Ny Ainga « Notre musique se veut proche de la population »
13 octobre 2023 // Musique // 213 vues // Nc : 165

Bientôt 30 ans de scène. Ny Ainga est le reflet indémodable de la musique country à Madagascar. À plus de 400 titres et une douzaine d'albums, le groupe se démarque par sa durabilité. Les chanteurs de « Dadazily » ont survécu aux années, aux égarements, et même, à la tragédie. Le temps n'a pas effacé l'optimisme du chef de groupe, Jean-Marie Rabesaiky. Après tout, les défis sont faits pour nous rendre fières.

Introduire la musique country à Madagascar, un sacré défi ?
La musique country est inspirée de la mélodie des vieux fermiers américains. À Madagascar, son introduction a été assez mitigée. A nos débuts en 1994, nous diffusions quatre chansons sur l'antenne de la radio nationale, et d'après les retours, le public semblait aimer. De cette manière, une contribution nous est parvenue pour faire des concerts dans l'Ile, en commençant à Morondava, loin de la capitale. Le leader de l'époque, Om-Guy en riait, car nous avons été assistés par les plantes. Après ce concert en plein air, nous sommes allés à Betafo pour un concert en salle, et heureusement, il y a eu un public. En fait, introduire ce genre de musique à Madagascar a pris du temps. Aujourd’hui, le public est plus ouvert, d'autant plus que nous avons choisi de créer une musique plus proche de la population.

Cette musique a connu sa pérennité par son rythme envoûtant aux paroles signifiantes : c'est un genre qui touche facilement le cœur des Malgaches.

Justement, 30 ans de scène. Quels sont les secrets ?
Des défis personnels et professionnels, il y en a beaucoup. Implanter un genre musical en province reste un défi, mais parler à un large public l'est tout autant. Il faut trouver le rythme et les paroles qui touchent tout le monde : on peut se décider à parler à un public plus jeune, et trouver cet aspect attirant, mais ce sera différent de la musique évangélique ; chaque chanson est un défi. En plus, le principal objectif du groupe est que chaque Malgache a sa part de show « Revy manja, vazo milay ». Dans tout cela, notre fonctionnement reste le même. Les organisateurs font appel à nous pour animer et faire des concerts. Sur quatre shows programmés, aucune de nos chansons ne se répète. Grâce à tout cela, nous avons réussi à faire cinq fois le tour de Madagascar.

Le décès brutal d’Om-Guy, un sacré bouleversement ?
En 2015, nous avons dû faire face à la perte de notre leader, Om-Guy. Garder les fans a été un grand défi. 75 % de nos chansons sont de lui, et quand il a eu cet accident, le public en a été choqué : il était l'image du groupe Ny Ainga. Après son décès, nous avons organisé quelques concerts dont notre 25ème anniversaire, que nous avons aussi appelé son « cinquième anniversaire dans les cieux ». Ce rapport, nous le gardons, et le renforçons malgré tout : une fois, nous avons demandé au public de fermer les yeux, imaginer Om-Guy, l'absence ne s'est pas ressentie. Après ce moment, deux albums sont sortis. Le défi a été de se relever après : nous avons décidé de former l'équipe. Avec de vrais professionnels, les danseurs et les musiciens ont décidé d'apporter un plus aux spectacles pour le public. Notre vision reste la même : nous ne cherchons pas à être connus, mais être appréciés par le public.

Comment s’est passée la relève après son décès ?
Fonder le groupe a été une idée de famille, en 1994, et c'est toujours en famille que nous décidons du leader. J'ai donc été désigné pour mener l'équipe, après le décès d’Om-Guy. Malheureusement, récemment, un proche, une personne de confiance, a tenté de créer un autre groupe « Ny Ainga Prime », en utilisant nos chansons. Nous sommes allés déclarer nos chansons, et le nom de Ny Ainga, le groupe créé par Om-Guy, en a été préservé. Les trahisons arrivent, mais il faut montrer une certaine cohésion entre les membres du groupe, et surtout avec le public.

Votre avis sur la musique d'aujourd'hui ?
Le contexte musical a évolué depuis nos débuts. Les jeunes maîtrisent mieux la musique et la culture étrangère. C'est indéniable, les jeunes artistes ont un grand avenir devant eux. Mais il serait d'autant plus remarquable si l'on pouvait puiser de l'inspiration de la culture malgache. Il faudrait un retour aux sources, pour y puiser les paroles qui touchent, et que l'écriture ne finisse pas par des mots sans grand sens. Il ne faut pas oublier que la musique aussi est utilisée à des fins d'éducation : un détail qu'il faut garder en tête, et rallier avec les compétences incroyables de la nouvelle génération. Il n'y a pas à en douter, la musique à Madagascar a un bel avenir. Et si d'autres talents souhaitent se lancer, il faut juste savoir que, même les groupes qui ont duré assez longtemps, sont passés par des défis. Il y a bien des moments difficiles, mais la satisfaction est des plus grandes quand on arrive à les surmonter.

Propos recueillis par Rova Andriantsileferintsoa

Laisser un commentaire
no comment
no comment - La deuxième édition du festival de tatouage Havatse 2024

Lire

23 juillet 2024

La deuxième édition du festival de tatouage Havatse 2024

La deuxième édition du festival de tatouage Havatse s’est déroulée les 13 et 14 juillet à La Teinturerie Ampasanimalo. Une deuxième édition organisée...

Edito
no comment - L’appel de la forêt

Lire le magazine

L’appel de la forêt

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île. Depuis de nombreuses années, ce peuple est entouré de légendes non fondées et suscite la curiosité des chercheurs et des historiens. Et pourtant, c’est un peuple qui a hérité d’une culture et d’un mode de vie séculaire vouant à disparaître, si aucune initiative n’est lancée pour sauver leur forêt qui continue de brûler chaque année. Une forêt primaire pourtant nommée au rang de patrimoine mondial de l’UNESCO. Comme le précise le photographe Thierry Cron (p.44), l’objectif principal de son travail photographique est de faire découvrir ce peuple au plus grand nombre, de sensibiliser le public à la précarité de leur situation, de susciter une prise de conscience collective et d’encourager des actions concrètes en faveur de la préservation de leur environnement et de leur mode de vie. 

no comment - mag no media 02 - Mai - Juin 2024

Lire le magazine no media

No comment Tv

GRAND ANGLE - Mikea - Thierry Cron - Reportage photos – NC 174

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île, victimes de la déforestation.

Focus

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM Hors les Murs à la Zone Zital Ankorondrano, le samedi 22 juin.

no comment - Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Voir