Vonin’Oliva : Andriamampierika Pierres et macramé !
18 mars 2023 // Mode & Design // 89 vues // Nc : 158

Associer la technique du macramé et la beauté des pierres naturelles, c’est la signature de Vonin’Oliva Andriamampierika, créatrice de bijoux connue sous le nom de Firavaka by Kala Vony. La jeune femme a toujours été habile de ses mains étant originaire d’Ambositra, la ville de l’artisanat. Des créations désormais disponibles à la boutique Vice Local à Ampasamadinika et sur les réseaux sociaux.

C’est chez les Sœurs que Kala Vony découvre  les tissages des bracelets brésiliens et les tissages de perles pour en faire des bracelets, des bagues, des boucles d’oreilles…
Petit à petit, elle se laisse tenter par la technique du macramé et découvre une nouvelle passion. Pour faire simple, le macramé, c’est l’art de nouer.
Une technique traditionnelle qui serait née au XIIIème siècle par les tisserands arabes qui ont décidé de nouer à la main des excédents de fils en franges sur des châles et des serviettes.
Ils ont créé un savoir-faire à travers la combinaison de nœuds pour donner un motif ornemental.
La technique a ensuite voyagé de l’Espagne en Italie en passant par l’Angleterre pour devenir populaire dans les années 70. Aujourd’hui, le macramé revient et s’incruste dans la création de bijoux.

« J’aime le fait qu’à partir d’un simple fil, on peut créer une œuvre d’art. J’utilise des fils synthétiques pour avoir une bonne finition. Quant aux motifs, tout ceux ou celles qui font du macramé connaissent les vagues, les motifs diamant mais moi, je suis mon intuition. D’ailleurs, c’est pour cette raison que mes bijoux deviennent des créations uniques. » Et uniques également par le choix des pierres.
Il faut savoir que Kala Vony est aussi lapidaire autrement dit, une spécialiste des taillages de pierres. « Quand je vais au marché, j’ai déjà des idées de pierres dans la tête. Malheureusement, je ne trouve pas toujours ce que je veux. J’ai donc décidé d’apprendre la lapidairerie à l’IGM (Institut de Gemmologie de Madagascar) et d’en faire ensuite mon métier. » Même si elle a appris la gemmologie qui consiste plutôt à étudier les pierres dans les laboratoires, elle préfère la lapidairerie pour le côté artistique.
« Le taillage peut durer 20 minutes voire une semaine en fonction de la dureté de la pierre et la technique choisie.»  En effet, il existe deux façons de tailler les pierres. Le cabochon qui consiste à donner une forme arrondie ou bombée à la pierre et la facette pour lui donner des formes géométriques. « Le taillage des pierres en facette, c’est le plus difficile, c’est tout un travail parce qu’il faut faire des calculs ! » Pour dénicher ses pierres, Kala Vony parcourent les marchés comme ceux de COUM, au Pochard ou Andravoahangy mais également chez ses amis lapidaires.
Elle affectionne particulièrement les pierres précieuses comme le quartz ou le rubis et semi-précieuses comme le labradorite, la cornaline ou encore la tourmaline. « Je fonctionne beaucoup au coup de cœur. Je regarde les reflets ou les inclusions, par exemple, des pierres à l’intérieur d’une pierre, des cassures… Les gens les considèrent souvent comme des défauts mais moi, je trouve que c’est ce qui fait leur beauté. Si une pierre m’inspire même si elle n’est pas bien taillée, je l’achète et je la retravaille à la maison. »

Quand on parle de pierres, on pense à ses vertus. « Je ne fais pas de lithothérapie même si je suis sensibles aux pouvoirs des pierres. Et d’ailleurs, je ne l’impose pas à mes clients. Ils choisissent leur pierre, la couleur de leur fil et me laisse carte blanche pour le design. » Animée par une énergie créatrice, Kala Vony veut explorer d’autres univers comme les objets de décoration, la création de miroir et même d’un tableau. Histoire d’ajouter une pierre à l’édifice !

Propos recueillis par Aina Zo Raberanto

Laisser un commentaire
no comment
no comment - La deuxième édition du festival de tatouage Havatse 2024

Lire

23 juillet 2024

La deuxième édition du festival de tatouage Havatse 2024

La deuxième édition du festival de tatouage Havatse s’est déroulée les 13 et 14 juillet à La Teinturerie Ampasanimalo. Une deuxième édition organisée...

Edito
no comment - L’appel de la forêt

Lire le magazine

L’appel de la forêt

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île. Depuis de nombreuses années, ce peuple est entouré de légendes non fondées et suscite la curiosité des chercheurs et des historiens. Et pourtant, c’est un peuple qui a hérité d’une culture et d’un mode de vie séculaire vouant à disparaître, si aucune initiative n’est lancée pour sauver leur forêt qui continue de brûler chaque année. Une forêt primaire pourtant nommée au rang de patrimoine mondial de l’UNESCO. Comme le précise le photographe Thierry Cron (p.44), l’objectif principal de son travail photographique est de faire découvrir ce peuple au plus grand nombre, de sensibiliser le public à la précarité de leur situation, de susciter une prise de conscience collective et d’encourager des actions concrètes en faveur de la préservation de leur environnement et de leur mode de vie. 

no comment - mag no media 02 - Mai - Juin 2024

Lire le magazine no media

No comment Tv

GRAND ANGLE - Mikea - Thierry Cron - Reportage photos – NC 174

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île, victimes de la déforestation.

Focus

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM Hors les Murs à la Zone Zital Ankorondrano, le samedi 22 juin.

no comment - Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Voir