Il vient d'andrebabe
30 mai 2024 // Mistery // 163 vues // Nc : 172

Dans les rues bruyantes et animées d'Antananarivo, la métropole en effervescence, notre existence à ma femme et moi-même revêt un caractère simple. En tant que collecteurs, nous arpentons les terres rurales environnantes. Jeune couple sans enfants, notre quotidien se trouve parfaitement façonné par notre métier, nous laissant la liberté d'explorer les coins les plus reculés de notre Île. Nos aventures nous conduisent souvent vers la région d'Alaotra, où les racines profondes de ma bien-aimée s'enracinent. 

1- Il y a maintenant cinq années que ma femme et moi sommes unis par les liens du mariage, mais le désir d'enfant ne s'est pas encore manifesté, surtout chez elle. Nous nous sommes unis à un âge assez jeune, et vers nos 25 ans, un événement imprévu a marqué sa vie de manière indélébile.

Point de vue de la femme : C'était un jeune homme imposant, à la stature élégante et au charme captivant. Je l'aimais sincèrement, et son amour pour moi était tout aussi profond. Il était mon premier amour, comme j'étais le sien, ce qui nourrissait la profondeur de nos sentiments. Rapidement, je me suis projetée dans un avenir radieux à ses côtés, et il m'est apparu évident de sceller notre union dès que j'atteindrais la majorité. Il était ambitieux, ne tolérant aucun gaspillage de temps. À maintes reprises, il me répétait que notre réussite commune était impérative. Infatigable, il affrontait chaque obstacle avec une détermination sans faille, déployant une persévérance à toute épreuve. Son aura de chance semblait sans fin, notamment dans les affaires où chaque entreprise prospérait, notamment son activité de collecteur qu'il chérissait tant. Selon lui, ce métier lui permettait non seulement d'assister les agriculteurs, mais aussi de générer d'importants bénéfices, ce qui s'avérait effectivement être le cas.

En sa compagnie, nous avions l'habitude de nous rendre à Ambatondrazaka durant la saison des récoltes de riz. Sa mère résidait dans cette région, nous offrant ainsi l'opportunité de la visiter tout en économisant sur notre hébergement. Généralement, sa mère nous avisait dès que les récoltes étaient mûres avant que nous ne fassions le déplacement. Cependant, un jour, sans aucune préparation de la part de ma belle-mère, mon compagnon décida sur un coup de tête que le moment était venu de partir, affirmant que les récoltes étaient prêtes.

« Nous devrions partir demain, les récoltes de riz sont déjà en cours, » décréta-t-il un jour soudainement.

Sa réaction m'étonna, car nous étions loin de la période habituelle des récoltes.

« Ta mère t'a-t-elle prévenu ? » lui demandai-je, incrédule.

« Non, pas du tout, » répondit-il, « mais j'en suis persuadé, j'ai un pressentiment. »

« Mais ce n'est pas encore le moment, » insistai-je, « pourquoi ne pas attendre une confirmation ? »

Il refusa de m'écouter, restant inflexible dans sa décision. Finalement, je cédai à sa conviction. Sa confiance en lui était telle que je me sentis contrainte de lui accorder la mienne. Sans tarder, il se mit à préparer nos bagages et à organiser notre départ. Puis, sans plus attendre, il se leva pour avertir Roger, notre chauffeur, de se tenir prêt.

2 – Deux jours après cette décision impromptue, nous nous sommes lancés dans l'aventure avec Roger. Dans toute cette précipitation, je n'avais pas pensé à prévenir sa mère, supposant que mon mari s'en était chargé et que tout était prêt pour notre départ. Mais quelle surprise lorsque nous sommes arrivés à Ambatondrazaka ! Nous avons simplement traversé la ville sans nous arrêter, mon mari somnolant à mes côtés, épuisé par une nuit agitée.

« Serons-nous hébergés chez ma belle-mère, Roger ? » ai-je demandé, un brin perplexe

« Ah, tu n'es pas au courant ? » répondit Roger avec un sourire malicieux. « Les récoltes à Ambatondrazaka ne sont pas encore prêtes, nous irons en chercher dans une autre région, » m'a-t-il expliqué.

