Tora To Ryu : Ramène-toi, y'a du ramen !
10 février 2023 // Sortir // 118 vues // Nc : 156 - 157

Pour déguster les vraies spécialités japonaises, une seule adresse, le Tora To Ryu à Analakely, dans l’enceinte de la Galerie Feima. Ouvert depuis novembre, l’établissement est devenu le nouveau temple du ramen, le bon vieux bouillon de nouilles servi au bol, comme au Japon.

Introduite au début du XXème siècle, le ramen, l a été popularisé après la Seconde Guerre mondiale. Pour les amis de la précision, c’est un bol de nouilles avec un bouillon chaud et une garniture à base d’œuf, de viande, de poisson et de légumes. Cette spécialité japonaise, pas chère et rassasiante,

commence à intéresser les Malgaches qui, de par leur tradition culinaire, sont déjà de grands amateurs de soupes. Depuis l’ouverture du Tora To Ryu (Tigre et Dragon), c’est bien le fameux ramen qui attire les curieux. « Ils ne sont pas déçus, c’est comme si on était là-bas », lance Ramanitrandrasana Yola, la cheffe cuisinière.  Et pour cause ! L’établissement a été lancé par un Japonais Yu Nakao et un Malgache, Andoniaina Brice Andriamiandrisoa, un amoureux du Japon qui a littéralement craqué pour le ramen. Tora To Ryu est ainsi une franchise dont la maison mère se trouve au Japon, parrainée par l’Association économique Madagascar-Japon. Yola a, quant à elle, suivi un stage intensif à Kobi, au Japon, au sein de la maison mère, pour s’initier au ramen, puis c’est un chef japonais M. Shimura qui est venu à Madagascar former les cuisiniers locaux.

« Pour avoir la qualité et l’authenticité, il fallait assimiler leur savoir-faire », convient Yola qui, en retour, n’est pas disposée à divulguer le secret de fabrication. « Tout ce que je puis dire, c’est que les nouilles et les sauces sont faites maison ». Dans la recette classique, les nouilles sont réalisées à partir de farine de blé, d’eau, de kansui, la « poudre à nouilles » qui donne sa consistance aux pâtes. L’élément le plus important du ramen, c’est donc le bouillon. Au Japon, il existe quatre types de ramen selon les ingrédients. Le Shio Ramen au sel avec une couleur claire et un goût léger considéré comme un des plus anciens ramen japonais ; le Shoyu Ramen à la sauce soja qui lui donne sa couleur marron ; le Miso Ramen à la pâte de soja fermentée ; enfin le Tonkotsu Ramen aux os de porc qui donnent au bouillon son aspect crémeux et épais. Chez Tora To Ryu, il existe trois différents types de ramen : le blanc avec une sauce simple, le rouge qui est pimenté et le noir à base d’ail. Il est possible de rajouter de la garniture comme l’ajitama (oeuf mariné) et le char siu ou tsa-tsiu, du porc grillé. 

Pour ceux ou celles qui ne sont pas forcément adeptes de soupes, le menu propose d’autres spécialités japonaises comme le karaage, qui est plus une technique qu’un plat : de belles cuisses de poulet marinées et désossées frites dans un bain d’huile pour en faire des sortes de beignets, bien juteux et tendres. Et pour accompagner le tout, rien de mieux que le chahan, du riz frit sauté au wok, à l’ail ou nature. « Pour le moment, nous avons choisi de ne pas proposer beaucoup de variétés de plats pour nous concentrer sur la qualité et le goût. », précise Yola qui rappelle que la vocation première du restaurant est de faire découvrir la culture japonaise. Et inutile de préciser qu’avec elle, ça marche à la baguette !

Propos recueillis par Aina Zo Raberanto

Laisser un commentaire
no comment
no comment - La deuxième édition du festival de tatouage Havatse 2024

Lire

23 juillet 2024

La deuxième édition du festival de tatouage Havatse 2024

La deuxième édition du festival de tatouage Havatse s’est déroulée les 13 et 14 juillet à La Teinturerie Ampasanimalo. Une deuxième édition organisée...

Edito
no comment - L’appel de la forêt

Lire le magazine

L’appel de la forêt

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île. Depuis de nombreuses années, ce peuple est entouré de légendes non fondées et suscite la curiosité des chercheurs et des historiens. Et pourtant, c’est un peuple qui a hérité d’une culture et d’un mode de vie séculaire vouant à disparaître, si aucune initiative n’est lancée pour sauver leur forêt qui continue de brûler chaque année. Une forêt primaire pourtant nommée au rang de patrimoine mondial de l’UNESCO. Comme le précise le photographe Thierry Cron (p.44), l’objectif principal de son travail photographique est de faire découvrir ce peuple au plus grand nombre, de sensibiliser le public à la précarité de leur situation, de susciter une prise de conscience collective et d’encourager des actions concrètes en faveur de la préservation de leur environnement et de leur mode de vie. 

no comment - mag no media 02 - Mai - Juin 2024

Lire le magazine no media

No comment Tv

GRAND ANGLE - Mikea - Thierry Cron - Reportage photos – NC 174

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île, victimes de la déforestation.

Focus

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM Hors les Murs à la Zone Zital Ankorondrano, le samedi 22 juin.

no comment - Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Voir