Diego Suarez

La 5e édition de la résidence Regards Croisés à Diego Suarez s’est déroulée du 24 juin au 06 juillet organisée par l’Alliance Française d’Antsiranana...

Edito
no comment - L’appel de la forêt

Lire le magazine

L’appel de la forêt

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île. Depuis de nombreuses années, ce peuple est entouré de légendes non fondées et suscite la curiosité des chercheurs et des historiens. Et pourtant, c’est un peuple qui a hérité d’une culture et d’un mode de vie séculaire vouant à disparaître, si aucune initiative n’est lancée pour sauver leur forêt qui continue de brûler chaque année. Une forêt primaire pourtant nommée au rang de patrimoine mondial de l’UNESCO. Comme le précise le photographe Thierry Cron (p.44), l’objectif principal de son travail photographique est de faire découvrir ce peuple au plus grand nombre, de sensibiliser le public à la précarité de leur situation, de susciter une prise de conscience collective et d’encourager des actions concrètes en faveur de la préservation de leur environnement et de leur mode de vie. 

no comment - mag no media 02 - Mai - Juin 2024

Lire le magazine no media

No comment Tv

GRAND ANGLE - Mikea - Thierry Cron - Reportage photos – NC 174

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île, victimes de la déforestation.

Focus

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM Hors les Murs à la Zone Zital Ankorondrano, le samedi 22 juin.

no comment - Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Voir