Les vazimba « Les ancêtres des malgaches »
28 octobre 2023 // Mistery // 163 vues // Nc : 165

Les VAZIMBA peuplaient autrefois les plateaux centraux de Madagascar, au sein des ethnies Merina, Betsileo et Bara, bien avant l'avènement des rois Rabiby et Andriamanelo aux alentours de l'an 1600.
Rabiby et Andriamanelo, souverains de lignée juive et austronésienne, apparaissent dans le récit malgache comme les protagonistes d'une migration. Accompagnés de leurs esclaves noirs, ils arrivaient en tant qu'itinérants, ignorant que les Vazimba s'étaient déjà enracinés sur cette terre. Les actions de ces monarques déclenchent alors la tourmente pour les Vazimba, persécutés, ils étaient contraints de quitter leur territoire ancestral.

Ainsi, les Vazimba sont les ancêtres originels des Malgaches, possédant des vertus qui en font des figures de sainteté. Cependant, jusqu'à ce jour, leur terre d'origine demeure inconnue : sont-ils venus d'ailleurs et ont migré jusqu'à la Grande Île ? Ou bien sont-ils sortis des entrailles de cette terre ? L'énigme persiste, mais une certitude demeure : ces ancêtres sont considérés par la sagesse malgache comme des intercesseurs sacrés auprès desquels ils peuvent solliciter des bénédictions.

L'histoire révèle que les dirigeants issus de lignée juive et austronésienne pénétrant le haut plateau malgache au sein de l'Imerina et des terres Betsileo vers le 16ᵉ siècle furent les premiers à utiliser le terme "vazimba" pour désigner les autochtones préexistants à leur arrivée. Parmi eux, se démarquent les noms de Rangita et de Rafohy, ainsi que Rasoalao et Rapeto, deux illustres Vazimba. Un autre exemple illustratif se matérialise avec Rabiby, dont le parcours le mena d'Ambohitsiraka Anjozorobe jusqu'à Ankotrokotroka (maintenant appelé Ambohitrabiby, la vallée de Rabiby). Là, les peuples déjà enracinés furent délogés de leurs terres d'antan, et l'appellation "vazimba" fut accolée à leurs êtres par la main même du nouveau souverain.

Par conséquent, le terme Vazimba ne renvoie en aucune mesure à une lignée ni ne fait allusion à l'âme d'un défunt, contrairement à ce que prétend la croyance populaire selon laquelle l'âme d'un disparu se réincarnerait en vazimba. Comme mentionné précédemment, cette désignation rattache les autochtones de l'Île à l'arrivée des migrants. Cette appellation s'est répandue à travers le haut plateau et les rivages des côtes ouest, car les nouveaux arrivants utilisaient de manière unanime ce terme pour désigner les aborigènes.

Le terme vazimba pourrait trouver ses racines dans le mot austronésien « wa-yimba », qui se traduit par « Les peuples de la forêt ». En effet, les Vazimba pourraient être issus des migrations austronésiennes et polynésiennes ayant atteint Madagascar aux alentours des troisième et quatrième siècles. Plusieurs vagues de navigateurs austronésiens ont effectivement touché les côtes de Madagascar jusqu'au 14ᵉ siècle, certains étant les ancêtres du roi Andriamanelo et des rois du royaume des Sakalava.

Ces peuples auraient été des marins en provenance de leurs terres natales, échoués sur les rivages de l'Île. À la suite de ces naufrages, ils auraient prêté serment de ne plus jamais toucher au sel, un symbole contrastant avec les eaux salines de la mer. De plus, en tant que riziculteurs, les ressources côtières ne leur convenaient pas. Ainsi, ils quittèrent ces lieux pour s'enfoncer dans la forêt, progressant vers le centre, une région exempte d'eau de mer salée et propice à la culture du riz. C'est d'ailleurs pourquoi il semble que le sel soit toujours un interdit pour de nombreux Vazimba.

Ainsi, les Vazimba sont des êtres humains, et tous les Malgaches sont les descendants de ces derniers, à l'exception peut-être des descendants des esclaves venus d'Afrique noire. Parmi les Vazimba, certains étaient de grande taille, à l'instar de Rapeto, dont le récit demeure célèbre. On raconte qu'il aurait tenu la lune entre ses mains et que son empreinte imposante marque encore le roc d’Ambohidrapeto. Par contraste, d'autres se sont inscrits dans la délicatesse de la petitesse, à l'instar de Rafohy, la grand-mère d'Andriamanelo. (Ce roi serait donc issu d'un mariage entre un vazimba et un austronésien malaisien).

En somme, les Vazimba ne sont pas des êtres surnaturels ni systématiquement de petite taille, comme le véhicule la croyance populaire. Leur diversité en taille est manifeste et ils demeurent des êtres humains, comme le confirme la recherche archéologique menée dans plusieurs tombes de vazimba : certains mesuraient 1 m 60, d'autres 1 m 80 et ils avaient l'aspect typique d’un homme. De plus, les Vazimba ne s'associaient pas intrinsèquement à une peau foncée, car à l'époque de Rabiby et Ralambo, les personnes à la carnation sombre étaient appelées "angaralahy" et non des vazimba.