« Et où allons-nous donc ? » me suis-je étonnée.

« Juste à côté d'Andrebabe, » a répondu Roger en ricanant.

Roger, cet ami proche en qui mon mari a une confiance aveugle, est un homme d'âge mûr, père de trois enfants, et chauffeur poids lourd de profession. Toujours prompt à la plaisanterie, il a animé notre trajet de ses taquineries à l'égard de mon mari. À peine avions-nous eu le temps de reprendre notre souffle et de nous remettre de nos émotions, que mon mari s'est éveillé de son sommeil sans que ni moi ni Roger n'ayons remarqué.

« Tout près, Roger, tu peux te garer là, » a-t-il lancé soudainement.

Tant lui que moi avons été surpris de constater que l'endroit semblait désert, entouré uniquement de quelques buissons.

« Es-tu sûr de l'endroit, mon ami ? » a demandé Roger, scrutant les alentours. « Il me semble vide, pas une âme à l'horizon. »

« Veux-tu que je me soulage devant une assemblée ? » a-t-il plaisanté, esquissant un sourire moqueur.

Il est alors sorti de la voiture, prenant soin de jeter des regards inquiets de chaque côté. Une fois son affaire terminée, il est revenu prestement, visiblement perturbé.

« Qu'est-ce qui te tracasse ? » ai-je demandé.

« N'avez-vous donc pas entendu cet appel incessant à mon nom ? » a-t-il demandé, anxieux.

Un échange de regards complices avec Roger a suffi à déclencher un fou rire général. Reprenant le volant sans plus de cérémonie, nous avons traversé plusieurs petits villages, l'environnement devenant de plus en plus rural. À nos arrêts, nous avons interrogé les habitants sur leurs activités agricoles et les récoltes de riz. Tous, sans exception, nous ont assuré que ces dernières ne seraient pas prêtes avant au moins un mois. Roger et moi n'avons pas affiché de réaction particulière, préférant nous regarder en silence tandis que mon mari insistait, demandant l’avis d’autres personnes.

Son entêtement commençait à m'irriter. Je me suis donc retirée dans la voiture pour me reposer. Quelques minutes plus tard, mon mari et Roger sont revenus vers moi, me tirant de ma léthargie.

« Attends-nous ici, » m'a-t-il dit. "Roger et moi allons en éclaireurs, vérifier la route avant que tu ne nous rejoignes." Depuis, j'ai compris que nous ne continuerions plus en voiture, mais bien à pied. L'aventure commençait. Sans poser plus de questions, ils sont partis et ne sont revenus que tard, à la nuit tombée.

(À SUIVRE)

Laisser un commentaire
no comment
no comment - La deuxième édition du festival de tatouage Havatse 2024

Lire

23 juillet 2024

La deuxième édition du festival de tatouage Havatse 2024

La deuxième édition du festival de tatouage Havatse s’est déroulée les 13 et 14 juillet à La Teinturerie Ampasanimalo. Une deuxième édition organisée...

Edito
no comment - L’appel de la forêt

Lire le magazine

L’appel de la forêt

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île. Depuis de nombreuses années, ce peuple est entouré de légendes non fondées et suscite la curiosité des chercheurs et des historiens. Et pourtant, c’est un peuple qui a hérité d’une culture et d’un mode de vie séculaire vouant à disparaître, si aucune initiative n’est lancée pour sauver leur forêt qui continue de brûler chaque année. Une forêt primaire pourtant nommée au rang de patrimoine mondial de l’UNESCO. Comme le précise le photographe Thierry Cron (p.44), l’objectif principal de son travail photographique est de faire découvrir ce peuple au plus grand nombre, de sensibiliser le public à la précarité de leur situation, de susciter une prise de conscience collective et d’encourager des actions concrètes en faveur de la préservation de leur environnement et de leur mode de vie. 

no comment - mag no media 02 - Mai - Juin 2024

Lire le magazine no media

No comment Tv

GRAND ANGLE - Mikea - Thierry Cron - Reportage photos – NC 174

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île, victimes de la déforestation.

Focus

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM Hors les Murs à la Zone Zital Ankorondrano, le samedi 22 juin.

no comment - Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Voir