Erica Rakotonoely : She rocks !
1 juin 2022 - Cultures commentaires   //   231 Views   //   N°: 149

Originaire d’Antsirabe, Erica Rakotonoely a fait sensation durant la première édition du festival Rage of The Rock Madagascar en avril dernier. Un vrai coup de boost pour celle qui a le rock dans le sang.

Sa voix rauque et suave, son énergie débordante et sa personnalité ont séduit le public. On peut dire que la jeune femme sait s’entourer en ne choisissant que des grosses pointures comme musiciens notamment Daveson, du groupe Lökömotiva, à la basse, Tsiory à la batterie, Toni du groupe AngaroA à la guitare. « Quand j’avais 8 ans, je regardais Erick Daveson à la télé et je l’imitais. Je me suis dit, un jour, on jouera ensemble ! En créant mon groupe, je voulais absolument avoir des musiciens professionnels d’où mon choix. » Mais c’est grâce à son père, ancien membre du groupe Marginal qu’Erica a le rock dans le sang. Elle le suivait en studio et dans les concerts. Poursuivre le même chemin était comme une évidence. Aujourd’hui, elle s’impose petit à petit dans le milieu du rock malgache et ne veut pas s’identifier à un style précis même si ses deux dernières chansons, Anjakanao et Aza adinoina, sélectionnée aux RDJ Music Awards 2022, sont plutôt à tendance pop rock et soft. « C’est vraiment le feeling. Quand j’ai créé ses chansons qui parlent d’amour, c’est que je ressentais sur le moment. Cela ne m’empêche pas de faire du speed, du symphonique, du death ou du hard rock ! » Un vrai électron libre mais qui a un caractère bien trempé ! Dans la musique, il n’y a pas de place à l’amusement. Erica sait ce qu’elle veut et n’hésite pas à dire quand les choses ne lui plaisent pas. « On me surnomme Rasoherina à cause de mon fort caractère. Je suis très exigeante et perfectionniste. Tout simplement, parce qu’il faut être professionnel dans le travail. J’aime aussi le rock pour cela, ce côté un peu dur. » Pour garder ce professionnalisme, elle n’hésite pas à faire des kilomètres pour monter à Tana et rejoindre ces musiciens en studio. Même si Antsirabe est une des villes d’où viennent les meilleurs groupes de rock malgache, Erica regrette le manque d’événements rock ou les festivals. Sa participation à Rage of The Rock Madagascar était une façon de renouer avec le public, de se réapproprier la scène après un long silence dû à la pandémie. Mais il faut savoir que pendant le confinement, Erica n’a pas chômé. Amie de longue date avec Gabriel Keller, un compositeur et multi-instrumentiste lyonnais passionné par le rock, Erica a participé à l’écriture des paroles du single Za sy Za (Moi et moi) en novembre 2020. « En discutant, on s’est dit qu’on pouvait faire un projet ensemble. Gabriel avait déjà une musique qu’il a composée avec sa guitare mais il ne manquait plus que les paroles. J’ai donc écrit le texte en malgache avec le refrain en anglais. La chanson parle de la douleur d’une personne qui n’ose pas raconter ce qui lui arrive au sein de la société estimant qu’il ne faut pas exposer ses faiblesses. La personne est face à elle-même et se parle à elle-même. » Pour ce single, on retrouve Erica au chant, Gabriel à la guitare, Dominique Rabaraona à la basse et Julien Nicolas à la batterie. Pour la jeune femme, cette collaboration devra se poursuivre mais en attendant, elle prépare quelques retours sur scène et l’écriture de nouvelles chansons.

COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer