Joe Kennedy : Une vie sur l’océan
1 mai 2024 - LoisirsNo Comment   //   350 Views   //   N°: 172

Cheveux longs et corps d’athlète, Joe Kennedy surfe sur les vagues comme un Dieu. Il excelle dans son sport, et ce, depuis son plus jeune âge. Seul représentant de Madagascar dans les compétitions de surf à l’international, il déplore le manque de soutien de ce sport au pays. Mais cela ne l’empêche pas de défier les obstacles.

Les premières vagues ? 
Je suis Antandroy et ma famille vient de la région désertique de Tsihombe dans l’extrême partie Sud de Madagascar. Mes grands-parents ont déménagé ici, à Fort Dauphin pour chercher du travail quand mon père était jeune. Chaque année, je retourne à Tandroy pour rendre hommage à mes ancêtres et remercier mes grands- parents pour la décision courageuse qu’ils ont prise et qui m’a permis de vivre cette vie sur l’océan. J’ai commencé le surf à l’âge de 6 ans et j’ai remporté ma première compétition à 12 ans. C’était mon père qui m’a initié. Quand il était enfant, il regardait les touristes étrangers surfer et leur demandait d’essayer leurs planches. Finalement, quelqu’un lui a laissé une planche et il est devenu l’un des premiers surfeurs Malagasy. Mon père a appris ensuite à surfer à tous ses cinq enfants, filles comme garçons, et il a ouvert la première école de surf à Fort Dauphin, l’École de Surf Lenda.

Les compétitions internationales s’enchaînent… 
Ces dernières années, j’ai remporté toutes les compétitions auxquelles j’ai été autorisé à participer à Madagascar, dont la 1ère place en Division Internationale aux premiers et derniers Championnats Nationaux de Madagascar en décembre 2021. J’ai battu le frère du Champion du Monde Mick Fanning ! La première place en Championnats Régionaux Anosy organisés en mai 2022, et la première place aux qualifications de l’Équipe Nationale de Surf organisées en novembre 2022, ainsi que de nombreuses compétitions locales. Après m’être qualifié pour la première place de l’équipe nationale masculine, j’attendais la moindre chance de participer à des épreuves internationales pour continuer à progresser, mais la Fédération Malgache de Surf n’a pas encore offert d’opportunités à l’équipe. À la recherche d’une autre voie pour surfer à un niveau supérieur, je suis entré dans la World Surf League, la principale organisation professionnelle de surf. Ma première compétition professionnelle s’est déroulée en Inde – le Tamil Nadu International Surf Open QS 3000 en août 2023 où j’ai fini 33eme/56. Le deuxième et troisième ont été aux Philippines. La Union Pro QS 3000 en janvier 2024 (37eme/40), et le Baler Pro QS 3000 en février 2024 (41e/48).

Photo : Falihery Francisco

Surfer en autodidacte ?
Ici à Madagascar, il n’y a pas de coach ni de surfeurs de haut niveau, j’ai appris seulement en regardant les compétitions de surf professionnelles sur Internet et en essayant de reproduire leurs mouvements sur ma planche. Grâce à mes compétitions internationales, j’ai appris ce qu’il faut réellement pour devenir un surfeur de haut niveau. Vous devez travailler dur chaque jour et toujours essayer de vous améliorer et d’essayer de nouveaux mouvements plus difficiles. 

Il faut surfer dans toutes les conditions : bonnes et mauvaises vagues, pluie, grandes vagues et petites, car on ne sait jamais ce que l’océan va donner lors d’une compétition. Vous devez respecter les autres athlètes qui sont meilleurs que vous, vous entraînez ensemble et apprendre les uns des autres. Mes concurrents du Japon, des Philippines, d’Indonésie et d’Afrique du Sud sont devenus mes mentors et amis.

Quelles sont les difficultés de ce sport ? 
En tant que premier Malagasy à concourir professionnellement, j’ai dû trouver ma propre voie sans mentor ni coach ni soutien du gouvernement, de la fédération et pas sponsor officiel. Maintenant que le surf est un sport olympique, il existe de nombreux programmes pour soutenir ce sport dans les pays en développement. J’en ai constaté les effets dans des pays comme l’Inde et les Philippines, qui ont vraiment soutenu le développement de leurs équipes de surf autant chez les femmes que chez les hommes, en les aidant à participer à des événements comme ISA World Surfing Games et à des formations ou des compétitions multinationales. Par contre Madagascar est bloqué et n’a pas progressé comme les autres pays pour profiter de ces opportunités, car tout cela doit passer par la fédération nationale.

