Jonah Rvl : Splash de Succès
22 février 2024 // Loisirs & J’ai essayé // 85 vues // Nc : 169

À seulement 21 ans, Jonah Rvl, alias Jonathan Raharvel, illumine le monde de la natation malgache. Trois médailles d’or et deux médailles de bronze lors des Jeux des Îles de l’océan Indien à Madagascar (JIOO) en 2023 font de lui le premier athlète malgache le plus décoré. Avec près de 300 médailles à son actif depuis ses débuts aquatiques, Jonah est une véritable étoile montante.

Encouragé par ses parents, il a plongé dans le mondede la natation à l’âge de 7 ans. En effet, Jonah a suivi les traces de sa sœur aînée, déjà une nageuse émérite. « J’ai commencé en intégrant un club à Betongolo et à l’âge de 10 ans, j’ai obtenu ma première médaille de bronze ». Bien que passionné par les sports extrêmes, notamment le skateboard, Jonathan a choisi de faire de la natation sa carrière à l’âge de 15 ans. Le résultat ? Une bourse de stage en Chine qui a marqué le début d’un parcours exceptionnel. « Après cinq mois de formation intensive en Chine, j’ai eu l’opportunité de participer à mon tout premier championnat du monde de natation en Corée ». Depuis, il n’a cessé de se qualifier pour représenter Madagascar lors de prestigieux championnats mondiaux dans les quatre coins du globe. En 2022, il a participé à un championnat en Thaïlande, là où il a ajouté sept médailles à son impressionnant palmarès.

Pour Jonah, le succès n’est pas un miracle, mais le fruit d’un acharnement constant. Durant sa préparation intensive pour les JIOO de l’année dernière, ce jeune athlète a redoublé d’efforts pour atteindre ses objectifs. Il a même dû m e t t r e ses études universitaires de côté afin de se concentrer pleinement sur son entraînement. « La natation est un sport qui demande beaucoup de discipline. Cela peut être difficile, mais la persévérance est essentielle. Pour me préparer, je m’entraine trois mois à l’avance, tous les jours, pendant deux heures, matin et après-midi. C’est au moins dix séances par semaine ». Et ce dévouement a porté ses fruits, culminant avec la victoire aux JIOO en 2023. « C’était l’une des expériences les plus mémorables de ma carrière. La pression était intense, et je tremblais, d’autant plus que la compétition se déroulait ici à Madagascar. Mais avec un public nombreux à me soutenir, je me suis dit que rater signifierait décevoir ces personnes ».

En plus de ses exploits sportifs, Jonathan aspire à être un modèle et une source d’inspiration pour la nouvelle génération de nageurs. Son espoir est que son triomphe lors des JIOO puisse impacter positivement ces jeunes athlètes. Lorsqu’il évoque le niveau de la natation à Madagascar, Jonah est optimiste quant à son évolution. « Bako Ratsifandrihamanana était une championne d’Afrique qui a pulvérisé des records il y a environ 40 ans. Après elle, les jeunes nageurs malgaches se sont moins fait entendre. Mais maintenant, la situation commence à évoluer progressivement car j’ai obtenu la 4e place lors des championnats d’Afrique ». En plus de son parcours, il souhaite transmettre un message aux parents qui pourraient être tentés de négliger la passion de leurs enfants au profit des études. « Je ne minimise pas l’importance des études, mais certains enfants manquent des opportunités uniques, comme une compétition de championnat du monde junior, par exemple. La natation est un sport éphémère. Les examens scolaires seront toujours là, mais les compétitions sont rares et ne se présentent qu’une fois dans la vie ».

Actuellement, Jonah se prépare pour le championnat de monde de natation au Qatar ce mois-ci, tout en ayant comme un grand objectif de participer aux Jeux olympiques de cette année. Pour réaliser ce rêve, il lance un appel, espérant trouver des sponsors qui croiront en lui et lui soutiendront dans sa quête olympique. Avec sa détermination sans faille, il est toujours prêt à représenter fièrement Madagascar lors des compétitions internationales à venir !

Propos recueillis par  Cédric Ramandiamanana

Laisser un commentaire
no comment
no comment - La 5e édition de la résidence Regards  Croisés à Diego Suarez

Lire

15 juillet 2024

La 5e édition de la résidence Regards Croisés à Diego Suarez

La 5e édition de la résidence Regards Croisés à Diego Suarez s’est déroulée du 24 juin au 06 juillet organisée par l’Alliance Française d’Antsiranana...

Edito
no comment - L’appel de la forêt

Lire le magazine

L’appel de la forêt

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île. Depuis de nombreuses années, ce peuple est entouré de légendes non fondées et suscite la curiosité des chercheurs et des historiens. Et pourtant, c’est un peuple qui a hérité d’une culture et d’un mode de vie séculaire vouant à disparaître, si aucune initiative n’est lancée pour sauver leur forêt qui continue de brûler chaque année. Une forêt primaire pourtant nommée au rang de patrimoine mondial de l’UNESCO. Comme le précise le photographe Thierry Cron (p.44), l’objectif principal de son travail photographique est de faire découvrir ce peuple au plus grand nombre, de sensibiliser le public à la précarité de leur situation, de susciter une prise de conscience collective et d’encourager des actions concrètes en faveur de la préservation de leur environnement et de leur mode de vie. 

no comment - mag no media 02 - Mai - Juin 2024

Lire le magazine no media

No comment Tv

GRAND ANGLE - Mikea - Thierry Cron - Reportage photos – NC 174

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île, victimes de la déforestation.

Focus

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM Hors les Murs à la Zone Zital Ankorondrano, le samedi 22 juin.

no comment - Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Voir