2024 : ces jeux qui vont nous décevoir
30 mars 2024 // Media & Add-0n // 107 vues // Nc : 170

L’année a débuté il y a deux mois, et on a eu le temps d’avoir une vision plus ou moins globale de ce qui nous attend en 2024. Entre nouveautés et mises à jour, nous risquons d’être aussi gâtés que l’an passé. Mais si des annonces nous promettent la lune, d’autres risquent de ne même pas atteindre la colline. Petit tour d’horizon de ce qui risque de nous faire mal cette année.

Dragon Ball Sparking ! ZERO
Avant de sortir les fourches, le goudron et les plumes, prenons le temps de discuter. Déjà, je suis un fan de la saga des Budokai.
J’y ai passé des heures lors de mes années collèges et lycées.
A l’annonce de Sparking ! ZERO, le véritable héritier des Budokai, j’étais comme tous les adorateurs de la licence.

La promesse d’une expérience moderne des jeux de notre enfance, avec un casting d’environ 164 personnages jouables, il y a de quoi rêver. Mais (et c’est un grand « mais »), les premières révélations du roster ont eu l’effet d’une douche froide. Goku et Vegeta, les rivaux légendaires, occuperont 24 places dans la liste des combattants. Pourquoi ? Parce que leur multiples formes et transformations dans le manga et l’anime seront des personnages à part entière. En soi, ce n’est pas nouveau, mais environ 15% du jeu de base, ça fait quand même beaucoup… Aura-t-on droit à de la vraie variété, ou des millions de clones d’un casting réduit ? Avec une saga aussi longue que Dragon Ball, le nombre de personnages ne devrait pas être un problème (on l’espère).

Clash Royale
Free-to-play = Pay-to-win. La hantise de tous les joueurs désirant une bonne expérience de jeu, sans passer par le porte-monnaie, et une chose que Clash Royale avait réussi à éviter avec plus ou moins de réussite jusque-là. Le problème est qu’avec la promotion de l’esport, cette bonne expérience se traduit souvent aujourd’hui par le jeu compétitif.

Et l’éditeur, bien conscient de la popularité de son jeu, a pris des mesures qui ont fait sortir les crocs des joueurs. Le célèbre jeu mobile a toujours eu des micro-transactions. Mais jusqu’à récemment, elles ne forçaient pas la main de ses utilisateurs, et leur permettaient tout de même d’atteindre un certain niveau de jeu sans vider son compte en banque. La donne a changé quand le patron Supercell a décidé qu’arriver au niveau maximum ne pouvait plus être atteint sans payer. Or, ce top niveau est nécessaire pour rivaliser avec les meilleurs joueurs en compétition, à cause des ressources supplémentaires qu’il offre. La communauté commence à déserter le jeu, et 2024 pourrait officiellement voir le début de la chute d’un des géants du jeu mobile.

Les jeux service
Pour rappel, un jeu service, c’est comme League of Legends. Un jeu construit pour durer, que l’éditeur met à jour régulièrement avec de l’équilibrage et, bien sûr, du nouveau contenu. LoL est sorti en 2009, et continue aujourd’hui de dominer le monde des jeux service. On peut parler d’autres success stories, comme Fortnite, Apex Legends et beaucoup d’autres.

Pendant des années, on a mangé ce format à toutes les sauces (dont Clash Royale d’ailleurs), mais 2024 pourrait bien marquer un ras-le-bol généralisé. Jeu service signifie investissement de temps (et très souvent d’argent), plus que pour un jeu « classique », auquel on arrête de jouer après avoir fini le mode histoire par exemple. Ne demandez jamais à un joueur qui a passé 10 ans sur LoL combien il a mis sur le jeu. Et justement, les joueurs semblent être fatigués de suivre des dizaines de jeux sur plusieurs mois, voire années. Le dernier exemple est Suicide Squad : Kill the Justice League, qui était très attendu, mais dont l’engouement est retombé à l’annonce du modèle service. Les studios aussi semblent ne plus être emballés, puisque même ceux de Sony annulent nombre de leurs projets qui auraient dû voir le jour au moins cette année, ne voulant plus investir ni temps ni argent dans un secteur déjà surexploité.

Propos recueillis par Eymeric Radilofe

Laisser un commentaire
no comment
no comment - La 5e édition de la résidence Regards  Croisés à Diego Suarez

Lire

15 juillet 2024

La 5e édition de la résidence Regards Croisés à Diego Suarez

La 5e édition de la résidence Regards Croisés à Diego Suarez s’est déroulée du 24 juin au 06 juillet organisée par l’Alliance Française d’Antsiranana...

Edito
no comment - L’appel de la forêt

Lire le magazine

L’appel de la forêt

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île. Depuis de nombreuses années, ce peuple est entouré de légendes non fondées et suscite la curiosité des chercheurs et des historiens. Et pourtant, c’est un peuple qui a hérité d’une culture et d’un mode de vie séculaire vouant à disparaître, si aucune initiative n’est lancée pour sauver leur forêt qui continue de brûler chaque année. Une forêt primaire pourtant nommée au rang de patrimoine mondial de l’UNESCO. Comme le précise le photographe Thierry Cron (p.44), l’objectif principal de son travail photographique est de faire découvrir ce peuple au plus grand nombre, de sensibiliser le public à la précarité de leur situation, de susciter une prise de conscience collective et d’encourager des actions concrètes en faveur de la préservation de leur environnement et de leur mode de vie. 

no comment - mag no media 02 - Mai - Juin 2024

Lire le magazine no media

No comment Tv

GRAND ANGLE - Mikea - Thierry Cron - Reportage photos – NC 174

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île, victimes de la déforestation.

Focus

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM Hors les Murs à la Zone Zital Ankorondrano, le samedi 22 juin.

no comment - Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Voir