Laser & Sens : Adieu le stress !
24 novembre 2023 // Beauté & Bien être // 78 vues // Nc : 166

Journées de fatigue, stress, et courbatures, ces maux ne s’effacent pas d’un coup de baguette magique… mais à la main. Malalatiana a décidé de les enlever en passant une heure au centre de bien-être Laser & Sens. Dans son centre à Ankadimbahoaka, l’équipe reçoit la jeune femme pour un massage total. Malalatiana tombe dans les mains de Mirantso, masseuse professionnelle, aux techniques peu habituelles.

Soulager le stress. Le massage de la tête de Mirantso diffère de l’habituel cercle sur la tempe. La masseuse passe par le haut, les côtés, et à l’arrière avec une pression suffisamment forte pour détendre et laisser le stress se dissiper. Malalatiana  est aux anges. Mirantso descend doucement vers le cou, vers l’avant, puis les trapèzes, avec un plus grand effort. Des courbatures à l’épaule gauche s’effacent vite, sous peu de douleur. Travailleuse de bureau, Malalatiana laisse apparaître des rougeurs au cou, mais ce ne sont que des signes que le muscle se détend. La professionnelle descend le long des bras en pressant. Première partie fait en cinq minutes, l’étape passe d’anti-stress à détente complète.

Mirantso enduit ses mains d’huile relaxante Homepharma à base de camphrier (Ravintsara), puis applique une pression moyenne sur l’épaule. L’experte continue vers les trapèzes, puis le côté gauche du dos. La masseuse finit par glisser doucement le long des côtes, avant de revenir sur le côté droit, pour reprendre le même processus. Des rougeurs au dos de Malalatiana, mais la spécialiste explique chaque mouvement. « Les muscles détendus facilitent la circulation du sang, et créé un soulagement général pour le corps. » Les courbatures à l’épaule de Malalatiana s’enlèvent peu à peu. La professionnelle passe les disques intervertébraux par la technique de la chenille, nouvelle méthode qui fait passer les deux pouces le long de la colonne. Du muscle fessier aux jambes, Mirantso appuie sur les parties sensibles pour repérer les maux inconnus de Malalatiana. Un massage à la jambe droite, puis gauche, vers les hanches, et elle découvre les douleurs le long du nerf sciatique. Si bien enfouies, ceux-ci peuvent bien se dissiper après quelques séances.

Bien-être, éveil, et enfin thérapie. Sur la plante des pieds, Mirantso trace une technique qui, selon l’experte, permet de renforcer le système immunitaire et d’améliorer la défense du corps. Ses mouvements arrivent jusqu’à la pointe des pieds, puis Malalatiana est retournée pour un massage au thorax. « Le thorax et le dos sont reliés par le plexus, et toucher l’un implique de passer par l’autre pour que le massage soit bien efficace. » Les mains de l’experte passent au niveau de la poitrine pour libérer la trachée et continuent vers les côtes du côté gauche, puis droite, avant de finir avec les mains, l’avant-bras, et le bras. Malalatiana confie en être ressortie entièrement détendue et satisfaite : un moment de détente et remise en forme qui vaut bien son coût.

Propos recueillis par   Rova Andriantsileferintsoa

Laisser un commentaire
no comment
no comment - La 5e édition de la résidence Regards  Croisés à Diego Suarez

Lire

15 juillet 2024

La 5e édition de la résidence Regards Croisés à Diego Suarez

La 5e édition de la résidence Regards Croisés à Diego Suarez s’est déroulée du 24 juin au 06 juillet organisée par l’Alliance Française d’Antsiranana...

Edito
no comment - L’appel de la forêt

Lire le magazine

L’appel de la forêt

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île. Depuis de nombreuses années, ce peuple est entouré de légendes non fondées et suscite la curiosité des chercheurs et des historiens. Et pourtant, c’est un peuple qui a hérité d’une culture et d’un mode de vie séculaire vouant à disparaître, si aucune initiative n’est lancée pour sauver leur forêt qui continue de brûler chaque année. Une forêt primaire pourtant nommée au rang de patrimoine mondial de l’UNESCO. Comme le précise le photographe Thierry Cron (p.44), l’objectif principal de son travail photographique est de faire découvrir ce peuple au plus grand nombre, de sensibiliser le public à la précarité de leur situation, de susciter une prise de conscience collective et d’encourager des actions concrètes en faveur de la préservation de leur environnement et de leur mode de vie. 

no comment - mag no media 02 - Mai - Juin 2024

Lire le magazine no media

No comment Tv

GRAND ANGLE - Mikea - Thierry Cron - Reportage photos – NC 174

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île, victimes de la déforestation.

Focus

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM Hors les Murs à la Zone Zital Ankorondrano, le samedi 22 juin.

no comment - Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Voir