Nos Enfants Extraordinaires
18 décembre 2023 // Assos // 82 vues // Nc : 167

Sur la route d’Antohatanjona Itaosy, Onisoa Ludmilla Mitantsoarimanana a fondé son centre d’éducation pour enfants autistes. Depuis le mois d’octobre 2022, l’association « Nos Enfants Extraordinaires » reçoit une quinzaine d’élèves, aux soins individuels et personnalisés pour avancer au rythme de l’élève. Vola et Ferdinand, éducateurs spécialisés du centre s’animent avec toute l’équipe pour s’occuper de ces enfants extraordinaires.

C’est la deuxième année scolaire pour le centre de l’association « Nos enfants extraordinaires ». Chaque enfant suit un programme adapté aux capacités à acquérir. À  un élève, un éducateur, et c’est pour cela que tous les travailleurs du centre sont formés pour les suivre. « Nous suivons le programme scolaire malgache, mais chaque enfant est enseigné à travers des jeux et selon les capacités physiques ou motrices à développer » explique Vola, responsable pédagogique et éducatrice spécialisée. Depuis ses débuts, le centre accueille 15 enfants, de trois à 17 ans, pour une année scolaire, pour leur permettre d’adopter, petit à petit, le rythme des écoles normales. « Nous sommes dans une phase de test, c’est-à-dire que nous allons choisir quatre enfants pour effectuer tous les examens et les évaluations nécessaires et voir la classe qui leur correspond, ainsi que leur adaptation au rythme écolier. » Hormis les suivis individuels, la petite école organise également des activités communes de sport adapté, danse thérapie, et sorties, moments très appréciés par les enfants.

L’autisme implique plus qu’un suivi des éducateurs et des parents. Le centre établit une étroite collaboration entre les spécialistes du domaine, dont l’orthopédiste, l’ergothérapeute ou le psychomotricien. Bien grandir demande l’implication de ces acteurs, fait que Ferdinand rappelle : « Il faut mentionner que c’est la contribution de chacun de ces spé- cialistes, avec les éducateurs et les parents, qui assure un bon résultat au développement de l’enfant. » Le centre accueille des formes sévères et légères d’autisme, poussant à une formation ponctuelle des éducateurs. « Chaque année, pendant les grandes vacances, nous suivons une formation spéciale où l’on réapprend l’autisme et les différentes formes de prise en charge, quel que soit le cas » explique Vola. Par formation ou partage, les parents aussi sont approchés par l’association, afin de leur enseigner les pratiques et gestes à adopter : une suivie complète et de moins en moins complexe avec la contribution et le soutien que l’enfant retrouve dans son environnement.

Celui qui grandit bien, accompli des choses extraordinaires

L’association s’est matérialisé en un centre grâce à une association de parents, et la directrice-fondatrice de « Nos Enfants Extraordinaires », Onisoa Ludmilla Mitantsoarimanana. Maman de deux enfants autistes, l’initiative est née d’une volonté de changer les traitements et l’appréhension de ces enfants uniques. « Mes deux filles sont autistes, la deuxième a été rejetée par plusieurs écoles, et n’a pas pu travailler pendant six ans à cause de cette appréhension » s’émeut la maman. En une année d’existence, le centre tourne par ses propres moyens sur un espace assez restreint. Les éducateurs, comme la directrice ambitionnent d’améliorer l’infrastructure des lieux malgré le peu de moyens. « Nous espérons, un jour, créer un centre de formation professionnelle pour les adolescents et adultes autistes qui, eux, pourront nous aider dans les activités de l’école, mais en attendant, nous avons bon espoir de trouver un moyen de financement afin d’agrandir notre cour et notre aire de jeux. »

Par l’accueil, la prise en charge, les matériels et jeux utilisés, l’école compte énormément sur la participation assez limitée des parents. En attendant, l’association continue sa marche, dans une ouverture à toute forme de collaboration matérielle, même alimentaire, ou financière, dans l’espoir d’en sortir plus qu’extraordinaire.

Propos recueillis par Rova Andriantsileferintsoa
Contact : +261 34 98 818 50

Laisser un commentaire
no comment
no comment - La 5e édition de la résidence Regards  Croisés à Diego Suarez

Lire

15 juillet 2024

La 5e édition de la résidence Regards Croisés à Diego Suarez

La 5e édition de la résidence Regards Croisés à Diego Suarez s’est déroulée du 24 juin au 06 juillet organisée par l’Alliance Française d’Antsiranana...

Edito
no comment - L’appel de la forêt

Lire le magazine

L’appel de la forêt

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île. Depuis de nombreuses années, ce peuple est entouré de légendes non fondées et suscite la curiosité des chercheurs et des historiens. Et pourtant, c’est un peuple qui a hérité d’une culture et d’un mode de vie séculaire vouant à disparaître, si aucune initiative n’est lancée pour sauver leur forêt qui continue de brûler chaque année. Une forêt primaire pourtant nommée au rang de patrimoine mondial de l’UNESCO. Comme le précise le photographe Thierry Cron (p.44), l’objectif principal de son travail photographique est de faire découvrir ce peuple au plus grand nombre, de sensibiliser le public à la précarité de leur situation, de susciter une prise de conscience collective et d’encourager des actions concrètes en faveur de la préservation de leur environnement et de leur mode de vie. 

no comment - mag no media 02 - Mai - Juin 2024

Lire le magazine no media

No comment Tv

GRAND ANGLE - Mikea - Thierry Cron - Reportage photos – NC 174

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île, victimes de la déforestation.

Focus

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM Hors les Murs à la Zone Zital Ankorondrano, le samedi 22 juin.

no comment - Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Voir