Alain Pierre-Bernard : « La compétitivité de Madagascar est à revoir »
5 février 2023 // Entreprendre // 69 vues // Nc : 156 - 157

Alors entré en vigueur depuis fin 2021, le projet Zone de libre-échange continentale africaine (Zlecaf) n’emballe pas encore le secteur privé malgache. Madagascar a signé l’accord en 2018, mais Alain Pierre Bernard, membre des Commissions Économie et Commerce du Groupement des entreprises de Madagascar (GEM) et ancien Conseiller Régional en Politique Commerciale du PNUd Consultant international exhorte de ne pas « se précipiter ».

En quelques phrases, qu’entend-on par Zlecaf ?
Il s’agit d’un accord qui a pour objet de créer marché commun pour les 54 pays du continent africain. Il vise à faciliter les échanges des biens et des services, des affaires et des investissements, et aussi à réduire les droits des douanes entre les pays membres. La Zlecaf est similaire aux Sadc (Communauté de développement de l’Afrique australe), Comesa (Marché commun de l’Afrique orientale et australe) et autres inclusions commerciales dans lesquelles Madagascar appartient déjà. La différence est que, là, il s’agit d’un accord concernant tous les pays du continent, sans distinction. Les discours tournent autour d’une promesse de baisse – jusqu’à 30% – de la pauvreté extrême dans le continent. C’est alléchant et attrayant, mais nous – dans le secteur privé – invitons à ne pas nous précipiter.

Pas prometteur pour Madagascar ?
Du moins, pas encore pour le moment. Madagascar accuse encore d’immenses problèmes de compétitivité et d’accès au marché. Nous devons d’abord lever toutes ces contraintes avant d’y adhérer de manière effective, sinon, la Grande Île sera réduite à un marché pour les autres pays, sans pour autant pouvoir bénéficier des opportunités d’ouverture que constituent les différents accords commerciaux. Là, je ne parle pas uniquement de la Zlecaf, mais de toutes les intégrations dans lesquelles Madagascar a adhéré. Nous ne produisons pas assez, et en matière de normes, nos produits ont encore des efforts à faire. Ce qui va tuer notre économie nationale.

Concrètement, quels sont ces « contraintes de compétitivité » ?
A ne pas oublier que pour qu’une nation soit compétitive, il faut déjà que le contexte institutionnel local permette une saine concurrence et une émulation entre les entreprises dans le pays. Un environnement politique et législatif suffisamment stable est également requis pour attirer les investissements étrangers et permettre un développement inclusif et durable. Des paramètres qui ne sont pas encore au rendez-vous, en ce qui concerne Madagascar. L’instauration d’un climat de confiance entre les investisseurs, le secteur privé, la justice et l’Etat s’avère incontournable.

Qu’est-ce qui vous empêche de le faire ?
Nous déplorons la présence d’une corruption active et des passedroits au niveau des administrations discales et la douane.Il n’y a pas de réelle sanction contre les fonctionnaires et les personnes indélicates. A part ça, il nous est difficile d’avoir une prévision à cause de la concurrence directe avec l’Etat, dont le rôle se limite – normalement – à celui de régulateur et de coordonnateur. Il y a deux ans, il a créé le State Procurement of Madagascar qui opère dans l’approvisionnement du marché national en produits de première nécessité (PPN) et en carburant. A l’instar du programme ODOF (One District, One factory), il y aussi l’importation etl’implantation directe d’unités de production concurrençant les initiatives d’investissement privées. Les leçons du passé, notamment les fameux «éléphants blancs» de la 2ème République, nous montrent que cette politique est fatale pour le secteur privé. Nous empruntons et nous endettons auprès des banques pour créer des entreprises, et tout d’un coup, l’Etat vient en concurrent. Ce qui nous met dans une position plus qu’inconfortable.

Pouvez-vous faire un état des lieux de l’entrepreneuriat malgache ?
Nous notons la défaillance du secteur énergétique. Le coût élevé de l’électricité et la faible qualité du service de la compagnie nationale tuent l’industrie malgache. En matière de transports, la défaillance du secteur aérien est désolante. A cela s’ajoute la faiblesse des infrastructures routières, notamment des routes de desserte pour dégager les matières premières et les produits, ainsi que ferroviaires. Il n’existe pas de transport multimodal. Améliorer la composition des dépenses publiques pour les orienter vers les infrastructures s’avère primordial. En face, le marché local se définit par le faible pouvoir d’achat des consommateurs. Il faut le reconnaître, ils ne sont pas connaisseurs et sont très peu exigeants. En face, les organisations des consommateurs ne disposent pas de force et très peu exigeantes quant à la qualité des produits offerts sur les marchés. Ça rejoint ce que j’ai dit, Madagascar deviendra le déversoir des produits de mauvaise qualité des autres pays.

Disposons-nous de mains d’œuvre de qualité pour affronter ce marché ?
C’est un des points sur quoi Madagascar devrait faire un effort. Pour y parvenir, il est nécessaire d’améliorer le système éducatif, de penser à l’amélioration de la formation professionnelle sur les compétences attendues par l’industrie et les services, et aussi de la modernisation et la démultiplication du nombre d’écoles de formation de techniciens et d’ingénieurs. Malheureusement, les actions vont dans le sens contraire. Pour nous, c’était une grande erreur de supprimer le Centre national de formation professionnelle artisanale et rurale (CNFPAR). Pour le bien du secteur privé, des formations sur mesure sur les normes sectorielles spécifiques relatives aux accès aux marchés. Le langage classique veut que Madagascar dispose de grands potentiels. Ce n’est pas faux, mais il faut que ces potentialités deviennent des réalités. Madagascar doit pouvoir offrir des produits et services concurrentiels et de qualité sur les divers marchés.

Propos recueillis par  Solofo Ranaivo

Laisser un commentaire
no comment
no comment - La deuxième édition du festival de tatouage Havatse 2024

Lire

23 juillet 2024

La deuxième édition du festival de tatouage Havatse 2024

La deuxième édition du festival de tatouage Havatse s’est déroulée les 13 et 14 juillet à La Teinturerie Ampasanimalo. Une deuxième édition organisée...

Edito
no comment - L’appel de la forêt

Lire le magazine

L’appel de la forêt

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île. Depuis de nombreuses années, ce peuple est entouré de légendes non fondées et suscite la curiosité des chercheurs et des historiens. Et pourtant, c’est un peuple qui a hérité d’une culture et d’un mode de vie séculaire vouant à disparaître, si aucune initiative n’est lancée pour sauver leur forêt qui continue de brûler chaque année. Une forêt primaire pourtant nommée au rang de patrimoine mondial de l’UNESCO. Comme le précise le photographe Thierry Cron (p.44), l’objectif principal de son travail photographique est de faire découvrir ce peuple au plus grand nombre, de sensibiliser le public à la précarité de leur situation, de susciter une prise de conscience collective et d’encourager des actions concrètes en faveur de la préservation de leur environnement et de leur mode de vie. 

no comment - mag no media 02 - Mai - Juin 2024

Lire le magazine no media

No comment Tv

GRAND ANGLE - Mikea - Thierry Cron - Reportage photos – NC 174

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île, victimes de la déforestation.

Focus

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM Hors les Murs à la Zone Zital Ankorondrano, le samedi 22 juin.

no comment - Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Voir