Compagnie Dihyarvelo : Plongée artistique
15 avril 2024 // Arts de la scène // 159 vues // Nc : 171

La compagnie Dihyarvelo, basée à Ilafy et fondée en 2015 par Rajaonarivelo Jean Lucien, aka Jaona, excelle dans la danse contemporaine, la musique, et le jeu de voix. En ce moment, elle met en avant « Fanorondroa », un spectacle alliant art vivant et numérique avec une création chorégraphique moderne, agrémentée de photos et vidéos contemporaines.

Le terme « Fanorondroa » associe « Fanorona » (jeu de stratégie malgache) et « Roa » (deux). Ensemble, ils symbolisent un duo explorant la relation entre l’homme et la nature. À vrai dire, ce spectacle novateur se divise en deux parties distinctes : l’aspect vivant et la plateforme numérique. « Sur cette plateforme, la page Fanorondroa sur Facebook sert de lieu pour partager des extraits du spectacle ainsi que des explications sur la nature, telle que l’Aviavy ou figuier, tout en abordant des sujets liés a l’importance et au respect de l’environnement » explique Jaona. Conscient que l’art numérique est en vogue, la compagnie Dihyarvelo s’est associé à divers talents, dont les artistes vidéastes, photographes et chorégraphes pour donner vie à « Fanorondroa ». Ce projet, créé collectivement, devient alors un moyen d’expression et un outil pédagogique dans le domaine de la danse contemporaine et de la création artistique. En outre, les objectifs se déclinent en trois axes majeurs : d’abord, la création d’œuvres numériques, puis le partage à travers des ateliers de formation en danse et en art numérique, avec des échanges lors de conférences. Enfin, le récit d’histoires, comme celles de l’origine du Fanorona, de l’homme, de l’évolution de la danse contemporaine, et bien d’autres.

Lors du spectacle en direct, chaque duo présente son thème lié à la nature, avec un total de sept projets. « Ces duos utilisent le langage artistique, les mouvements et les jeux de voix pour exprimer leurs créations tout en se basant sur les trois objectifs définis. Il s’agit d’une forme de création artistique collective élaborée conjointement par les binômes ». Jaona souligne que bien que tous les projets ne soient pas présentés à chaque spectacle, chaque duo est là pour soutenir les autres. À part les performances, « Fanorondroa » est un projet sur une durée de deux ans dont la première année, entamée en 2023, est dédiée à la résidence artistique. En effet, c’est lors de cette période que les artistes échangent entre eux et travaillent sur le thème choisi. Ils créent ensuite les mouvements et les œuvres artistiques. « Après cette étape intervient le tournage vidéo, incluant les biographies des artistes danseurs, photographes et vidéastes, ainsi que des reportages sur les lieux de résidence ». Enfin, la diffusion clôture ce cycle. Cela se fait à travers les réseaux sociaux, les chaînes de télévision, et en passant par les lieux de résidence.

Mis à part « Fanorondroa », la compagnie Dihyarvelo offre des cours de danse contemporaine, de danse-thérapie, des séances de relaxation, et le dihyarfit (aérobic), favorisant le bien-être mental et physique et l’organisation du festival annuel Voambolana. En réalité, la signification du mot « Dihyarvelo » est une combinaison de deux mots : "dihy" pour danse, et "Ara velona" qui signifie art vivant. Cela incarne également l'idée que tous les êtres humains portent en eux le message de la vie. « La création de notre compagnie vise à partager ce message à travers la création de danses contemporaines, de musiques originales, la pratique de la danse-thérapie, ainsi que la mise en place de plateformes artistiques ». La compagnie Dihyarvelo, avec « Fanorondroa », est un voyage captivant où l’art prend vie, entre performances éblouissantes et partage virtuel.

Propos recueillis par  Cedric Ramandiamanana
Facebook : Compagnie Dihyarvelo/Fanorondroa
Contact Jaona : +261 34 71 159 45

Laisser un commentaire
no comment
no comment - La deuxième édition du festival de tatouage Havatse 2024

Lire

23 juillet 2024

La deuxième édition du festival de tatouage Havatse 2024

La deuxième édition du festival de tatouage Havatse s’est déroulée les 13 et 14 juillet à La Teinturerie Ampasanimalo. Une deuxième édition organisée...

Edito
no comment - L’appel de la forêt

Lire le magazine

L’appel de la forêt

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île. Depuis de nombreuses années, ce peuple est entouré de légendes non fondées et suscite la curiosité des chercheurs et des historiens. Et pourtant, c’est un peuple qui a hérité d’une culture et d’un mode de vie séculaire vouant à disparaître, si aucune initiative n’est lancée pour sauver leur forêt qui continue de brûler chaque année. Une forêt primaire pourtant nommée au rang de patrimoine mondial de l’UNESCO. Comme le précise le photographe Thierry Cron (p.44), l’objectif principal de son travail photographique est de faire découvrir ce peuple au plus grand nombre, de sensibiliser le public à la précarité de leur situation, de susciter une prise de conscience collective et d’encourager des actions concrètes en faveur de la préservation de leur environnement et de leur mode de vie. 

no comment - mag no media 02 - Mai - Juin 2024

Lire le magazine no media

No comment Tv

GRAND ANGLE - Mikea - Thierry Cron - Reportage photos – NC 174

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île, victimes de la déforestation.

Focus

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM Hors les Murs à la Zone Zital Ankorondrano, le samedi 22 juin.

no comment - Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Voir