Les conseils de Dr Lolona Ramanantsoa : La maladie, amie ou ennemie ?
29 juillet 2023 // Beauté & Bien être // 94 vues // Nc : 162

Lorsqu’on tombe malade, la première question qui vient à l’esprit est celle-ci : quel germe m’a infectée ? Et c’est normal, puisqu’on nous a toujours dit que la maladie est le résultat d’une infection. Et si aujourd’hui on vous dit que les émotions contribuent à sa survenue, y croiriez-vous ?

Cela peut sembler farfelue comme idée, mais Platon le disait déjà : « Les maux du corps sont les mots de l’âme, ainsi on ne doit pas chercher à guérir le corps sans chercher à guérir l’âme ». Il suffit d’être à l’écoute de son corps pour prendre conscience de ses réactions. Il réagit différemment selon qu’on soit heureux.se, triste, angoissé.e, en colère… sans parler du stress, à l’origine de bien de symptômes différents en fonction de chacun.e. En d’autres termes, les émotions, agréables ou désagréables selon des critères psychologiques propres à chaque individu, représentent des stimulis à l’origine de réactions.
Une fois l’émotion analysée par le mental - analyse consciente et inconsciente -, il envoie un message vers le corps sous forme de réaction en réponse à cette émotion. Elle peut être verbale, sous forme d’actes ou parfois l’absence de réaction. Une émotion négative qui n’a pas été gérée de façon à la libérer provoque un affaiblissement plus ou moins important du système immunitaire.

Le corps devient alors sensible aux germes et développe une maladie correspondante à la blessure émotionnelle vécue. La maladie est aiguë quand elle est en réponse à une émotion récente, et chronique si l’émotion est ancienne etdont l’individu n’a pas forcément conscience. L’intensité de la maladie qui se déclare est aussi habituellement proportionnelle à l’intensité de l’émotion ressentie.

Le siège de la maladie est riche de renseignements pour qui sait/veut écouter son corps. En effet, chaque partie du corps reçoit le message qui correspondà une réponse émotionnelle. Ainsi, chaque constituant de notre corps a sa propre symbolique. D’ailleurs, dans certaines disciplines orientales, une émotion est reliée à un organe : colère/foie ; tristesse/poumons ; angoisse et soucis/ estomac ; peur/reins, et joie/cœur. Certainesexpressions courantes parlent d’elles-mêmes sur cette association émotion/maladie: je l’ai pris en grippe, ça me prend la tête, je suis encombré.e, ça m’est resté au travers de la gorge, j’en ai plein le dos… Tout comme certains noms : migraine (migre haine), diarrhée (dis arrêt), eczéma (ex aimé.e),insomnie (un son nié), dépression (des pressions)…

Ainsi, la maladie - mal a dit - est un message que votre corps vous envoie en réponse à une émotion mal gérée. Elle est à décrypter pour comprendre l’émotion racine à son origine. Certaines émotions sont reconnues, d’autres inconscientes car elles remontent à l’enfance et oubliées, ou niées. Les unes comme les autres nécessitent qu’on les entende pour les libérer. C’est ainsi, avec la mé- dication quand cela est nécessaire, que l’on peut espérer guérir et notre âme etnotre corps. Oui, votre corps vous parle, écoutez-le !

Laisser un commentaire
no comment
no comment - La deuxième édition du festival de tatouage Havatse 2024

Lire

23 juillet 2024

La deuxième édition du festival de tatouage Havatse 2024

La deuxième édition du festival de tatouage Havatse s’est déroulée les 13 et 14 juillet à La Teinturerie Ampasanimalo. Une deuxième édition organisée...

Edito
no comment - L’appel de la forêt

Lire le magazine

L’appel de la forêt

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île. Depuis de nombreuses années, ce peuple est entouré de légendes non fondées et suscite la curiosité des chercheurs et des historiens. Et pourtant, c’est un peuple qui a hérité d’une culture et d’un mode de vie séculaire vouant à disparaître, si aucune initiative n’est lancée pour sauver leur forêt qui continue de brûler chaque année. Une forêt primaire pourtant nommée au rang de patrimoine mondial de l’UNESCO. Comme le précise le photographe Thierry Cron (p.44), l’objectif principal de son travail photographique est de faire découvrir ce peuple au plus grand nombre, de sensibiliser le public à la précarité de leur situation, de susciter une prise de conscience collective et d’encourager des actions concrètes en faveur de la préservation de leur environnement et de leur mode de vie. 

no comment - mag no media 02 - Mai - Juin 2024

Lire le magazine no media

No comment Tv

GRAND ANGLE - Mikea - Thierry Cron - Reportage photos – NC 174

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île, victimes de la déforestation.

Focus

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM Hors les Murs à la Zone Zital Ankorondrano, le samedi 22 juin.

no comment - Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Voir