Trimobe : Attrape-moi si tu peux !
22 août 2023 // Loisirs & J’ai essayé // 124 vues // Nc : 163

Le ravageur est de retour : Trimobe, le héros des folklores malgaches, rentre dans un nouveau format. Cette fois, il est projeté sur une carte. Parti d'un brainstorming et de quelques passages sur YouTube, le jeu de rôle s'inspire du classique "Loup-Garou". Ramanohisoa Tahina Avotra Kenny, créateur du jeu, en parle dans les bibliothèques, les entreprises, et partout à Antananarivo. Depuis avril 2023, le conteur des nouveaux temps fait sa part des choses dans la promotion des classiques malgaches, tout en offrant quelques minutes de fun et de bonne humeur aux joueurs.

"Le village s'endort…" La phrase classique du "Loup-garou" est maintenue, bien que traduite, et les règles du jeu ont été quelque peu adaptées. Le jeu se fait sur deux périodes différentes : de nuit et de jour. Trimobe, Faramalemy, fokonolona, mpamosavy, mpisikidy, mpanandro, miaramila et plus encore : chaque participant se voit attribuer une carte, un personnage et une ou plusieurs fonctions. Ce rôle, personne ne le sait sauf le joueur lui-même. Le jour levé, chacun se doit de deviner qui sont les Trimobe - les ravageurs - qui, chaque nuit, décident d'éliminer une personne. Si personne n'arrive à les démasquer, ils remportent la partie.

Le jeu est une adaptation du classique de Thiercelieux.
Proposé par Tahina Avotra Kenny Ramanohisoa après une formation en création de contenu, le jeu commence à faire le tour de la ville, et même en dehors. Les 23 cartes du jeu se répartissent sur une dizaine de personnages inspirées des mythes et des contes malgaches.
Le but étant de créer un sentiment d'appartenance, si tant que l'objectif est de faire découvrir les folklores locaux.
La narration qui l'accompagne se fait entièrement en malgache. « Trimobe, c'est un rappel aux contes qu'on écoutait quand nous étions petits, avec un "angano angano arirarira". Nous ajoutons également quelques citations et ohabolana (proverbes) afin de vraiment instruire et de faire découvrir le public."

Depuis quelques mois, Tahina Avotra Kenny Ramanohisoa et son équipe font le tour des bibliothèques et des événements pour parler de ce nouveau concept. La cible reste principalement les jeunes désireux de s'exercer à parler en public : le jeu trouve son sens dans le partage et l'échange.

La narration est libre, et chacun peut raconter sa version de l'histoire : il est même possible d'en faire une adaptation à la vie d'entreprise. Une partie dure 15 minutes à une heure pour au moins huit joueurs et, au maximum, 18. Tahina Avotra Kenny ambitionne de créer des extensions à son jeu.  « Nous serions ravis que le jeu fasse un tour de Madagascar, et que chaque région ait sa propre adaptation. » Conscient des défis qu'engendre une telle initiative, le créateur avoue : « Les tabous et les interdictions sont différents partout, et c'est pour ça que nous faisons appel à des connaisseurs et des spécialistes de la culture malgache. »

Le jeu garde la forme d'une narration participative. Les retours des joueurs n'en sont que positives. La prochaine étape est la commercialisation du jeu. « Nous prévoyons d'imprimer des cartes, avec une notice, et un petit packaging "vita gasy". Certaines sociétés nous ont demandés si le jeu était à vendre ; c'est en cours, et ce sera bientôt le cas. » Une extension du jeu est prévue pour bientôt, avec une application mobile pour substituer à la notice physique. Du design des cartes - par l'illustrateur, Azer Tanjona - à l'impression, sa notice et le planning, pour l'instant, l'équipe marche sur ses propres moyens.

En attendant, les tours de bibliothèque, des écoles et des centres continuent, toujours affichés sur leur page. Excellent moyen de renforcer la cohésion d'une équipe, le jeu joue sur la communication et l'écoute. Difficile ? Non, à chaque joueur sa stratégie pour survivre et échapper à la colère du criard « Maimbo olombelona ».

Propos recueillis par  Rova Andriantsileferintsoa

Laisser un commentaire
no comment
no comment - La deuxième édition du festival de tatouage Havatse 2024

Lire

23 juillet 2024

La deuxième édition du festival de tatouage Havatse 2024

La deuxième édition du festival de tatouage Havatse s’est déroulée les 13 et 14 juillet à La Teinturerie Ampasanimalo. Une deuxième édition organisée...

Edito
no comment - L’appel de la forêt

Lire le magazine

L’appel de la forêt

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île. Depuis de nombreuses années, ce peuple est entouré de légendes non fondées et suscite la curiosité des chercheurs et des historiens. Et pourtant, c’est un peuple qui a hérité d’une culture et d’un mode de vie séculaire vouant à disparaître, si aucune initiative n’est lancée pour sauver leur forêt qui continue de brûler chaque année. Une forêt primaire pourtant nommée au rang de patrimoine mondial de l’UNESCO. Comme le précise le photographe Thierry Cron (p.44), l’objectif principal de son travail photographique est de faire découvrir ce peuple au plus grand nombre, de sensibiliser le public à la précarité de leur situation, de susciter une prise de conscience collective et d’encourager des actions concrètes en faveur de la préservation de leur environnement et de leur mode de vie. 

no comment - mag no media 02 - Mai - Juin 2024

Lire le magazine no media

No comment Tv

GRAND ANGLE - Mikea - Thierry Cron - Reportage photos – NC 174

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île, victimes de la déforestation.

Focus

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM Hors les Murs à la Zone Zital Ankorondrano, le samedi 22 juin.

no comment - Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Voir