4-Maso : S’en prendre plein les yeux et les oreilles
11 février 2024 // Musique // 208 vues // Nc : 169

Ils sont quatre : le père, Toubih, la mère, Fanja, et les deux frères, Yusha et AR’Aina. Ils ont aménagé leur maison à Antananarivo pour y faire régulièrement leur répétition, d’où est né officiellement, en 2020, le groupe « 4-maso ». Un rythme assez spécial et un genre hors du commun sous le nom « GAS » : le groupe donne un accord particulier à la rythmique et à la basse, sans laisser le côté vocal. Un mélange de plusieurs styles, la petite famille n’a aucune chance de passer inaperçue.

Ils sont quatre : quatre visions qui fusent en un concept à la 4-maso, une vingtaine de créations, et moins d’une centaine de titres reprises. Toubih à la basse, Fanja au vocal, Yusha à la guitare, et AR’Aina au clavier : 4-maso ne s’arme pas que de lunettes. C’est une petite famille qui veut ramener la valeur de la musique par des chansons à message. D’un style peu commun, le groupe mélange plusieurs genres pour arriver à un style – ou selon leurs mots – « un moyen d’expression » unique. Le groove, la basse, mais surtout le vocal sont leur point fort. Toubih, le père de famille, également directeur artistique du groupe, confie : « On a cette sensation qu’il y a plusieurs instruments, mais en fait, nous ne sommes que trois à l’instrumental, et une, Fanja, au vocal. » Chaque morceau créé part d’un processus bien authentique : tout est écrit, travaillé puis retravaillé avec les propositions de chaque membre pour avoir le GAS. Si le nom sonne comme « gasy », il est différent du style traditionnel : « Gadona ankafizin’ny Sofinay – la musique que notre oreille apprécie. Nous retravaillons encore et encore nos morceaux pour trouver ce que nos oreilles, et notre âme, aiment. »

De messages et d’idées, le groupe n’en manque pas. 4-maso est bien une référence à leurs lunettes, et un moyen de relever ce terme presque toujours péjoratif. Plus poussé, le nom renvoie à leur nombre, à « cat-maso », comme « yeux de chat », et à la valeur de la vision pour faire face au passé et au futur. « Cat-maso comme les yeux de chat, parce que ces animaux voient et trouvent toujours leur chemin dans le noir, et nous nous sommes dit qu’on était comme cela, on ne pouvait pas se perdre, même dans le noir. De même, le nom renvoie à la vision : c’est ce qui nous permet de voir ce qu’il se passe dans la société, et d’éclairer notre esprit. Dans ce sens, les « maso » apportent la lumière. » De l’apparence à l’idée, le groupe sait livrer son regard dans chaque détail et toutes les chansons. Kapoaka ou Solune sont deux de leurs tubes. Des titres inspirés de la culture malgache, mais surtout, qui vont à contre-courant. « Je suis le genre de personne qui aime aller à contre-courant. Je préfère toujours parler de ce dont personne ne parle. » Le groupe espère remettre sur les rails le côté « messager » de la musique.

Par contre, pas d’album en vue pour le groupe. Mais une meilleure stratégie : se tourner vers le digital. « Nous avons quelques prises à faire, et après chaque prise, nous les mettrons sur les différentes plateformes d’écoute et les réseaux sociaux » annonce Toubih. En pleine revue sur la saison 2023, la famille pré- pare sa nouvelle année en contemplant les dernières années de présence scé- nique. Depuis le confinement en 2020, temps triplement favorable pour les répétitions, la famille a déposé sa marque sur les réseaux et les scènes. Chacun a débuté à l’école de musique pour atteindre un niveau hors du commun alors que Yusha, l’aîné a 23 ans et AR’Aina, le cadet, 17 ans. 4-maso, c’est aussi un groupe d’acapella. Depuis 2023, la famille s’est créé l’envie de revivre le festival « Team Kalo Acapella ». D’instrumental ou de vocal, chaque membre est un passionné depuis petit, et surtout, chaque moment passé en famille devient du pur bonheur au rythme des échanges.

Propos recueillis par  Rova Andriantsileferintsoa

Laisser un commentaire
no comment
no comment - La deuxième édition du festival de tatouage Havatse 2024

Lire

23 juillet 2024

La deuxième édition du festival de tatouage Havatse 2024

La deuxième édition du festival de tatouage Havatse s’est déroulée les 13 et 14 juillet à La Teinturerie Ampasanimalo. Une deuxième édition organisée...

Edito
no comment - L’appel de la forêt

Lire le magazine

L’appel de la forêt

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île. Depuis de nombreuses années, ce peuple est entouré de légendes non fondées et suscite la curiosité des chercheurs et des historiens. Et pourtant, c’est un peuple qui a hérité d’une culture et d’un mode de vie séculaire vouant à disparaître, si aucune initiative n’est lancée pour sauver leur forêt qui continue de brûler chaque année. Une forêt primaire pourtant nommée au rang de patrimoine mondial de l’UNESCO. Comme le précise le photographe Thierry Cron (p.44), l’objectif principal de son travail photographique est de faire découvrir ce peuple au plus grand nombre, de sensibiliser le public à la précarité de leur situation, de susciter une prise de conscience collective et d’encourager des actions concrètes en faveur de la préservation de leur environnement et de leur mode de vie. 

no comment - mag no media 02 - Mai - Juin 2024

Lire le magazine no media

No comment Tv

GRAND ANGLE - Mikea - Thierry Cron - Reportage photos – NC 174

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île, victimes de la déforestation.

Focus

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM Hors les Murs à la Zone Zital Ankorondrano, le samedi 22 juin.

no comment - Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Voir