Eric Raisina : Confiance en soie
29 avril 2024 // Mode & Design // 85 vues // Nc : 171

En plus d’avoir représenté Madagascar à la Fashion Week de New York en 2010, Eric Raisina a déjà habillé l’actrice française Sabine Azema et l’iconique Grace Jones. Sa formule magique ? Travailler sa matière de prédilection, la soie, sous sa propre signature : se sentant à la fois Malgache et citoyen du monde, fin technicien textile et explorateur de textures.

La scène se passe dans sa boutique à Paris :  Eric Raisina rencontre Angelina Jolie. À l’image de cette actrice qui brille autant sur le tapis rouge que dans les actions humanitaires, les créations d’Eric Raisina sont tout aussi versatiles, il fait passer la soie presque partout. « Je privilégie surtout la soie dans mes créations et également d’autres matières naturelles comme le coton, le lin et aussi le raphia de Madagascar que j’aime plus particulièrement pour créer des robes du soir haute couture. Je trouve aussi intéressant d’avoir réussi à adapter la soie pour une garde-robe plus accessible et portable au quotidien, voire même pour être portée au travail. Mon style est réellement dédié pour une collection balnéaire chic. » Toujours pour adapter la soie à plusieurs garde-robes, il habille différentes tailles et nationalités, crée des collections pour différents thèmes et saisons. Pour autant, cette diversité ne compromet pas son identité de designer en textile et mode ; loin de là, il y a un look Eric Raisina qui est commun à toutes ses créations, faites main s’il vous plaît. « Mes collections sont facilement reconnaissables grâce aux matières et textures qui sont mes véritables signatures. Je suis un véritable coloriste, j’adore les couleurs, on me connait bien pour ça. Je crée diverses écharpes très souples mais toujours texturées, qui font partie intégrante du look Eric Raisina. »

Photos : Eric Raisina
Photos : Eric Raisina
Photo : Vitou Razafitrimo
Photo : Eric Raisina

Pour arriver à rendre sa marque facilement reconnaissable, Eric Raisina a puisé dans ses influences. « L’identité unique de Madagascar, entre l’Afrique et l’Asie est un véritable atout pour mes inspirations. L’Asie, où je vis depuis plus de 20 ans me donne une liberté et surtout une paix intérieure. Je continue à contribuer beaucoup pour l’Afrique aussi, en étant toujours présent dans les événements de mode les plus intéressants. La France, surtout Paris où je vais toujours régulièrement, m’a permis d’équilibrer mes silhouettes et m’a surtout donné le sens du challenge. » Des influences qui ont travaillé ensemble tout au long de sa carrière. Ainsi, lors du premier défilé pour représenter Madagascar au Festival International de la Mode Africaine en 1998, il a montré des créations en raphia de Madagascar aux côtés des plus grandes maisons prestigieuses parisiennes et les grands noms de la mode africaine à l’époque. La même année, après avoir appris le tissage de la soie à Siem Reap (Cambodge), il commence une collaboration avec la maison Yves Saint Laurent haute couture, ainsi est née la fourrure de soie, une matière nouvelle créée spécialement pour Yves Saint Laurent. Depuis 2001, Eric Raisina s’est installé à Siem Reap où il a lancé sa « Villa Boutique Workshop » avec ses ateliers de tissage et de confection en 2004, la maison de couture et la boutique à Paris ont suivi en 2013. Actuellement, il veut avoir plus à faire avec son pays natal en ayant ouvert une boutique à Tana. « Madagascar offre de multiples matières nobles et du savoir-faire unique. Les stylistes ne peuvent qu’être inspirés par cette opportunité exceptionnelle. J’encourage tout le monde à garder l’identité de notre beau pays. »

Propos recueillis par  Mpihary Razafindrabezandrina
Site web : www.ericraisina.com

Laisser un commentaire
no comment
no comment - La 5e édition de la résidence Regards  Croisés à Diego Suarez

Lire

15 juillet 2024

La 5e édition de la résidence Regards Croisés à Diego Suarez

La 5e édition de la résidence Regards Croisés à Diego Suarez s’est déroulée du 24 juin au 06 juillet organisée par l’Alliance Française d’Antsiranana...

Edito
no comment - L’appel de la forêt

Lire le magazine

L’appel de la forêt

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île. Depuis de nombreuses années, ce peuple est entouré de légendes non fondées et suscite la curiosité des chercheurs et des historiens. Et pourtant, c’est un peuple qui a hérité d’une culture et d’un mode de vie séculaire vouant à disparaître, si aucune initiative n’est lancée pour sauver leur forêt qui continue de brûler chaque année. Une forêt primaire pourtant nommée au rang de patrimoine mondial de l’UNESCO. Comme le précise le photographe Thierry Cron (p.44), l’objectif principal de son travail photographique est de faire découvrir ce peuple au plus grand nombre, de sensibiliser le public à la précarité de leur situation, de susciter une prise de conscience collective et d’encourager des actions concrètes en faveur de la préservation de leur environnement et de leur mode de vie. 

no comment - mag no media 02 - Mai - Juin 2024

Lire le magazine no media

No comment Tv

GRAND ANGLE - Mikea - Thierry Cron - Reportage photos – NC 174

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île, victimes de la déforestation.

Focus

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM Hors les Murs à la Zone Zital Ankorondrano, le samedi 22 juin.

no comment - Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Voir