Une leçon de surf avec les filles de l’école de Surf Lenda à Fort-Dauphin

Le surf peut améliorer le tourisme local ? 
La plupart des gens que je rencontre, y compris la World Surf League, n’ont presque aucune connaissance de Madagascar ou de tout ce qu’elle offre pour le tourisme ou le surf. C’est donc une excellente opportunité de faire passer le message et, espérons-le, d’augmenter le tourisme de surf sur notre Ile. La WSL Afrique a même discuté avec moi de leur intérêt à organiser une compétition de surf professionnel à Fort Dauphin! Ce sont des événements énormes qui donneraient un énorme coup de pouce à l’économie locale, de la publicité pour le tourisme à Madagascar, ainsi qu’une opportunité spéciale pour les jeunes athlètes locaux d’acquérir de l’expérience.

Et pourtant, Madagascar est un bon spot pour le surf ? 
Nous avons plein de belles vagues à Fort Dauphin, facile d’accès comme Vinanibe, une forte vague aussi connue sous le nom de Be Vava, la Plage Ampotatra, un bon spot d’apprentissage qui a toujours des vagues où nous avons notre école de surf et la Plage Monseigneur mais seulement avec un vent du sud. Personnellement, je préfère les grosses vagues de 2 à 4 mètres qui forment un « barrel », un tunnel parfait en forme de tube que l’on peut traverser et être entouré de tous côtés par l’eau. La plus grosse vague que j’ai surfée mesurait 4 mètres sur une vague appelée « Flameballs » à Anakao près de Toliara. Là il faut y aller en bateau pour se rapprocher des vagues, ce qui constitue un obstacle à l’apprentissage des enfants locaux. 

Apprendre à la jeune génération ? 
J’espère ouvrir la voie à la prochaine génération de surfeurs et les aider à suivre un jour mes traces. L’École de Surf Lenda a été fondée par mon père il y a plus de 20 ans pour enseigner gratuitement aux enfants de la communauté locale comment surfer et de faire de la sensibilisation sur l’importance de protéger nos plages et les garder propres. Entre les compétitions, je rentre chez moi à Fort Dauphin et j’entraîne les enfants des pêcheurs locaux dans notre école de surf. Je fais de mon mieux pour partager avec eux tout ce que j’apprends des compétitions et des surfeurs internationaux. Nous avons lancé des cours collectifs gratuits pour les filles afin d’encourager leur participation au sport et nous avons désormais une équipe de 20 jeunes surfeuses talentueuses et déterminées âgées de 6 à 16 ans en plus de nos 35 garçons junior. Nous avons récemment organisé un Surf Camp Intensif gratuit pour les juniors (garçons et filles) qui vise à leur enseigner les bases du surf de compétition pour les aider à se préparer à d’éventuelles opportunités futures et à offrir des prix en argent pour encourager et motiver les étudiants à continuer à s’entraîner dur. J’espère qu’un jour, dès que la politique ici change, je pourrai guider l’équipe Malagasy dans sa participation à la communauté mondiale du surf.

Les projets ?
Actuellement, je suis en Afrique du Sud pour participer aux compétitions des African WSL Qualifying Series – le Cape Town Surf Pro QS 1000 et le SA Open of Surfing QS 1000 – ce qui me permettra d’intégrer le classement des athlètes et potentiellement qualifier pour la Challenger Series, le niveau plus élevé de la compétition internationale. Ce sera également une belle opportunité de nouer des relations avec la communauté sud-africaine du surf et de représenter Madagascar pour la première fois sur le continent. J’ai trouvé un coach ici, ainsi qu’une nouvelle communauté de surfeurs avec qui m’entraîner et apprendre. J’espère créer des opportunités pour la prochaine génération de jeunes surfeurs Malagasy que j’entraîne chez moi.

Propos recueillis par #AinaZoRaberanto

Facebook : Joe Kennedy
WhatsApp : +261 34 034 161 65

COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
[userpro template=login]