Tanteliniaina Ramarozatovo « Je photographie les sentiments »
12 août 2023 // Photographie // 58 vues // Nc : 163

Elle est jeune et passionnée de photographie. Tanteliniaina Ramarozatovo, de son nom Honey ou Tanteliniaina Ram sur les réseaux, a décidé il y a un an de tout lâcher, et de vivre de sa passion. Derrière ses convictions, elle projette des photos peu communes - des nues artistiques - dans un esprit d'acceptation et d'amour pour les dits défauts d'une personne. Depuis son studio à Antananarivo, la jeune femme s'arme de son appareil photo pour capturer les poses de modèles dont l'histoire laisse autant de cicatrices mentales que physiques.

La photographie, pour capturer les sentiments ?
C'est ma passion. Plus jeune, je prenais déjà des photos ici et là ; il y a cinq ans, j'ai acheté un appareil photo pour, quatre ans plus tard, m'y lancer professionnellement. J'ai alors quitté mon poste de l'époque, pour entièrement plonger dans le milieu.
Je suis également photographe pour d'autres entités où j'essaye de toujours garder ma signature. Je ne suis pas vraiment à la recherche d'argent ou de popularité, je photographie surtout les sentiments ; ma page "Tanteliniaina Ram" - sur Facebook et Instagram - tient son sens dans l'idée que l'on s'apprécie.
Les photos sont axées sur la thérapie, la confiance en soi, et l'appréciation du corps. Chaque personne que je photographie a une histoire que je m'efforce de faire ressortir sur chaque cliché.

D’où le nu artistique ?
J'aime connaître l'histoire des personnes que je prends en photo, et les entendre parler de ces détails qu'elles appellent les « défauts’ de leur corps. J'insiste sur ces parties pour ensuite les montrer au modèle et lui dire « tu vois que ce n'est pas laid, c'est naturel. » Et cela a un effet sur l'appréciation du corps et leur estime de soi. Au-delà de cela, je voudrais véhiculer l'espoir : j'ai créé une collection qui traite exclusivement de la santé mentale, avec une fille qui connaît des difficultés dans ce sens. L'objectif a été de lui prouver qu'elle est tout à fait normale, en le projetant sur ses photos. Avec ce concept, je voudrais également bousculer la société sur le sujet, et pousser chacun à demander des nouvelles de leurs proches, en tenant compte du fait que personne ne sait ce que l'autre vit réellement. Pour cela, je suis en train d'organiser une exposition sur ce thème, et avec cette même jeune fille ; l'exposition aura lieu cette année à Antananarivo.

Et ton histoire à toi ?
Je parle beaucoup de ces sujets, et je veux aider ceux qui ne se sentent pas à l'aise avec leur corps parce que j'ai moi-même été à leur place. De par ma taille, mes cheveux frisés, en plus des commentaires de la société, je ne me suis pas toujours sentie belle. Un jour, j'ai décidé de me prendre en photo, en me disant que, peut-être, si je me trouvais jolie sur celles-ci, je me sentirais beaucoup plus à l'aise avec mon corps. Cela a marché, et le déclic était là : je voulais que les autres ressentent cela. On se cache souvent sous des vêtements oversize, mais une fois qu'on les retire, et qu'on se mette à l'aise, l'âme de la photo en sort naturellement.

Aphrodite a dit que c’était jolie.
Chers seins tombants, je vous libère.
Ne vole pas ce moment, il est à moi…
J’ai fait la guerre et j’ai gagné.
Moi et mes tâches indélébiles, parfaitement heureuses.

Parle-nous de tes convictions…
Je reçois des femmes et des hommes, le but étant vraiment de soigner leurs blessures intérieures. Il y a ce bonheur qu'on ressent en voyant le passage d'une personne en manque de confiance à celle qui est plus forte et est capable de tout. Je m'inspire de mon vécu, et beaucoup de l'histoire de ces personnes pour mes projets. Quant à la maladie mentale, c'est un des plus grands problèmes des jeunes en ce moment, et pourtant, je trouve que l'on n'en parle pas beaucoup. Si je peux apporter ma petite contribution dans ce sens, mais aussi leur offrir une thérapie, je ne peux être que ravie. D'ailleurs, j'ai ce message à faire passer à tous ceux qui me lisent : parlez-en, pour que ça ne vous détruise pas de l'intérieur. Et pour tous ceux qui souhaitent se lancer, comme moi, n'ayez pas peur de faire les choses. Suivez vos rêves.

Propos recueillis par Rova Andriantsileferintsoa
Tantelianiaina Ram : + 261 32 81 557 29

Laisser un commentaire
no comment
no comment - La 5e édition de la résidence Regards  Croisés à Diego Suarez

Lire

15 juillet 2024

La 5e édition de la résidence Regards Croisés à Diego Suarez

La 5e édition de la résidence Regards Croisés à Diego Suarez s’est déroulée du 24 juin au 06 juillet organisée par l’Alliance Française d’Antsiranana...

Edito
no comment - L’appel de la forêt

Lire le magazine

L’appel de la forêt

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île. Depuis de nombreuses années, ce peuple est entouré de légendes non fondées et suscite la curiosité des chercheurs et des historiens. Et pourtant, c’est un peuple qui a hérité d’une culture et d’un mode de vie séculaire vouant à disparaître, si aucune initiative n’est lancée pour sauver leur forêt qui continue de brûler chaque année. Une forêt primaire pourtant nommée au rang de patrimoine mondial de l’UNESCO. Comme le précise le photographe Thierry Cron (p.44), l’objectif principal de son travail photographique est de faire découvrir ce peuple au plus grand nombre, de sensibiliser le public à la précarité de leur situation, de susciter une prise de conscience collective et d’encourager des actions concrètes en faveur de la préservation de leur environnement et de leur mode de vie. 

no comment - mag no media 02 - Mai - Juin 2024

Lire le magazine no media

No comment Tv

GRAND ANGLE - Mikea - Thierry Cron - Reportage photos – NC 174

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île, victimes de la déforestation.

Focus

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM Hors les Murs à la Zone Zital Ankorondrano, le samedi 22 juin.

no comment - Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Voir