Ken : Rock un jour, rock toujours
6 juin 2024 // Musique // 211 vues // Nc : 173

Il est reconnu partout à Madagascar pour son charisme et sa voix. Il a porté l’image du groupe Mage 4 pendant 19 ans, pour aujourd’hui, tracer sa propre route. Nouvelle voie, nouveau groupe : il en a donné son nom. C’est Ken. Depuis le début de cette année, les nouvelles chansons s’enchaînent sans jamais sortir de son genre de prédilection, du rock, mais ici, il y en a pour tous les goûts !

C’est la nouvelle qui a choqué les fans : en janvier dernier, Maminiaina Thierry Andrianaharinjato, connu sous le nom Ken, ne fera plus partie du groupe Mage 4. Et même si l’année débute sur cette révélation, les promesses du vocaliste ne s’arrêtent pas. Elles se renforcent. « Le public n’était pas forcément ravi de mon départ du groupe, certains ont été attristé, mais j’ai espoir qu’il continuera à apprécier ce que je fais, d’autant qu’il y aura des styles qui conviennent à tout le monde. » Pour rappel, Ken a fondé son groupe Cancer vers les années 2000, avant d’intégrer celui de Mage 4 en 2004, pour ensuite aider d’autres comme Hyphen. « Ma décision est partie du fait que j’ai, maintenant, une identité. On peut dire que je suis comme un aîné dans le milieu, vu que j’ai passé 19 ans dans le groupe Mage 4. De cette identité, j’ai décidé qu’il serait peut-être temps de continuer seul. C’est cette envie de renouveau qui a créé le déclic. » Il crée son groupe, auquel il donne son nom, Ken.

C’est un groupe de rock, mais tout le monde peut s’y retrouver. Ken explore toutes les préférences en allant du tsapiky rock et du salegy rock, au pop rock et au heavy metal. Un genre : du rock fusion. « Nous avons essayé d’explorer tous les styles, pour donner satisfaction au public : qu’il soit fan de heavy, de slow hard, ou de roots rock, car il y a également une chanson prévue dans ce style, avec Jah Roots. » Et tout cela sera réuni dans un album au nom « Io Ary Nen’Lah » (Voilà pour toi), inspiré d’un titre écrit et composé par Andry Ramamonjisoa, et doté d’un fort caractère, un retour pur au rock, comme on aime l’apprécier. Ken y met sa propre composition d’où « Mambabo fo », titre qu’il apprécie fortement : « C’est une chanson qui raconte une fleur qui a subi le vent et la pluie, mais qui ne meurt pas, et continue à briller. C’est une petite métaphore, et j’ai principalement choisi des femmes pour en faire la vidéo pour cette idée. » Un album auquel le groupe s’applique, en prenant son temps pour donner le meilleur.

Aussi bien par la voix que par les textes, Ken se garde une signature qui le différencie. « En principe, je crée à partir d’un peu de tout, mais je parle surtout d’amour parce qu’en tant qu’être humain, l’amour compte énormément » confie le lead vocal. Sa dernière chanson, « Mambabo fo » (Qui fait fait chavirer les cœurs) révèle si bien ce sujet, œuvre avec lequel il exprime une proximité avec ses fans, au point de les laisser choisir le titre. Et pour son équipe, Ken a toujours été sûr de ceux qu’il voulait près de lui. « J’ai toujours suivi de près ces gars, surtout Andry Ramamonjisoa, avec qui j’ai rêvé de travailler, alors qu’il était encore dans d’autres groupes. De même avec chaque membre du groupe, ce sont des gars que j’ai rencontrés sur mon chemin, que j’ai ciblé, et à quand je leur ai proposé de former un groupe, ils ont accepté. » Ken grandit, le vibe et l’image qui ne trahit pas ce qu’on a toujours apprécié en lui. Le groupe promet un grand concert d’ici le mois de septembre. Pour Ken, la flamme est plus forte que jamais.

Propos recueillis par  Rova Andriantsileferintsoa
Facebook : Yes, I Ken
Contact : +261 32 85 968 89

Laisser un commentaire
no comment
no comment - La deuxième édition du festival de tatouage Havatse 2024

Lire

23 juillet 2024

La deuxième édition du festival de tatouage Havatse 2024

La deuxième édition du festival de tatouage Havatse s’est déroulée les 13 et 14 juillet à La Teinturerie Ampasanimalo. Une deuxième édition organisée...

Edito
no comment - L’appel de la forêt

Lire le magazine

L’appel de la forêt

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île. Depuis de nombreuses années, ce peuple est entouré de légendes non fondées et suscite la curiosité des chercheurs et des historiens. Et pourtant, c’est un peuple qui a hérité d’une culture et d’un mode de vie séculaire vouant à disparaître, si aucune initiative n’est lancée pour sauver leur forêt qui continue de brûler chaque année. Une forêt primaire pourtant nommée au rang de patrimoine mondial de l’UNESCO. Comme le précise le photographe Thierry Cron (p.44), l’objectif principal de son travail photographique est de faire découvrir ce peuple au plus grand nombre, de sensibiliser le public à la précarité de leur situation, de susciter une prise de conscience collective et d’encourager des actions concrètes en faveur de la préservation de leur environnement et de leur mode de vie. 

no comment - mag no media 02 - Mai - Juin 2024

Lire le magazine no media

No comment Tv

GRAND ANGLE - Mikea - Thierry Cron - Reportage photos – NC 174

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île, victimes de la déforestation.

Focus

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM Hors les Murs à la Zone Zital Ankorondrano, le samedi 22 juin.

no comment - Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Voir