Le 501 : De Tamatave à Tana
19 mai 2023 // Sortir // 75 vues // Nc : 160

Jeune entrepreneur ambitieux, Marky Ranaivoraison a ouvert Le 501 en août 2022. Le concept : faire goûter aux Tananariviens les saveurs de la région Antsinanana. Le restaurant est animé par une ambiance jeune dans un endroit discret.

Comme on dit, on ne juge pas un livre par sa couverture.
Situé à Ambohijatovo, le 501 se fait un peu discret vu de l’extérieur.
L’intérieur exhibe un endroit moderne avec des décors originaux et un cadre original. La majorité des clients du restaurant sont des jeunes. L’ambiance est à la fois festive et chaleureuse. En plus d’être un endroit confortable, le restaurant offre la possibilité aux clients de s’amuser et passer un bon moment avec ses activités comme le billard ou encore le photobooth (avec un ringlight) et la chicha.

Marky Ranaivoarison,  le jeune propriétaire est passé par des épreuves avant d’en arriver là. Issu d’une famille pauvre, et il n’a même pas pu finir ses études. Après la séparation de ses parents en 2009, il est laissé à la maison sans rien et a dû survivre par ses propres moyens. « A ce moment-là, je devais passer  mon examen de BEPC. J’ai travaillé dur et un jour, j’ai été convié à l’ISCAM pour assister à une conférence sur l’entrepreneuriat. Ensuite, j’ai travaillé en tant qu’opérateur de saisie, assistant virtuel et standardiste en 2014 pour devenir freelance en 2017. » Il est devenu autoentrepreneur dans la restauration depuis 2022, après des années de dur labeur. Depuis janvier, il a débuté dans le trading. Sa plus grande fierté, c’est le fait qu’il puisse subvenir aux besoins de sa sœur et de l’envoyer à l’université.

En créant le restaurant, il voulait ramener les saveurs de Tamatave à Antananarivo. Le restaurant est surtout connu pour sa soupe Tamatave, une des spécialités de la région Atsinanana. « Je suis originaire d’Antananarivo, mais j’ai grandi à Tamatave. J’ai pensé ramener le goût de Tamatave ici à Antananarivo, c’est pourquoi j’ai nommé le restaurant 501 » explique-t-il. Les secrets d’une bonne soupe Tamatave résident dans le bouillon et les pâtes inspirés, bien sûr, des recettes asiatiques. Sans oublier les autres ingrédients comme le poulet, le porc ou encore les van tan. Mais Le 501 propose également d’autres plats dans sa carte comme les mine sao, les brochettes et bien sûr les rhums arrangés, mais à consommer avec modération. 

Divers évènements sont organisés chaque mois pour animer le restaurant comme les « open live » où les clients peuvent jouer des instruments qui sont mis à leur disposition ou même faire du karaoké et le clubbing avec des DJ, comme DJ résident . Passionné de musique, Marky se retrouve parfois à jouer quelques chansons avec les habitués. Désormais, le restaurant invite des artistes une fois par mois pour mettre de l’ambiance comme ADMX et Rash en avril dernier. « Des artistes très appréciés par la jeune génération. Ce qui différencie notre restaurant c’est surtout cette ambiance festive, toujours animée et le goût de ses plats. Et nos clients sont rois ! »

Propos recueillis par  Maminiaina Yannick

Laisser un commentaire
no comment
no comment - La 5e édition de la résidence Regards  Croisés à Diego Suarez

Lire

15 juillet 2024

La 5e édition de la résidence Regards Croisés à Diego Suarez

La 5e édition de la résidence Regards Croisés à Diego Suarez s’est déroulée du 24 juin au 06 juillet organisée par l’Alliance Française d’Antsiranana...

Edito
no comment - L’appel de la forêt

Lire le magazine

L’appel de la forêt

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île. Depuis de nombreuses années, ce peuple est entouré de légendes non fondées et suscite la curiosité des chercheurs et des historiens. Et pourtant, c’est un peuple qui a hérité d’une culture et d’un mode de vie séculaire vouant à disparaître, si aucune initiative n’est lancée pour sauver leur forêt qui continue de brûler chaque année. Une forêt primaire pourtant nommée au rang de patrimoine mondial de l’UNESCO. Comme le précise le photographe Thierry Cron (p.44), l’objectif principal de son travail photographique est de faire découvrir ce peuple au plus grand nombre, de sensibiliser le public à la précarité de leur situation, de susciter une prise de conscience collective et d’encourager des actions concrètes en faveur de la préservation de leur environnement et de leur mode de vie. 

no comment - mag no media 02 - Mai - Juin 2024

Lire le magazine no media

No comment Tv

GRAND ANGLE - Mikea - Thierry Cron - Reportage photos – NC 174

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île, victimes de la déforestation.

Focus

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM Hors les Murs à la Zone Zital Ankorondrano, le samedi 22 juin.

no comment - Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Voir