Les vazimba établissent leurs demeures au sommet des vallées. Plutôt que de creuser des fossés pour délimiter leurs villages, ils disposaient soigneusement des pierres en lignes formant des clôtures naturelles. Ainsi, ce n’étaient pas les souverains issus des lignées arabes ou malaisiennes qui ont introduit la pratique culturelle des Malgaches habitant les sommets des vallées, mais bien plutôt un héritage de savoir-faire perpétué par les vazimba.

Les vatolahy (stèles commémoratives) et vatomasina (stèles sacrées) émergent aussi de l'essence même de la culture vazimbienne. Elles étaient consacrées à la pratique du joro (prière) et du hataka (supplication) envers Zanahary (le Dieu des Malgaches). Les reliquats de ces pierres persistent jusqu'à notre époque sous l'appellation de "vatom-bazimba" (stèles des Vazimba). Ainsi, les coutumes royales des Merina, incluant l'usage de stèles, prennent directement leur source dans les usages et les coutumes vazimba.

Les vazimba vénéraient leur divinité nommée Zanahary. C'était le Dieu vénéré par tous les Vazimba dispersés aux quatre coins de l'île. Ce nom pourrait être dérivé du mot malais "zan'ahary", qui désignait autrefois le Dieu vénéré par les Malaisiens et signifie "Andriamanitra Masoandro" (Dieu Soleil). Puisque le terme "ahary" tire son origine du mot "johary" et évoque le rayonnement du soleil. Conformément aux récits des Ntaolo (les ancêtres malgaches), lorsque les rayons solaires inondaient une demeure, cela signifiait la présence de Dieu au sein de cette maison.

Les Vazimba accordent une grande importance à la fraternité et évitent les conflits. C'est probablement pour cette raison qu'ils ont succombé aux attaques des Malaisiens et des Arabes. Ils ont préféré prendre la fuite plutôt que de se lancer dans une guerre qui aurait causé des pertes humaines, car chaque vie avait une valeur à leurs yeux et ils croyaient que le sang ne devait pas être versé en vain. Les Malgaches ont hérité jusqu'à ce jour de cette valeur de la fraternité, incarnée par le concept profondément enraciné du Fihavanana. Les Vazimba étaient également profondément attachés au principe du respect mutuel. C'est d'ailleurs pourquoi il est dit que ceux qui profanent leurs tombes étaient frappés de malédiction et se trouvaient avec un cou tordu ou souffraient de maladies. Selon la croyance, les âmes des Vazimba punissaient ainsi ceux qui ne montraient pas le respect nécessaire envers eux.

Les Malgaches accordent une importance singulière aux vertus, une valeur héritée aussi des Vazimba. Ces derniers considéraient leurs ancêtres comme des hommes vertueux, et ils croyaient que cette qualité perdure chez leurs descendants. Les dragonniers (appelés Hasina en malgache, signifiant littéralement vertu) étaient alors cultivés dans les villages pour symboliser cette vertu sacrée.

Malgré l'utilisation des ody (sortes de fétiches) par les Vazimba, ces derniers ne les employaient pas dans le but d'infliger des maux tels que la sorcellerie. Au contraire, ils utilisaient ces objets avec bienveillance pour encourager le progrès et apporter leur soutien à la communauté.

Les faits relatés dans les histoires sont réels et ont été vécus par les narrateurs.

Laisser un commentaire
no comment
no comment - La 5e édition de la résidence Regards  Croisés à Diego Suarez

Lire

15 juillet 2024

La 5e édition de la résidence Regards Croisés à Diego Suarez

La 5e édition de la résidence Regards Croisés à Diego Suarez s’est déroulée du 24 juin au 06 juillet organisée par l’Alliance Française d’Antsiranana...

Edito
no comment - L’appel de la forêt

Lire le magazine

L’appel de la forêt

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île. Depuis de nombreuses années, ce peuple est entouré de légendes non fondées et suscite la curiosité des chercheurs et des historiens. Et pourtant, c’est un peuple qui a hérité d’une culture et d’un mode de vie séculaire vouant à disparaître, si aucune initiative n’est lancée pour sauver leur forêt qui continue de brûler chaque année. Une forêt primaire pourtant nommée au rang de patrimoine mondial de l’UNESCO. Comme le précise le photographe Thierry Cron (p.44), l’objectif principal de son travail photographique est de faire découvrir ce peuple au plus grand nombre, de sensibiliser le public à la précarité de leur situation, de susciter une prise de conscience collective et d’encourager des actions concrètes en faveur de la préservation de leur environnement et de leur mode de vie. 

no comment - mag no media 02 - Mai - Juin 2024

Lire le magazine no media

No comment Tv

GRAND ANGLE - Mikea - Thierry Cron - Reportage photos – NC 174

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île, victimes de la déforestation.

Focus

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM Hors les Murs à la Zone Zital Ankorondrano, le samedi 22 juin.

no comment - Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Voir