Sandrine Ramamonjisoa : Quand le jazz rencontre le hip hop
11 juillet 2023 - CulturesNo Comment   //   494 Views   //   N°: 162

Résidente en Allemagne, Sandrine Ramamonjisoa, née d’une mère allemande et d’un père malgache, a créé son band, Appaloosa. Leur signature ? Rythmes effervescents, jeu expérimental, synergie et improvisation. 

Tes débuts dans la musique ? 
J’ai commencé à jouer au piano quand j’avais 6 ans. Mais je voulais essayer d’autres instruments, donc, j’ai commencé à apprendre le saxophone à 11 ans. Cela fait maintenant 14 ans que j’en joue. Dans ma famille, mon frère est également musicien. Par contre, mon père nous accompagne juste à la guitare et au chant, mais sans être professionnel. Actuellement, je suis au Conservatoire en quatrième année.

Appaloosa, un groupe mélangeant jazz et hip hop ? 
Nous avons créé le groupe il y a deux ans. Nous nous sommes connus au Conservatoire. Appaloosa, c’est le nom d’une race de cheval originaire des Etats-Unis. La formation est composée de Pual Laga, le Vibraphoniste, Bertram Liebmann, le pianiste, Natasha Zaychenko, la bassiste, Nikolas Siess, le batteur et moi-même. Nous jouons mes compositions qui sont influencées par le hip hop, mélangées à la musique malgache et au jazz contemporain. J’aime cette idée de fusion qui emmène à une ouverture. Je suis toujours en quête d’expérimentation, de groove, de synergie et d’énergie. 

Les projets ? 
Nous avons déjà sorti notre premier EP, nous pensons à la sortie d’un album et nous ferons bien sûr quelques concerts. Sinon, au début de l’année, j’étais à Madagascar pour accompagner mon cousin Lova Mpagnesa pour la sortie de son album à l’IFM à Analakely. Donc, je pense qu’un retour à  Mada sera prévu.

Propos recueillis par #AinaZoRaberanto

COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
[userpro template=login]